Le système attend son heure et la prépare

Dans l’immédiat, le régime désormais aux mains de l’armée utilise les gendarmes pour empêcher des premières manifestations en semaine, en prélude à l’interdiction de plus grandes, et pour finir par celles du vendredi à la faveur du véritable coup de force que représenterait l’occupation du terrain pour empêcher le rassemblement.

L’objectif poursuivi est aussi de préserver la direction de l’UGTA, le syndicat algérien, qui est vivement mise en cause, et de couper court à la contestation interne à sa base. Pas question de laisser se tenir le congrès extraordinaire réclamé par les contestataires qui veulent la tête d’Abdelmadjid Sidi-Saïd, son secrétaire général inamovible.

Tel semble être le plan B d’Ahmed Gaïd Salah, le chef d’État-major de l’armée, qui ne peut avancer ses pions sous la pression de la rue. À cette stratégie d’étouffement progressif du mouvement, comment celui-ci va-t-il réagir ?

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Une réflexion sur « Le système attend son heure et la prépare »

  1. Et avec un âge médian de 28 ans, aucune chance pour que le régime puisse organiser un « Grand débat » pour gagner du temps et faire baisser la pression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.