N’en disposant pas, les autorités européennes prennent leur temps

Le Premier ministre portugais Antonio Costa n’aura pas fait pour rien sa virulente sortie en réaction aux propos du ministre hollandais Wopke Hoekstra. Parmi les dirigeants européens, l’heure des explications publiques a sonné et celle des compromis se rapproche.

Les responsables italiens ne sont plus les seuls à ruer dans les brancards. Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol les a rejoints. Après avoir critiqué l’insuffisance des mesures prises lors de la précédente crise de 2008, il a déclaré que l’Europe ne pouvait plus faillir et réclamé un plan Marshall. L’Espagne, a-t-il fait valoir, a toujours soutenu l’idée du renforcement de l’Europe, il est temps que celle-ci soutienne ses citoyens et pays les plus faibles.

Cette mise au point en forme d’ultimatum ne procède pas d’un coup de tête. Pedro Sanchez s’était battu lors du dernier Conseil européen pour que soit adoptée une mesure d’assurance chômage à l’échelle européenne mais il n’a pas eu gain de cause. Or l’Espagne pourrait dépasser le cap des deux millions de travailleurs en chômage partiel ou provisoire, et le budget de l’État exploserait sous le poids des allocations qui leur sont versées. Il n’est plus possible de finasser avec la « flexibilité » des règles du « pacte de stabilité » quand le chômage menace d’atteindre le taux de 20%… Les financements qui sont nécessaires n’ont plus pour seul objet de faire face à la crise sanitaire en tant que telle mais aussi à ses effets économiques et sociaux. Dans toute l’Europe, Allemagne comprise, l’accroissement du chômage devient une préoccupation gouvernementale majeure en raison de ses implications financières.

En Hollande même, les réactions aux propos du ministre ont été très vives au sein de deux des quatre partis de la coalition gouvernementale. Leurs dirigeants ont réclamé que les pays du Sud de l’Europe soient soutenus et ont eux aussi évoqué l’adoption d’un plan Marshall. Beaucoup de Hollandais ne se reconnaissent pas dans l’image qui a été donnée d’eux, conduisant le gouvernement à revenir sur son refus pour désormais soutenir le projet d’une assurance chômage européenne.

Cela fait partie des pistes explorées par la Commission, soucieuse d’éviter la « fragmentation » de l’Europe annoncée par Giuseppe Conte, le président du Conseil italien. Elle cherche notamment à mettre sur pied un programme de 100 milliards d’euros, et le Mécanisme européen de stabilité (MES) étudie la création de ligne de crédit spécifiques, la Banque européenne d’investissement (BEI) pourrait se mettre également de la partie. Ce n’est pas tout à fait de l’affolement, mais cela y ressemble bien, d’autant que le temps est compté au rythme où la situation se détériore, en particulier dans le domaine de l’emploi. L’objet des nouvelles mesures serait d’aider les gouvernements à financer les mesures de chômage partiel.

Cela ne s’arrête pas là. Klaus Regling, le directeur du MES, choisit les colonnes du Financial Times pour défendre l’utilisation des moyens existants dans le court terme, tout en reconnaissant « qu’il a d’autres options dans le long terme ». Dans l’immédiat, il propos de dégager des lignes de crédit qui seraient assorties de conditionnalités limitées, mais à échéance de deux ou trois ans – le temps nécessaire pour selon lui y parvenir – une nouvelle structure pourrait émettre des « corona-obligations ». Et, comme il n’est pas possible de créer de telles obligations sans rien avoir dans les mains, il donne aussi l’exemple de la Commission qui pourrait sur son prochain budget pluriannuel dégager les ressources adéquates. Ce qui reviendrait à les faire collectivement financer par les États membres de l’Union.

