Attention, très chaud devant

Quels leviers efficaces se donner pour combattre le réchauffement climatique, en proclamer l’objectif ne suffisant pas ? La Commission et la BCE s’en inquiètent afin d’y contribuer, mais rien n’est simple quand on entre dans le vif du sujet, c’est toujours le cas lorsque l’on accède au niveau européen.

La BCE entend bien prendre sa part en orientant ses achats obligataires en fonction de critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance). Isabel Schnabel, membre de son comité exécutif, est intervenue à ce sujet pour souligner que la taille réduite du marché de ces titres faisait obstacle à l’acquisition par ses soins d’un volume important de ceux-ci, quand bien même elle les privilégierait pour les fonds de pension de ses salariés. Le sujet est plus pernicieux qu’il y paraît, car accorder une priorité d’achat à ces titres empiète sur la politique budgétaire des gouvernements, avec laquelle une frontière hermétique est censée exister.

À nouveau, il va falloir faire quelques acrobaties, sous la menace d’une intervention de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, afin de justifier le lien entre le mandat de stabilisation monétaire de la BCE et des critères environnementaux. La BCE y est habituée pour avoir déjà déguisé son action destinée à peser sur les taux obligataires souverains. Mais les plus rigoristes ne manqueront pas de souligner que la politique monétaire doit être neutre du point de vue du marché. Elle va devoir faire valoir que la stabilité des prix pourrait être menacée par les risques que le changement climatique ferait peser sur l’économie. Un grand débat théorique biaisé de plus s’annonce, après celui de l’objectif d’inflation sur lequel nous reviendrons.

Le levier réglementaire peut également être actionné, mais c’est une toute autre histoire. Une réflexion est engagée au niveau de l’Union afin de mettre au point une norme harmonisée de reporting non financier. Pour mémoire, la norme financière qui fait autorité en Europe a été fixée par un organisme londonien privé, l’International accounting standards board (IASB), les Américains ayant adopté leur propre standard ! Le système financier est mondialisé, les normes comptables ne le sont pas. Que va-t-il se passer cette fois-ci ? Une course de vitesse est engagée des deux côtés de l’Atlantique dans le but de finaliser une norme qui aura vocation – on ne sait jamais – à être internationalement adoptée. On saisit l’enjeu si l’on se réfère à la politique de Donald Trump en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Il s’agit au minimum pour les européens de préserver leur autonomie.

En attendant, le compte à rebours des effets du réchauffement est lancé.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

3 réflexions au sujet de « Attention, très chaud devant »

  1. Merci pour l’article. Je souhaiterai aussi que vous analysiez plus en profondeur l’accord CEE signé ce WE. Il me semble mériter plus et je dois dire que je serais heureux d’avoir plus d’argument pour en discuter. D’avance merci.

    Et, euh, le GrammarNazi ne peut résister à dire « qu’une frontière hermétique est Censée exister ». Avec un « S » ce serait inSensé. Oui, bon je ——->[]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.