Au théâtre ce soir

Ce lundi, jour du désamorçage et de la reprise en main ? Un plan de communication millimétré se déroule depuis ce matin, dont le point d’orgue sera un discours d’Emmanuel Macron ce soir.

En prologue, il a été annoncé par la Banque de France que les Gilets jaunes vont coûter 0,2% de croissance de la richesse nationale – les termes sont choisis. Une catastrophe pour Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, qui rebondit dessus. Le PIB est devenu la référence ultime au côté d’autres indicateurs, comme le déficit budgétaire. Les dirigeants politiques ne détiennent plus leur pouvoir de leur statut d’élu mais de celui de gardiens du Temple pour le compte des marchés, ordonnateurs des règles et dispensateurs des sanctions.

El l’on apprend, dans un bel effet de mise en scène, que des rencontres avec les « intermédiaires » vont en une demi-journée compenser un autre déficit résultant de la « verticalité du pouvoir », c’est à dire de son affirmation monarchique. Rien de moins qu’un nouveau « contrat social » serait en gestation, excusez du peu !

Cette référence au social s’impose, d’autant qu’il n’est pas question d’augmenter le Smic – car « cela détruit des emplois » -mais de baisser les taxes. Le dossier fiscal va être entrouvert, car il est hors de question de revenir sur la suppression de l’impôt sur la grande fortune, car c’est « anti-économique » décrète Stanislas Guerini, le nouveau délégué général de La République en marche. La réforme fiscale doit concilier « compétitivité du pays et justice sociale ». « Notre mandat, c’est la baisse des taxes », insiste-t-il enfin, jugeant qu’il faut l’accélérer. Les économies budgétaires qui en seront le pendant feront-elles l’objet d’une même mise à plat ?

Selon Bruno Le Maire, le président ne manquera pas ce soir de trouver les mots qui doivent être prononcés. « Il doit avoir de l’empathie et de la compréhension », précise le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. Des « mesures symboliques audacieuses », des « gestes sociaux forts » sont annoncés, pour ne pas parler de l’inconvenante augmentation des revenus. « Le travail doit payer », est-il martelé, dans une discrète allusion aux revenus privilégiés qu’offre l’activité financière, auxquels il ne sera pas question de toucher.

Quel va être l’objectif ? Que le mouvement s’éteigne et que les affaires puissent reprendre. Par affaires, on entend les réformes structurelles, dont le calendrier est rempli : retraites et assurance chômage au premier rang.

Des voix s’étaient levées au sein de la majorité pour le retour de l’impôt sur la fortune, mesure symbolique s’il en est. Didier Guillaume, le ministre de l’agriculture, rompant le tabou sur le déficit budgétaire s’interroge aujourd’hui : « si aujourd’hui c’est 3,1%, est-ce que c’est un problème ? ». « Ce qui est autrement plus grave que les 3% de déficit, c’est que l’extrême droite, les populistes, gagnent la plupart des élections en Europe » s’inquiète-t-il, concluant « je suis favorable à faire bouger ce dogme en Europe, peut-être que la France peut être moteur en Europe sur ce sujet ». Optimiste !

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

25 réflexions au sujet de « Au théâtre ce soir »

          1. Argos56
            Excellent ce texte, ce qu’on fait de mieux dans l’analyse politique, du possible et des … difficultés qu’il faut surmonter à gauche.

  1. Si la croissance ne fait que creuser les inégalités, vraiment, on va pas pleurer.
    N’ai aucune compétence à lire dans les entrailles de poulets mais je crois que le balancier est reparti dans l’autre sens. Les deux grands promoteurs de la mondialisation (US et GB) viennent de faire sécession (et pas du le seul fait d’un pays tiers), des gilets jaunes qui poussent en Belgique et en Grèce. Oui, l’environnement européen monte en température.
    http://blogyy.net/2018/12/07/des-gilets-jaunes-dans-les-emeutes-cette-nuit-a-athenes/?fbclid=IwAR18I7y1dlJc1ElQjM8eLZyLRH0OSawdqHmxTiCfivCEg0_8zVtOdR-4qr4
    Je ne lis pas le grec, ni ne veut jouer les haruspices mais sur ce carrefour du monde, nous venons de prendre une nouvelle direction.
    Me semble.