Le mur derrière lequel le clan du refus s’abrite va-t-il céder ? Klaus Regling y met les formes. On attend les prochains craquements.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

14 réflexions au sujet de « N’en disposant pas, les autorités européennes prennent leur temps »

  1. Un avis d’ « économiste » (peut-être?) controversé… (anti-européen revendiqué ).
    Disons que , s’il m’est permis de l’introduire au débat , je fais mienne cette prospective…^!^… Extraits :
     »  » Corona-bonds  »  » ..foutu.. [[ Tous vs ( D + NL ) ]]
     »  » MES ( sans les « mémoranda » )  »  » ..foutu..[[ ( F+I ) vs D ]]
    Et pour autre chose…. « sa » prospective :
    ……  »  »  »
    La Banque Centrale Européenne (BCE) a mis en place la semaine dernière (le 25 mars) le Pandemic Emergency Purchasing Program ou PEPP. Il consiste en un rachat massif (pour l’instant une somme de 750 milliards d’euros est prévue) sans limites de la dette des Etats de la zone euro. Sur les journées de jeudi 26 et de vendredi 27 mars, les achats ont atteint 20 milliards (10 milliards par jour). Il est possible qu’ils accélèrent dans les jours ou les semaines qui suivent. Ce mécanisme revient à faire du financement monétaire direct des dettes publiques, ce que faisait la Banque de France jusqu’en 1973…Mais, le PEPP pourrait être l’objet de procédures légales car il contrevient de manière assez évidente avec la charte de la BCE. Politiquement, l’Allemagne ne pourrait cependant pas assumer et une position ferme sur le MES et une position demandant l’arrêt du PEPP. Elle apparaîtrait alors comme le pays refusant toute solidarité dans le cadre de l’UE et de la zone euro. Aussi, on peut penser qu’elle laissera faire la BCE, du moins pour l’instant.

    A moyen terme, l’arbitrage pour les divers gouvernements sera entre la rapidité d’un « retour à la normale » de l’économie et un endettement supplémentaire. Les conditions de sortie du confinement seront certainement plus difficiles que ce qui est prévu aujourd’hui, et les subventions, aux ménages comme aux entreprises, devront être massive. Dans cette situation, si la question des dettes n’est pas réglée d’ici la fin de l’année, elle pèsera lourdement sur les conditions économiques de l’année 2021 et des suivantes. Le risque étant que le choc exogène de l’épidémie soit alors suivi par un choc récessif endogène d’origine budgétaire. En effet, le montant des dettes est aujourd’hui tel qu’il est exclu, sauf à provoquer une nouvelle dépression avec ses conséquences politiques, de faire payer ces dettes par les ménages. L’idée avancée par Mme Christine Lagarde et le FMI en 2013 d’un prélèvement autoritaire de 10% de l’épargne aurait, lui aussi, des effets dépressifs importants, car les ménages voudraient reconstituer leur épargne au plus vite et limiteraient fortement leur consommation. Quelle solution de moyen terme est alors possible ?

    On peut penser, dans un premier temps, à une prolongation du PEPP jusqu’en décembre 2022, avec des montants plus importants que prévus. La BCE absorberait ainsi, par création monétaire directe, une bonne partie de la dette publique des Etats maintenant les taux d’intérêts à un niveau très bas. Ceci étant fait, elle se transformerait en « caisse de défaisance » pour procéder à l’annulation de cette dette, tandis que les pays de la zone euro retrouveraient leurs monnaies nationales. Une telle solution aboutirait à une dissolution programmée de la zone euro, ce qui rendrait possible, le cas échéant, des accords de co-fluctuation des monnaies.

    La question de l’avenir se pose aujourd’hui, au-delà de l’urgence immédiate. Qu’il s’agisse du rythme de dé-confinement ou des conséquences financières et politiques .  »  » « 

  2. Bonjour à tous,
    Roberto nous interroge :
    « La question est donc de savoir comment IMPOSER une concertation collective ?» .
    Voici une proposition pour SUSCITER une concertation collective .

