Il n’y en a pas un pour racheter l’autre

Depuis que le Mare Jonio battant pavillon italien a été placé sous séquestre dans le port de Lampedusa, plus un seul navire affrété par une ONG n’est en mesure de porter secours aux réfugiés en Méditerranée.

Mais le ménage n’a pas été totalement fait. Il restait encore à patrouiller dans ces eaux les navires de la mission Sophia de l’Union européenne, sous commandement de la marine italienne, dont le mandat arrive à expiration le 31 mars. L’occasion était bonne d’en rester là, comme le souhaitait le gouvernement italien.

D’autres pays dont l’Allemagne demandant la poursuite de la mission, on s’orienterait vers un compromis. Elle serait reconduite pour six mois, mais les opérations navales seraient arrêtées et seule la surveillance aérienne maintenue… Au final, les derniers navires resteraient à leur tour à quai. Et un volet complémentaire de l’accord qui est encore en discussion prévoirait la formation des garde-côtes libyens.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.