  2. De quoi encore d’urgence s’occuper…………..

    …(…)…
    Lettre ouverte aux gouvernements de l’UE
    Halte à la Procédure((préalable)) de notification sur les services de l’UE

    Les villes ont besoin d’espace démocratique pour protéger les intérêts des citoyens!

    Nous, représentants de villes européennes, d’organisations de la société civile et de syndicats, voulons exprimer notre profonde inquiétude quant au projet de Procédure de notification sur les services.
    Avec ce projet, au lieu de simplement informer la Commission
    européenne a posteriori comme c’est le cas à présent, les nouvelles réglementations et décisions locales devront être notifiées à l’avance à la Commission et seront sujettes à son approbation préalable
    .
    …(…)…

    dans : https://corporateeurope.org/sites/default/files/attachments/lettre_ouverte.pdf

  3. Amha Macron et sa caste aux abois vont ôter les muselières, sortir les crocs et réprimer à tout va.
    L’insurrection est inévitable dont nul n’est à même d’en prévoir les conséquences. Espérons toutefois qu’il en ressorte le meilleur pour enfin rééquilibrer la balance en faveur de nous tous, les 99 %.
    Mais ce n’est pas gagné.

  4. @François Leclerc,

    Nous partageons la même analyse. J’étais curieux de lire votre nouvel article après mon commentaire d’hier. J’ai lu un petit article aujourd’hui où A. Bergé déclare qu’il faut aller « plus vite, plus loin ». Cela Rappelle Aznar qui disait qu’après la crise du libéralisme, il fallait encore plus de libéralisme.
    Réponse dans une demi-heure.

    1. Bingo ! On avait bien vu ! A peu près 100€ de plus dans les poches de chaque français (petits salaires+retraités+salarié via heures sup’ désocialisées) pour en finir avec les retraites et l’assurance chômage. 100€ à la charge des français, donc. Si les GJ s’arrêtent là, c’est une victoire à la Pyrrhus…

      1. Effectivement 100€ à la charge des Français, et la patate chaude à Philippe chargé d’en expliquer les modalités d’application.

        Macron vient d’appeler lui-même à l’acte V samedi prochain.

  5. On est loin très loin du compte.

    La bonne nouvelle c’est qu’il s’adresse au prolétariat.

    Étonnant en réponse à un mouvement petit bourgeois ? ( dixit Martinez )

    La mauvaise c’est qu’il s’adresse qu’au prolétariat pauvre.

    Nous on est dedans.

    Peut être une prime de fin d’année.

    Mais au bon vouloir du patron.

    C’est à dire …. rien !

    Et son annonce d’une prime de 100 au smicard, sans que  » cela coûte un euro à l’employeur « .

    Si c’est pas l’employeur qui finance, c’est qui alors?

    Quand vous voyez quelque chose de gratuit, C’est que quelqu’un à votre place paye.

    Macron ce soir garde le cap !

    A nous d’aider Martinez à changer le sien.

    « Macron vient d’appeler lui-même à l’acte V samedi prochain. »

    Si c’est le camarade Roberto qui le dit !

    1. Rien non plus sur les minimas sociaux, ces revenus de survie ….. qui peut vivre avec moins de 600 euros par mois (pour une personne seule) ?

  6. Le diable se cachant dans les détails, il faudra voir les modalités d’application de ces mesurettes.
    -100 euros par mois (bruts ou nets ?) pour les salariés rémunérés au niveau du smic incluant sa revalorisation au 01/012019 à hauteur de 1,8%, le delta restant à la charge du contribuable,
    – le seuil de l’augmentation de la csg remonté à 2000 euros (bruts ou nets ?) mais la desindexation des retraites maintenue pour à minima 2 années et qui impactera tous les retraités,
    – L’ISF sur les produits financiers maintenu,
    – la réduction des Apl maintenue,
    – Etc
    C’est un coup politique et économique très réduit au regard des réformes prévues en 2019 et portant sur les retraites, l’assurance chômage, etc…
    C’est cela que Jupiter veut pouvoir passer et les concessions du jour ne sont rien à côté de ce qui ce prépare.
    Par contre, chapeau bas pour Manu, ses talents de comédien et ses conseillers en communication. J’en aurais presque été ému en écoutant le début de son allocution.
    Nul doute qu’il a répété ce numéro avec assiduité durant ces 10 jours d’absolue discrétion.