    Nous avons les moyens d’organiser et de structurer un vaste réseau de – cercles de réflexion populaire -.
    Pour y atteindre, il est nécessaire un développer format de discussion, sur groupware, qui permette de récupérer une part de l’énergie dissipée sur les réseaux sociaux et les fils de blog. « Dix ans plus tard », les fils sont toujours au même point, ils ne produisent guère autre chose que le sentiment d’appartenance à un groupe. De plus, l’usage des pseudo y favorise le laisser-aller de la pensée et de l’expression.
    La forme linéaire des fils de discussion ne permet pas la structuration d’une réflexion collective autour d’une idée progressivement argumentée, documentée, discutée dans un débat rationnellement conduit. Faute d’une trace structurée, son histoire ne peut être, évaluée par le groupe pour être ensuite proposée à l’évaluation d’autres groupes.
    Pour contrecarrer cette dissipation d’énergie, il est nécessaire de construire des groupes de réflexion physiques et /ou sur l’usage structuré de groupware(1), dans lesquels la rhétorique politique usuelle serait remplacée par la raison de l’écrit, laquelle est évaluée en permanence autour de la formulation de points de débats précisés et limités par le choix des hypothèses du débat en cours.
    La stratégie de mise en place de tels dispositifs peut être adaptée de celles des anciennes actions collectives d’autoformation collective et assistée, lesquelles précisément ont pour racine le vaste mouvement d’éducation populaire issu de la résistance.
    Il s’agit donc d’expérimenter des mini groupwares de 12 membres, dont la réflexion est accompagnée sur le plan « technique »du groupware et autant sur le plan « pédagogique » par 3 coordinateurs. Ce qui permet l’autoformation d’un des formateurs sur les trois et la dissémination du dispositif.

    Les étapes de ce type de projet vont d’elles-mêmes:
    .
    Il s’agit d’abord de produire un premier groupe expérimental qui formalise la présentation globale du dispositif.

    La seconde étape est de rassembler un ensemble de – personne relais – intéressée par l’idée des groupes de réflexion populaire, et qui par leur proximité avec le monde associatif au sens large, pourra susciter la mise en place de groupes effectifs.
    La troisième étape consiste à inviter les groupes à globaliser leur réflexion autour des modalités de traduction politique.
    Ce schéma ne se substitue pas aux mouvements sociaux et partis habituels, il vise à l’expression de la rationalité collective populaire.
    Le budget de fonctionnement d’un groupe de 15 personnes en cloud est inférieur à 5€ par mois.
    Il est clair qu’après un temps, le dispositif devra se doter d’une intendance permettant de fournir du matériel internet de récupération, des partages de liaison internet permettant aux publics défavorisés de participer. Ce qui suppose des accompagnements pédagogiques pour le passage de l’expression orale à sa synthèse écrite, dont la trace est nécessaire pour opposer la rationalité à la rhétorique politique.
    Je pense à un usage encadré de « Tiki wiki » ou d’un usage pédagogique de « Moodle gratuit » délesté de ses fonctions d’évaluation des « élèves ».
    À+
    Jean-luce

    PS. Chaque citoyens devrait être à même de comprendre le raisonnement d’Otromeros et d’évaluer le reste de la subtile dissolution de l’Euro et de l’Europe

    « On peut penser, dans un premier temps, à une prolongation du PEPP jusqu’en décembre 2022, avec des montants plus importants que prévus. La BCE absorberait ainsi, par création monétaire directe, une bonne partie de la dette publique des Etats maintenant les taux d’intérêts à un niveau très bas. Ceci étant fait, elle se transformerait en « caisse de défaisance » pour procéder à l’annulation de cette dette, tandis que les pays de la zone euro retrouveraient leurs monnaies nationales. Une telle solution aboutirait à une dissolution programmée de la zone euro, ce qui rendrait possible, le cas échéant, des accords de co-fluctuation des monnaies »

    1. Une incise pour lever toute équivoque…
      Je ne suis pas l’auteur du raisonnement mis en exergue hier 01/04 à 16h02… ^!^….
      J’ai des lectures éclectiques .. et parfois ( pas trop souvent..ouf!..) certains liens que j’estime d’intérêt ( ce qui ne signifie pas que je comprends ou partage 100% ..) me sont reprochés ( voire censurés.. )..! J’évite en cas de suspicion de citer des noms… pas idéal bien sûr..!

