Merci

J’étais encore un adolescent et je me souviens de ces rendez-vous nocturnes lorsque des inconnus s’enfermaient avec mon père dans son bureau. Et de ce signal que nous avions – tirer le rideau d’une fenêtre qui donnait sur la rue – pour lui signifier que la police était là quand il rentrait tard le soir.

Je n’oublie pas ces dimanches où, en famille, nous pliions les exemplaires d’El Moudjahid clandestin, le journal du FLN, et de ses paquets que je livrais ensuite en empruntant le métro, après avoir enfilé l’uniforme de Scout d’un copain.

la suite, je préfère ne pas m’en souvenir.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.