    1. Il y a deux jour il se disait dans l’entourage du président et sans doute le président lui-même (lu dans la presse) qu’il fallait laisser pourrir la situation, ce qui en dit long sur la volonté de changement actuel.
      C’est en effet une mini reculade tactique.

  7. Avis perso, mais je trouve sévère de dire ‘qu’il ne cède rien’…
    Eh, Dupont-gnan gnan : « un numéro de théâtre ».
    Qui a copié !? 🙂

  8. Les gouvernants et les sachants , l’élite ils n’ont décidément rien compris , droit dans leur culotte les bourses au chaud ! Macron ne capitulera pas, réflexe de la caste financière à laquelle il appartient et qui l’a portée au sommet de l’olympe. Un vrai hold-up ! Un gouvernement disparate et une majorité le petit doigt sur la couture. Une véritable équipe de bras cassés. Aussi les preux et les gueux gilets jaunes se révoltent, sous leurs fenêtres avec la procuration de plus de 70% des français, contre ce pouvoir central aveugle et sourd. C’est un mouvement légitime, soudain spontané, depuis longtemps identifié et visible à travers les abstentions des différentes élections en autre. Tout cela finira par une dissolution de l’assemblée nationale au minimum me semble-t-il. Fini cette équipe de pieds nickelés, la France n’est pas une entreprise comme les autres. Il lui faut de l’émotionnel, du rêve atteignable, de vrais hommes de terrain désintéresses, il lui faut abolir ce cancer qu’est cette dévaluation interne, unique argument économique pour pressuriser encore et encore les salaires, les retraites et le bouclier social issu du CNR. Ils, nous voulons un monde du possible et digne. Le pays n’a jamais été aussi riche, injuste, si peu redistributif et reconnaissant vis-à-vis des classes moyennes et populaires.Bref nous redécouvrons la bonne lutte des classes. Macron a écrit un livre  » Révolutions » . On n’est jamais mieux servi que par soi-même

  9. Le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes va continuer. Pourquoi ?

    Ce mouvement, foncièrement un mouvement révolutionnaire de classe, quoi qu’est pu en penser Martinez et d’autres, va continuer parce que, suite aux annonces hier soir de Macron, la justice fiscale et la justice sociale ne sont pas au rendez-vous.

    Et le mouvement populaire gilets jaunes a surgit au nom de ces deux revendications.

    Dans la politique du pouvoir en place il n’y a pas une once de justice fiscale.

    La bourgeoisie sort indemne de l’intervention de son président hier soir. Elle n’a pas à cotiser un seul euro au financement des mesures d’hier. Mieux ! Elle profite en plein de l’effet d’aubaine dans bien des cas. Le symbole de l’insolence du président des riches et de la classe des privilégiés, la classe bourgeoise, est dans cet entêtement à ne pas rétablir l’impôt sur la grande fortune.

    Sans rétablissement de l’ISF , le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes ne peut pas s’arrêter !

    Dans la politique du pouvoir en place il n’y a pas une once de justice sociale.

    On semble caresser dans le sens du poil les vieux travailleurs gagnant des pensions de moins de 2000 euros par mois, mais en toute injustice, on ne semble pas vouloir faire le même geste pour les travailleurs gagnant moins de 2000 euros par mois, environ 80% du prolétariat quand même !

    Alors il y a cette prime miraculeuse pour les seuls smicards ! Une prime ça se verse, ça se déverse ! Une prime ça ne rentre pas en ligne de compte dans le calcul futur de sa retraite ! Cette prime , elle va être payée par le contribuable, et pas par le patronat ! Cette prime c’est l’aumône, c’est une insulte pour l’ensemble des travailleurs gagnant un salaire juste au dessus du SMIC. Pour eux , rien !

    Le prolétariat ne fait pas la charité, le prolétariat revendique un rattrapage immédiat du salaire de 20% et son indexation sur les prix, pour eux et pour les pensionnés retraités, une augmentation payé, non pas par le Travail, mais par le Capital.

    Le prolétariat ne fait pas dans la division, le prolétariat revendique un travail pour tous et exige la mise en place de l’échelle mobile des heures de travail. Si nécessaire les 32 heures sans perte de salaire. Il condamne le recours aux heures supplémentaire de Sarkozy qui à l’époque avaient fait exploser le chômage. L’heure n’est plus au chômage de masse d’un côté et une généralisation massive de la sur-exploitation de l’autre, l’heure est à l’unité des travailleurs et des chômeurs !