      D’où par exemple la formulation choisie hier :
       »  » Un avis d’ « économiste » (peut-être?) controversé… (anti-européen revendiqué ).  »  »
      ……… qui aurait mérité , à la réflexion , la tournure moins ambigüe :
       »  » L’avis d’ un « économiste » (peut-être ici?) controversé… (anti-européen revendiqué ).  »  »

      Nom de l’auteur + lien disponibles sur demande bien entendu..^!^..
      BàV.

      1. Anastasie n’intervient sur le blog de François Leclerc qu’en cas de propos insultants, xénophobes, racistes, extrémistes, négationnistes, complotistes, etc. Bref contre tout ce qui heurte ou nie l’humanité et la common decency.

        Elles et ses ciseaux font confiance à l’intelligence de ses lecteurs et lectrices considérés comme des adultes et non comme des enfants à éduquer.

        Si l’économiste cité est anti-européen, cela risque effectivement de poser un problème. S’il est seulement contre l’UE telle qu’elle est et tel qu’elle (ne) va (pas), alors à chacun et chacune de juger ses arguments sur pièce.

    2. Bonjour monsieur Morlie,

      Ayant bien conscience de participer au « relâchement de la pensée et de l’expression » – toute proportion gardée et relativement au niveau escompté chez monsieur Jorion par exemple – je ne peux pourtant m’empêcher de rapprocher votre remarque des quelques échanges que nous avions eus sur mon blog en son temps.

      Je vous signalais alors qu’il me fallait deux heures pour ne serait-ce qu’espérer entraver quelque chose à chacune de vos phrases. Si vous situez là le niveau d’expression et de tenue de la langue, je peux vous prédire un échec patent de vos louables tentatives d’organisation de la pensée populaire et ce malgré les efforts de clarté que vous déployez ici. Je ne saurais trop renvoyer les lecteurs d’ici à vos interventions chez Jorion – une histoire de fleuve et de berges ou de rives entre autres – pour se faire une idée de ce que vous êtes capable de développer en matière d’obscurité.

      Parfois le mépris prend des formes bien chantournées pour s’exprimer, qu’il soit de classe ou intellectuel. Au royaume des aveugles les borgnes étant rois, je vous confie que je ne fais que vous retourner une critique qui, dans les milieux que je fréquente, m’est régulièrement renvoyée.

      Désolé de n’être pas à la hauteur, celle-ci étant, comme bien d’autres domaines, extrêmement relative… Allez, je retourne troller sur « Le Monde » !

      Amitiés conséquentes.

    3. À cet égard, me revient en mémoire cette scène d’anthologie chez Ruth Elkrief, où l’on peut voir ce syndicaliste devenu acteur – un peu trop – pendant la crise des gilets jaunes, subir le mépris que j’évoque ici. La politesse compassée face aux postures virilistes que nous rejouons à notre manière et tout le décalage qu’il peut y avoir entre une culture populaire et les implicites du savoir s’exprimer et… se tenir.

      https://www.lesinrocks.com/2018/12/06/medias/tele/video-vous-etes-meprisante-xavier-mathieu-remet-sa-place-ruth-elkrief-sur-bfmtv/

    4. Une dernière remarque et j’en aurais fini.

      Sachant parfaitement ne pas avoir le niveau pour m’exprimer sur de multiples sujets – j’y suis en position d’apprenant total – je réserve mes interventions à des sujets plus secondaires. Mais, et cela me paraît fondamental, les blogs ne sont pas seulement des sources d’information, mais des lieux d’échange, de socialisation pourquoi pas, et l’intérêt qui m’y pousse particulièrement est double : j’y rencontre les gens qu’il ne m’est pas donné de croiser dans mes activités ou en nombre trop faible et de bénéficier de leurs enseignements, et ils sont « sociologiquement » – je sais à qui je m’adresse, c’est donc toute proportion gardée – passionnant à « étudier » comme concentré des rapports humains.

