Révolte algérienne, deuxième session

Les algériens ont apporté leur réponse à ceux qui tentent d’évaluer le répondant auquel le nouveau président peut prétendre auprès de la population. En 46ème semaine, une fois de plus, ceux-ci ont sans faiblir envahi les rues d’Alger pour lui exprimer défiance et rejet.

Sous le nouveau règne d’Abdelmadjid Tebboune, des libérations de manifestants arrêtés sont en cours, provisoires en attendant un procès ou accordées les peines accomplies. Autant de gages donnés afin de susciter des divisions entre ceux qui s’accommoderaient d’un répit et ceux qui persistent à vouloir la fin du système. Mais, symbole pour symbole, la liste des 39 ministres du nouveau gouvernement ne plaide pas pour le renouveau et l’apaisement. Plus d’un tiers de ses membres ont été reconduits du précédent, nommés aux ministères-clés par Abdelaziz Bouteflika en mars dernier; beaucoup sont des caciques de son époque, comme si le système ne disposait pas de sang neuf, donnant raison d’espérer à ceux qui veulent hâter sa fin de parcours.

Le général Ahmed Gaïd Salah disparu, le président Abdelmadjid Tebboune élu, l’armée s’est effacée et refermée comme une huitre, mais son pouvoir reste intact. Faible tentative d’accréditer un cours nouveau, le poste de vice-ministre de la Défense qui lui revenait de droit a disparu, le président continuant à détenir le portefeuille de la Défense comme avant.

Pour le régime, le plus dur reste à faire. La rente pétrolière baisse et l’économie du pays a été laissée en jachère. Les réserves en devises s’épuisent et les maigres restrictions aux importations sont de peu d’effet. Le moment du bilan est venu et ne va pas pouvoir être retardé, les faux-semblants destinés à se maintenir au pouvoir derrière un paravent ne vont pas être de grand secours. Afin d’intensifier l’exploitation des gisements d’hydrocarbures, des capitaux étrangers sont recherchés, mais la configuration de l’économie algérienne en sortira inchangée. L’armée a comme seule vocation d’être parasitaire.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

2 réflexions au sujet de « Révolte algérienne, deuxième session »

  1. Non content d’être des parasites, ces salauds de militaires algériens ne montrent aucune solidarité méditerranéenne, ils n’achètent même pas français !

    Mais bon, les manifestants algériens seront tout de même contents d’apprendre qu’en échange de quelques malheureux milliards de dollars leur pays disposera bientôt d’une capacité stratégique de frappe dans la profondeur. C’est déjà ça.

    https://www.algerie-eco.com/2019/12/26/algerie-negocie-achat-sukhoi/

    https://www.air-cosmos.com/article/lalgrie-commande-lavion-de-combat-sukhoi-su-57-22312

    1. Toutes mes excuses aux militaires algériens, j’ai parlé trop vite ! Ces braves gens font effectivement preuve d’une grande solidarité méditerranéenne puisqu’ils viennent d’acheter à l’Italie pour un demi-milliard d’euros de navire d’assaut amphibie.

      Une nouvelle peut-on espérer qui remplira les manifestants de gratitude et les dissuadera de manifester contre un gouvernement qui prend leur protection tellement à cœur.

      https://www.alterinfo.net/L-Italie-vend-a-Alger-un-navire-d-assaut-amphibie-d-un-demi-milliard-d-euros_a62181.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.