Une martingale pour les paris financiers

Les spéculateurs auraient-ils trouvé une parade leur permettant de ne pas participer à la course effrénée à la vitesse de transmission de leurs ordres d’achat et de vente ? Pour donner un exemple, les données de marché mettent en moyenne 4,01 millisecondes  pour être transmis de Wall Street à Chicago.

Les coûts de plus en plus élevés de ces transmissions rognent leurs marges. Celles-ci étant très faibles, un mouvement de concentration a permis à ceux qui en ont bénéficié de se rattrape en faisant du volume. Et l’on pourrait croire, au vu de l’intensité de la compétition, que la seule limite que les opérateurs ne pourront pas franchir est celle de la vitesse de la lumière !

Tout est bon pour gagner quelques microsecondes sur le marché très compétitif du trading à haute fréquence (THF). La fibre optique est toujours la plus généralement utilisée, les ondes courtes radio, plus rapides, ont comme défaut que leur transmission des données est perturbée par les orages, ce qui nécessite d’avoir en secours la fibre optique. Et les coûts s’additionnent. Les énormes bénéfices du THF, chiffrés en milliards de dollars, ont dans un premier temps permis d’investir sans compter dans l’optimisation de la vitesse de transmission, la clé du succès dans la compétition qui s’était engagée, mais ce n’est plus autant le cas.

Dans un tel contexte, l’apparition d’un nouveau modèle a toute son importance. C’est ce que propose XTX Markets, fondé en 2015, qui concentre son activité sur le marché des changes. Derrière celui des taux, le Forex est le deuxième marché mondial par ordre d’importance, le domaine de prédilection des grands établissements bancaires qui voient arriver de nouveaux concurrents. XTX Markets ne recherche par la rapidité de la transmission des données mais la qualité de ses prévisions de valeur des devises à échéance des prochaines minutes, l’éternité dans le monde du THF. Ses algorithmes analysent une grande masse de données et fournissent une martingale de rêve comme jamais un flambeur n’en disposera au casino. Avec cet opérateur d’un genre nouveau sur un marché qui s’y prête, les paris spéculatifs des investisseurs s’appuient sur le traitement de données – le big data – hissant l’opérateur dans le classement du THF où il détenait 7,4% de parts du marché en 2017.  

Au chapitre des promesses de l’Intelligence Artificielle, pourra-t-on un jour ajouter les prévisions financières ? Mais si celles-ci en bénéficient, comment les paris garderont-ils leur statut une fois disparue l’incertitude propre aux marchés ?
 

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

3 réflexions au sujet de « Une martingale pour les paris financiers »

  1. D’après un proverbe de Wall Street (de mémoire) :

    « Tout le monde fait des conneries, mais pour en faire de vraiment grosses, il faut de l’informatique ».

    1. Une des raisons pour lesquelles l’informatique permet ou permettait de faire des conneries à grande échelle: dès qu’il était question d’informatique presque tout le monde se sentait autorisé à ne pas chercher à comprendre de quoi il s’agissait.

      Je ne sais pas comment c’est maintenant mais j’ai peur que ça n’ait pas beaucoup changé…

      D’ailleurs l’argument principal employé par Laurent Alexandre pour convaincre ses auditeurs de se convertir à l’IA est qu’il ne faut pas se laisser distancer par les américains et les chinois. Le même argument joue bien sur aux USA vis à vis des chinois et vice-versa…

      1. Oui, la fameuse rivalité mimétique sert beaucoup pour les courses mortifères comme celles aux armements ou au moins disant social et fiscal, mais elle semble être beaucoup moins efficace pour les cycles vertueux. Étonnant non ?

        PS : je précise okazou, que les commentaires signés ‘Roberto’ sous la vidéo de Laurent Alexandre sont ceux d’un homonyme, les miens apparaissant sous mes nom et prénom sur le blog de PJ (mais je n’utilise que mon seul prénom sur le blog de François Leclerc depuis que je me suis rendu compte que WordPress m’attribuait ses articles en cas de recopie pour raison technique. Rendons à César…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.