      Toutes les pensées ne procèdent pas analytiquement et si leur valeur démonstrative est moindre, il me semble qu’elles sont en mesure, à leur niveau, de produire des inférences valides et opératoires malgré tout.

      Bonne journée !

      1. Je vais finir par maudire Jorion et sa dynamique d’affects ! C’est chaque fois la même chose…

        Clarification de ma position et de certains présupposés :

        Pourquoi autant de « je », « je », « je », dans mes commentaires, ce qui doit en agacer plus d’un.

        C’est un postulat théorique de ma part, je ne crois pas à la parole abstraite, strictement rationnelle. Elle sert de filtre selon moi à deux hypocrisies :

        La première est celle consistant à ne pas assumer explicitement au niveau performatif la charge d’engagement personnel qu’implique tout discours (« moi, machin-truc, j’affirme que… ») et elle masque l’ensemble vertigineux des hypothèses adjacentes qu’elle véhicule sous couvert d’objectivité ainsi que les noyaux de croyances personnelles implicites volontairement masqués ou non. Si c’est involontaire, c’est rendre service que de les mettre au jour.

        La seconde est une hypothèse épistémologique sur les affects et leur intervention dans tous les domaines de l’expérience humaine, y compris les sciences. Les gens dénués de passion m’inquiètent… car leurs discours, sous couvert de froide rationalité ou d’objectivité scientifique, conduisent aux pires horreurs – j’esquive le point Godwin https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/du-crime-nazi-au-management-moderne-une-histoire-commune – en matière d’économie ou de politique par exemple, ce qui m’incite à penser que ceux qui les tiennent sont soit, de dangereux sociopathes, soit… de dangereux sociopathes.

        Ajoutez à cela un petit problème d’abstraction allié à un manque de formation et vous obtenez la nécessité d’un ancrage permanent dans l’expérience pour ne pas avoir l’impression vaporeuse de nager dans l’ether face à certains discours.

        On soulignera à volonté la faiblesse des raisonnements inductifs et analogiques face à la méthode hypothético-déductive, je répondrai par l’absence de méthode et le contrôle à la sortie. Ayant parcouru le chemin dans un sens, rien n’empêche de le suivre dans l’autre.

        Et puisque la méthode ne peut guère différer du discours sauf à se retrouver sur le dos, on en trouve une magnifique illustration dans le post récent d’otromeros sur le BPJ :

        https://www.pauljorion.com/blog/2020/03/29/hydroxychloroquine-et-coronavirus-comment-apprecier-la-valeur-des-resultats-de-didier-raoult-par-alexis-toulet/#comment-782739

        Pas plus d’objectivité dans les sciences que l’information, décidément !

        Je m’explique : on y voit Raoult défendre une « objectivité scientifique » (l’état de l’art et la maîtrise du praticien) contre les critiques qui sont portées sur les méthodes de sa recherche (théorie de la connaissance) sans évoquer une seconde les conflits d’intérêts ou les bénéfices éventuels de sa réussite supposée.

        Pas plus qu’on ne souligne – je ne connais pas radio classique mais je m’y attends à beaucoup de courtoisie – l’intention de médias plutôt classés à l’extrême droite – valeurs actuelles entre autres – à faire monter cette mayonnaise pour déstabiliser un gouvernement que je n’apprécie pas particulièrement par ailleurs. Ce à quoi participe radio classique, qui, je le suppose, n’affiche pas MLP et Bardella par hasard dans deux des quatre autres articles suggérés dans sa file.

        Bref, assumer clairement qui parle et d’où dans tous les domaines serait quand même un vrai plus.

