Prévoyance est mère de sûreté

Une catastrophe nous menace, selon le Premier ministre français. Un reconfinement général est une mesure à « éviter par-dessus tout » en raison de ses incidences économiques et sociales. Il fait certes référence à la santé de ses concitoyens, mais s’en tient à la santé psychologique de ceux qui seraient confinés. Les malades, dont ceux qui mourront de la reprise de l’épidémie, ne sont pas évoqués, autant de pertes qui ne méritent pas d’être mentionnées. Quelle humanité !

L’arbitrage en faveur de la reprise du travail a été rendu une fois pour toute, et il ne concède que des reconfinements « très localisés » qui ne la perturbera qu’a minima. Le Premier ministre, il faut l’entendre, a d’autres chats à fouetter, tout occupé à donner avec son ministre de l’Intérieur des gages sécuritaires au nom du rétablissement de l’ordre et à lutter contre « l’ensauvagement ». Les consommateurs de cannabis n’ont qu’à bien se tenir, la libre consommation s’arrêtant aux frontières.

On sait que le dépistage à grande échelle de l’infection connait des engorgements et qu’il ne peut prendre en compte les cas asymptomatiques, pourtant estimés très important. On observe également l’apparition continuelle de foyers (« clusters »), comme autant de départs de feu, et l’on rencontre des difficultés à systématiquement tracer les personnes infectées. Et les vacances d’été sont loin d’être finies. La stratégie gouvernementale est fragile.

Le Premier ministre, qui s’en tient à une photographie instantanée de la situation, cherche à rassurer en faisant valoir que « même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. » D’où ses alertes à propos de l’Espagne ainsi que les contrôles tardifs dans les aéroports, qui ne touchent que les arrivées d’un nombre réduit de pays. Question anodine : les français revenant de leurs vacances catalanes en voiture seront-ils contrôlés ?

Le dispositif n’est pas sans trous. L’impréparation se manifeste autrement que durant la première période. La menace d’une seconde vague a eu comme effet de minorer que la première ne s’est pas retirée.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Une réflexion sur « Prévoyance est mère de sûreté »

  1. Comme le faisait remarquer un épidémiologiste, interdire les voyageurs en provenance des États-Unis tout en autorisant ceux venant du Mexique où la pandémie explose, est passablement idiot. Le même faisait remarquer que vous pouvez être porteur asymptomatique si vous avez été contaminé quelques heures avant votre vol, le test de dépistage se révélant alors négatif. La seule solution efficace étant la quarantaine pour les voyageurs en provenance de l’étranger.

    Sinon, rien de neuf sous le soleil. M. Macron déclare la guerre aux amateurs de fumette sous la bannière de la Loi et l’Ordre. Une bien pauvre diversion pour tenter de cacher la catastrophe économique et sociale en cours dont sont responsables les parasites s’autoproclamant « élites ».

    Macron : putain, encore 600 jours !
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2020/macron-putain-encore-600-jours-fiTlKHJRTQSORQ4LHd_Qhw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.