    Le prolétariat n’est pas idiot, le prolétariat voit ce gouvernement dans la panique, abandonner toute rigueur budgétaire , et s’apprêter, soit à sortir de la zone euro ( il ne le veut pas ), soit rétablir les comptes publics, en accélérant avec les partenaires sociaux , la destruction des services publics et la paupérisation des fonctionnaires, réformes libérales que Macron a réitéré comme « indispensables » hier soir , lorsque le calme sera revenu. Il garde le cap !

    Le mouvement gilets jaunes veut la justice fiscale et la justice sociale.

    Le mouvement gilets jaunes veut, à présent que les préjugés sont dissipés, que les directions ouvrières ( partis et syndicats ) se placent à leur tête, et le mène à la victoire.

    Qu’elles s’unissent et appellent samedi 15 décembre prochain à un grand rassemblement sur la Place de la Concorde. C’est la seule action à la hauteur aujourd’hui ! C’est cette action, ce rassemblement massif, national et central, qui débouchera sur la grève générale si nécessaire.

    Le mouvement des gilets jaunes veut le départ du président manœuvrier pyromane Macron, sans doute aussi la fin de cette cinquième république qui fait des présidents pareils.

    Le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes veut le départ du président Macron !

    Les forces politiques qui vont avoir le courage et l’intelligence de se mettre à la tête des gilets jaunes, vont gagner les élections et conquérir le pouvoir.

    Il faut que ce soit un front unique ouvrier, une union de la gauche démocratique, socialiste, internationaliste !

  10. Ah ça fait du bien de savoir qu’il reste encore des socialistes dans le pays !

    « …Olivier Faure : «Des mesures “Made In Nicolas Sarkozy”»

    C’est maintenant au tour d’Olivier Faure, le patron des socialistes, de prendre la parole. Le député est offensif. Il attaque, affirmant qu’il y avait «un autre choix à faire, celui de la justice fiscale». Il dénonce le fait que l’ISF n’ait pas été rétabli, que le CICE (allègement de charges) soit doublé. «Comment les Républicains ne pourraient pas saluer des mesures qui sont « Made In Nicolas Sarkozy » ?» lance Olivier Faure, qui poursuit : «Le CAC40 peut dormir tranquille. Les Français se paieront eux-mêmes leur pouvoir d’achat […] Vous avez fait le choix de revenir aux recettes éculées.» …  »

    Mais pour un camarade Olivier Faure, combien y a-t-il de fieffés coquins à la tête des organisations ouvrières, qui ce soir encore, présentent à leurs militants, le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes, comme une masse inorganisée de « …petits et moyens patrons, d’auto-entrepreneurs, d’artisans, de commerçants, de professions libérales…. à la mentalité de petits propriétaires, individualistes, spontanément le regard tourné vers la droite radicale…. » ( POID )

    Mais que ces chefs ouvriers perspicaces nous expliquent pourquoi, maintenant que le gouvernement s’engage à faire leur fin de mois et payer leurs smicards à ces petits patrons, le mouvement de contestation ne s’arrête pas ?

    Pourquoi la colère ne retombe pas ?

    A oui je sais ! Ces gilets jaunes, petits et moyens patrons, d’auto-entrepreneurs, d’artisans, de commerçants, de professions libérales…. à la mentalité de petits propriétaires, individualistes, puisque ils sont spontanément le regard tourné vers la droite radicale, veulent immédiatement mettre Lepen au pouvoir !

    Evidemment suis je bête ! Cette masse de poujadistes fanatisées, est déterminée à aller jusqu’au bout, quelque soit le coût en chiffre d’affaire , le nombre de vitrines qui tomberont, le chaos, il faut chasser Macron, il faut que la rue pende Macron tout de suite !

    Comme ils sont indisciplinés ces gilets jaunes décidément.

    Lepen ne leur demande pas un tel élan du cœur, un tel radicalisme, Mélenchon non plus d’ailleurs.

    Les deux ce soir parlent de « révolution citoyenne » et appelle au calme ! Les deux ne leur parlent que des urnes à ces gilets jaunes !

