Un moteur de plus en plus petite cylindrée

Un traité de coopération et d’intégration franco-allemand a été adopté en janvier dernier et un Conseil européen va se tenir ce mois-ci, qui a donné l’occasion à Angela Merkel et Emmanuel Macron de faire « un point d’étape » sur la mise en œuvre du traité et préparer le Conseil.

La création d’une « vraie armée européenne », comme l’a nommée Angela Merkel, est aujourd’hui l’un des axes centraux de cette coopération. Elle inclut des projets partagés des industries d’armement des deux pays afin de concevoir et fabriquer une nouvelle génération d’hélicoptères, d’avions de combat et de sous-marins. Mais il y a un hic ! Selon Der Spiegel, le ministre des Finances du SPD Olaf Scholz s’oppose au projet de croissance des crédits militaires de sa collègue ministre de la Défense Ursula von der Leyen, et prévoit une progression inférieure à l’inflation prévisionnelle, c’est à dire une baisse.

Le désaccord s’inscrit dans le contexte de mauvaises prévisions économiques et de croissance – expliquant la rétention du ministre – et de polémiques opposant Donald Trump et Angela Merkel à propos de la participation financière allemande étriquée au budget de l’OTAN. Le projet d’armée européenne ne faisant que les exacerber, le président américain y voyant à terme une concurrence à l’OTAN qu’il contrôle, ce qui est d’ailleurs bien l’intention.

Certes, la tension n’est pas à son comble au sein du gouvernement allemand à ce sujet, et les commentateurs ne prédisent pas l’éclatement de la Grande coalition. Nul, des partis membres de la coalition et de la chancelière, n’a intérêt à précipiter cette échéance. Mais cela augure mal du déploiement de ce qui reste de la coopération franco-allemande, le président français ayant déjà dû abandonner ses grands projets de relance de la construction européenne. Si le gouvernement allemand pratique plus que jamais la diète budgétaire, que restera-t-il de la grande armée sinon des envolées de tribune ?

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Une réflexion sur « Un moteur de plus en plus petite cylindrée »

  1. Cher François,
    les contributions financières, il y a des mois sans et des mois avec !. Vous méritez mieux ! Je culpabilise de ne pas participer davantage car vos billets traitent chaque fois les sujets en profondeur et surtout via un prisme que l’on ne rencontre que très peu sur les médias de grande écoute faussant d’autant le jugement de nos compatriotes citoyens.
    Comment rendre le citoyen réellement plus et mieux informés, telle est la question fondamentale de l’information trop souvent volontairement masquée ou déformée. Votre contribution y remédie un peu. Le blog a ses limites comme tout instrument de partage, votre participation à des émissions de radio ou de télévision ciblées et de grande écoute vous permettrait une plus grande audience en rapport avec votre talent épistolier et de fin analyste du monde financier et politique.
    Dans tous les cas continuez et apportez-nous un éclairage nouveau sur ce pseudo nouveau monde mais qui sur bien des aspects et plus vieux qu’il n’y parait. Merci encore à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.