Il va falloir faire encore un petit effort…

…si la BCE veut retomber sur ses pieds question inflation. Cela n’en prend pas le chemin à voir les données de septembre, qu’elles concernent l’inflation ou sa version sous-jacente, hors énergie et produits alimentaires en raison de leur volatilité. La nouvelle piste qui est proposée par Christine Lagarde, élever la cible de la banque centrale, tient de l’opération du Saint Esprit.

En dépit de prévisions rassurantes renouvelées, l’inflation sous-jacente qui était de 0,37% en août est descendue fin septembre à 0,24%. L’inflation globale, qui était négative en août, l’est d’avantage ce mois dernier, en raison du prix de l’énergie. Elle est à son plus bas niveau depuis le démarrage du programme d’achats obligataires de la BCE, cinq ans auparavant.

Rien n’indique que l’examen stratégique qui a été engagé au sein du Conseil des gouverneurs remette fondamentalement en question l’idée que l’inflation est principalement influencée par le biais des anticipations. La première étape de sa maîtrise devrait être de l’abandonner, au contraire de ce qui est affirmé. Le modèle de prévision des économistes de la banque centrale, qui font preuve de complaisance en croyant que l’inflation va retrouver ses marques, reste intouchable, les conduisant à des conclusions erronées sur les moyens d’y parvenir. Christine Lagarde a confirmé avoir des œillères quand elle s’est engagée à ce que la promesse d’un dépassement de l’inflation dans l’avenir augmenterait les anticipations d’inflation et abaisserait les taux d’intérêt réels.

Ne suffit-il pas d’observer l’incapacité de la BCE à maintenir l’inflation sous-jacente au-dessus de 0,5% pour émettre de sérieux doutes quant à sa promesse d’atteindre 2,5% d’inflation en utilisant les « guidages prospectifs » (forward guidance), outil qui consiste à donner des informations sur leur politique monétaire à venir. En vérité, ils tournent en rond et expriment leur impuissance !

Les grandes caractéristiques de l’économie restent décidément mystérieuses, qu’elles concernent l’inflation qui n’est plus ce qu’elle était ou la croissance salvatrice qui fait défaut. Encore un petit effort ? Cela supposerait de sortir du cadre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.