        Et j’arrête là, désolé monsieur Leclerc, je retourne au silence sur ce blog technique où j’estime n’avoir rien à dire, ce qui ne m’empêche pas de vous lire et d’apprendre grâce à vous et aux commentateurs. Merci !

  3. https://www.letemps.ch/economie/litalie-ne-relache-pression-coronabonds
    Quand l’Italie avait allégé la dette allemande
    Le premier ministre n’est pas le seul à monter au créneau. Plusieurs politiciens italiens, des présidents de région et des maires ont lancé un appel mardi par le biais d’une pleine page dans le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung. Leur message: «Si l’Union européenne (UE) ne prouve pas qu’elle existe maintenant, elle disparaîtra.» Pour le bon souvenir des Allemands, les signataires rappellent le Traité de Londres de 1953; plusieurs pays, dont la France et l’Italie, avaient alors allégé la dette allemande au sortir de la Seconde Guerre mondiale

  4. À ce propos, j’en profite pour faire des excuses publiques à M. Morlie. Que je prie de bien vouloir m’excuser parce que :

    1/ je rebondis sur un bout de phrase, qui pour être gènant n’en est pas moins vrai, et ne me sert que de prétexte. J’ai horreur de cela quand les autres le font, je ne vois pas pourquoi j’y cèderais moi-même ;

    2/ sous couvert d’objectivité, je règle des comptes personnels avec la petite bande de joyeux drilles de 2009, dont M. Morlie est le seul représentant clairement identifié à mes yeux. Vous cristallisez ma rancoeur, M. Morlie et tout mon texte n’en est que l’expression, c’est minable) ;

    3/ mon discours est de ce fait confus (fin officielle et fin « inconsciente ») et demande à être clarifié sur les bases mêmes que j’invoque ;

    4/ mes excuses ne vont pas seulement à M. Morlie mais également à M. Leclerc, dont je loue la mansuétude à mon égard (vous pouvez me modérer plus sérieusement, je ne m’en formaliserai pas) ;

    5/ mais également à la communauté des commentateurs, ici et là-bas, qui me subissent… je vais y travailler.

    Fin de l’intermède auto-contrition. J’avais pensé à le faire par mail mais l’outrage étant public, les excuses le sont aussi.

    J’ai assuré une publication légale sur un site de grande audience :

    https://www.pauljorion.com/blog/2020/04/03/lamour-au-temps-du-coronavirus-veille-permanente/#comment-783560

    Et vous prie donc M. Morlie, de bien vouloir m’excuser, je n’ai fait preuve ni d’une grande intelligence, ni d’une grande lucidité, ni de beaucoup d’autres choses… à compléter à votre gré.

    2Casa

    1. Bonjour 2Casa,

      Nous connaissons depuis longtemps mon penchant pour « ripisylve » et « synecdoque » …

      Amitiés,
      Jean-Luce

  5. J’en profite pour corriger une erreur, factuelle celle-là. J’emploie le terme « performatif » en lieu et place de « perlocutoire ». Une des quatre conditions de possibilité d’un « agir véritablement communicationnel » chez Habermas. C’est-à-dire d’un agir qui ne soit pas stratégique, masquant d’autres fins. Ces conditions sont les suivantes :

    1/ intelligibilité (que nous nous comprenions) ;
    2/ contenu propositionnel (il est le cas que p ; objet du discours scientifique) ;
    3/ adéquation normative (que nos bases morales soient compatibles) ;
    4/ condition de sincérité (j’adhère à mon discours et mon objet est l’établissement d’une communauté respectant ces conditions) ;

    Ce que je dénonçais c’était bien évidemment la confusion délibérée des 2/ et 4/, le « repli » de l’une sur l’autre.

    La fin du texte portait plus expressément sur le « compactage » (je cherche un terme, « concaténation » ?) de 1/ et 4/ (jeu sur l’implicite du discours, sur les inférences escomptées, sur l’intention réelle – i.e. agir stratégique)

    Voilà, merci et bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.