Pour sauver le capitalisme de lui-même

Les circonstances exceptionnelles s’y prêtent, la foire aux idées nouvelles ne désemplit pas. Par quels moyens pourrait-on assumer l’héritage d’une situation financière inédite, l’apport actuel des banques centrales à la stabilisation du système ne suffisant pas ? comment sortir l’économie de la récession ? que faire face à l’endettement qui va s’accumuler si cela tarde ? Les remèdes traditionnels étant dépassés, d’autres doivent être inventés. Bien heureusement, de nouvelles recettes sont concoctées afin que les États cessent de s’endetter et que leurs dettes soient transformées, le capitalisme est sauvé !

Kenneth Rogoff, un ancien économiste en chef du FMI coutumier des gazettes, tente d’élargir la palette des moyens monétaires. Plutôt que de multiplier les garanties publiques apportées aux emprunts, il propose aux banques centrales de baisser radicalement leur taux directeur afin que les taux pénètrent systématiquement en terrain négatif. Le panorama de l’endettement des États, des entreprises, des collectivités et des ménages en serait radicalement changé, une solution qui serait pour lui nettement préférable à l’alternative que représenterait des restructurations de dette en série.

La Fed s’est formellement refusée à suivre ses homologues en adoptant un taux négatif, mais de nombreux investisseurs américains pensent que c’est inéluctable en raison de la profondeur de la crise économique qui traverse le pays. Après avoir tellement innové, la Fed ne peut plus s’arrêter, croient-ils. Et Donald Trump n’y prendrait pas ombrage car cela renforcerait l’économie américaine. Une étude de la BCE vient par ailleurs de montrer qu’une telle décision était « globalement neutre » pour les banques, contrairement aux idées reçues. Elles payent bien un intérêt pour leurs dépôts à la banque centrale, mais elles en tirent également un bénéfice en raison de l’amélioration de la solvabilité de leurs emprunteurs. L’étude apporte de quoi assurer la pérennité du dispositif et justifierait qu’il soit étendu…

L’un des éditorialistes des Échos, Eric Le Boucher, prétend lui aussi avoir trouvé un « vaccin économique pour le monde d’après » en reprenant une idée de Merryn Somerset Webb du Financial Times. Devant le développement massif de l’endettement des États qui sont amenés à soutenir les entreprises, les collectivités et les ménages, il préconise de transformer ces soutiens en actifs au lieu de les inscrire au passif. En d’autre terme, de systématiser les participations en prenant des parts dans le capital. Une transformation qu’il qualifie de «  solution par le haut », car qui peut croire dorénavant que « les méthodes anciennes de la croissance, l’inflation, l’impôt ou la répudiation [de la dette] » pourront éviter la tempête, fait-il remarquer ? On notera que l’État deviendra à ce jeu-là propriétaire d’une portion d’une propriété immobilière achetée par voie d’emprunt ! Mais il ne serait pas question, en tant qu’actionnaire minoritaire devenu omniprésent que l’État utilise un quelconque droit de vote, le principe de la propriété privée ne serait qu’écorné…

Abandonner les dogmes, cela ne peut pas faire de mal ! mais il y a un côté concours Lépine des inventeurs dans tout cela. Comme si un point de non-retour avait été franchi et qu’il fallait trouver une solution insaisissable…

13 réflexions au sujet de « Pour sauver le capitalisme de lui-même »

    1. Je serais curieux de connaître sa source pour affirmer que l’OMS est financée à 85% par les fondations et les industries pharmaceutiques. Autrement ce monsieur répète plusieurs fois que la crise du coronavirus est un coup d’Etat financier fasciste international orchestré!

          1. Le barème des contributions en pourcentage permet de classer les pays par ordre de contribution mais ne dit rien de leurs budgets ni de leurs poids par rapport aux fonds privés (on remarquera également l’absence de Taïwan qui a pourtant enregistré de très bons résultats dans la lutte contre le Covid).

            Pour les années 2016 et 2017, le budget de l’OMS s’élève à 4,4 milliards de dollars, dont 880 millions fournis par les 193 États membres sous forme de cotisations.

            https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/l-oms-dans-les-griffes-des-lobbyistes-04-04-2017-2117123_57.php

          1. L’article du Point que j’ai cité date d’avril 2017 et nous dit qu’à cette époque les États participaient au budget de l’OMS à hauteur de 20%.
            En est-on aujourd’hui à 15% ? Je l’ignore. Mais 20% ou 15% quelle différence ?
            Il nous suffit de savoir que les quatre cinquièmes du financement de l’OMS proviennent de sources privées qui, par définition, n’ont pas le bien commun comme premier objectif.

      1. Oui. Vous avez raison.
        Je remarque qu’ils ont trouvé plus infréquentable qu’eux et c’est ce pourquoi on peut les entendre tout en faisant le tri de ce qui relève de la projection et du délire.

  1. Il va être intéressant de suivre le Bitcoin et l’idée de Facebook de créer une sorte de monnaie virtuelle dans le cadre du système internet ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.