Ces réfugiés qui ne peuvent même pas demander l’asile

Grand succès, la grande majorité des réfugiés qui cherchent à rejoindre l’Europe est stoppée à ses marges, mais dans quelles conditions inacceptables ! En Libye, ils sont pris au milieu d’une guerre civile alimentée par des livraisons d’armes d’États ne respectant pas l’embargo. En Grèce, ils sont parqués dans des îles où la situation est devenue incontrôlable à force d’arrivées clandestines n’ayant jamais cessé. Signe de la détérioration de la situation, des forces anti-émeutes ont utilisé à Lesbos des gaz lacrymogènes contre une manifestation de réfugiés.

Un tragique épisode de plus est en cours à la faveur de la guerre qui se poursuit dans le nord-est de la Syrie. Afin d’achever la reconquête du pays par Bachar al-Assad et d’en évincer les dernières poches de rebelles et de djihadistes, l’aviation russe épaule l’armée syrienne et les milices pro-iraniennes en bombardant depuis plus de dix semaines la province d’Idlib, faisant de la région un champ de ruines et de villes fantômes.

700.000 familles syriennes, majoritairement des femmes et des enfants, ont cherché des refuges de fortune dans la région en fuyant les bombardements, faute de pouvoir traverser la frontière fermée par la Turquie. D’après le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, cela représente le plus grand nombre de déplacés en une seule période depuis le début de la guerre en Syrie, il y a neuf ans. La moitié d’entre eux étaient déjà des déplacés d’autres régions syriennes.

Redoutant un nouvel afflux de réfugiés après en avoir déjà accueilli plus de trois millions et demi, le régime turc tente de cantonner durablement les déplacés dans une zone du territoire syrien bordant sa frontière. À l’appui de ses intentions qui ne se concrétisent pas, l’armée turque est intervenue en Syrie et des affrontements meurtriers avec les forces russes en ont résulté.

La présidente démissionnaire de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui est aussi ministre de la Défense en Allemagne, avait pris l’initiative de proposer en octobre dernier une zone placée sous contrôle international en Syrie, mais cela a fait long feu. Et les dirigeants européens s’en lavent les mains, laissant la Turquie seule face au problème comme il l’on fait avec l’Italie et la Grèce, se désintéressant du sort de réfugiés dans l’incapacité de demander asile, la catégorie qui a leur préférence.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

2 réflexions au sujet de « Ces réfugiés qui ne peuvent même pas demander l’asile »

  1. Petit rappel historique sur les raisons structurelles de la rivalité entre Turquie et Russie dans la région, la disparition des puissances coloniales française et anglaise étant compensée sur l’échiquier par l’apparition des nouvelles puissances régionales israélienne et iranienne.

    Russie-Turquie : une guerre de trois siècles

    https://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/russie-turquie-une-guerre-de-trois-siecles-20-02-2016-2019825_231.php

    1. La géostratégie, tout comme la macro-économie d’ailleurs, offre l’avantage d’être une science moralement confortable pour les décideurs. Son point de vue est en effet tellement élevé qu’il lui est impossible de voir le sang et les cadavres là-bas, tout en bas.

      Pour les piétons, le paysage ressemble plutôt à ça :
      Civils en zones de guerre : victimes collatérales ou cibles intentionnelles ?
      https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/civils-en-zones-de-guerre-victimes-collaterales-ou-cibles-strategiques

      PS : le papier du colonel Legrier parue dans la Revue de Défense Nationale (avant d’être censuré et son auteur sanctionné), dont il est fait référence dans l’interview :
      La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ?
      https://www.asafrance.fr/images/legrier_fran%C3%A7ois-regis_la-bataille-d-hajin.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.