Une assemblée constituante algérienne

L’Algérie est plongée dans l’euphorie mais l’incertitude croît. Le système ne réalise pas ce qui lui arrive et tente de se sortir de ce mauvais pas sans y parvenir. Qu’il ait cru pouvoir obtenir gain de cause par le lâchage d’Abdelaziz Bouteflika en dit long sur son incompréhension de la situation.

De son côté, le peuple algérien fait la fête, encouragé par les reculs successifs du système et confiant dans sa force. Mais il n’est porteur d’aucun projet une fois acquis le démantèlement du système.

Dans une telle situation, afin de ne pas s’en tenir à un rendez-vous hebdomadaire de protestation et de garder l’initiative, la perspective d’une assemblée constituante coupant court à toute autre manœuvre serait de circonstance. Elle prolongerait les manifestations des journalistes, des avocats, des magistrats et des architectes qui sont déjà intervenues. La campagne électorale se déroulerait sur une base locale et sur les lieux de travail, sur la base de projets de dispositions sur lesquels l’assemblée élue aurait à se prononcer.

Pour ceux qui s’en souviennent parmi les plus âgés, il pourrait être revenu à la réflexion sur l’autogestion des « biens vacants » – laissés par les colons au lendemain de l’indépendance – afin de se prémunir de la réapparition du système (mêmes causes, mêmes effets).

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.