    Ces deux partis bourgeois populistes d’opposition auront, certes soutenu un temps le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes, mais pas au point quand même d’exprimer une seule fois, la revendication du peuple qui est dehors Macron ! Pas au point, de déposer une demande préfectorale, de rassemblement sur la Place de la Concorde.

    Eux savent que chez les gilets jaunes il y a les classes dangereuses, les incendiaires de la Commune de Paris ! Eux savent que la seule manière de garder le contrôle c’est de parler justice sociale et justice fiscale.

    Eux savent mieux que quiconque , que ce mouvement de la « France d’en bas », met en danger, leur confort routinier, de petits bureaucrates syndicaux et politiques de gauche.

    Et puis de toute façon , le socialisme ? quelle horreur d’un autre temps !

    Par contre ce qu’ils semblent avoir oublié, c’est que c’est justement parce que le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes n’a pas de tête, tête qu’il s’obstine à leur refuser, que ce mouvement va devenir dangereux et incendiaire.

    Que ce mouvement une fois défait et semant dans le pays aigreur et désespérance, fera place nette à la réaction, au RN.

    Réaction qui elle aussi, viendra troubler leur petite quiétude du moment, en pire et en plus violent !

    Comme la vie est mal faites quand même !

  11. Une réaction attendue…
    Thomas PORCHER , rare économiste hétérodoxe ayant de temps à autre de la présence (percutante) médiatique « main street » :
     »  »  »
    VERBATIM

    Sur l’allocution présidentielle
    « Il a fait un effort pour faire un tournant un peu plus social dans son logiciel. »
    « Encore une fois, on ne demande aucun effort aux entreprises alors qu’elles ont déjà bénéficié de baisse de la fiscalité et du CICE qui va être gravé dans le marbre. »
    « Il relâche un peu sur les retraités mais il ne revalorise pas les retraites au-dessus de l’inflation. »
    « On est dans l’ordre de la mesurette, sans changement de cap et on est face à une crise qu’on n’a jamais connu auparavant qui mériterait des changements plus radicaux. »

    Sur la crise de la démocratie
    « Il a dit qu’il allait faire des efforts et notamment rencontrer les maires. »
    « C’est contradictoire, il rencontre les maires et en même temps il retire douze milliards sur les collectivités territoriales. »
    « Il dit qu’il faut lutter contre l’évasion fiscale mais il va supprimer 120000 postes de fonctionnaires qui sont principalement à Bercy et aux impôts. »
    « Il faut que la démocratie puisse s’affirmer de plus en plus et il faut pour cela changer la Constitution, pour un recours à plus de référendums. »

    Sur l’exercice du pouvoir par Macron
    « C’est une séquence intéressante parce qu’il y a eu de grosses manifestations contre la loi Travail ou la libéralisation de la SNCF et là, ce que disait Emmanuel Macron, c’était : ‘vous avez le droit de manifester mais je garde le cap’. »
    « Avec la manifestation des gilets jaunes, le président recule pour la première fois. »
    « Je pense que dans l’esprit de Macron, dans son esprit libéral, il pense qu’il a fait un vrai pas en avant. »
    « Emmanuel Macron a fait un chèque en blanc pour dire ‘continuez parce que je suis en train de reculer’ alors qu’il n’avait pas fait ça avec les syndicats. »

    Sur la fiscalité
    « Le problème, c’est qu’Emmanuel Macron dit qu’il faut une fiscalité plus juste or là c’est tout le contraire. »
    « Emmanuel Macron a baissé les impôt des 1% les plus riches qui détiennent 25% du patrimoine. Il leur a offert la réforme de l’ISF sur les placements financiers. »
    « Il a juste fait une mesure où le SMIC augmente de 100€, financé par les contribuables et pas par les entreprises qui ont le CICE et les baisses d’impôts. »
    « Ce sont toujours les classes moyennes qui payent. »
    « Ce que l’on donne d’un côté à une main, on le retire trois fois plus de l’autre. »

    Sur les gilets jaunes
    « Il faut que la mobilisation se poursuive pacifiquement. »
    « Ca fait trente ans que vous avez une classe moyenne qui a subit les effets délétères de la mondialisation, du retrait de l’Etat et que Macron accélère. »
    « La transition écologique ne peut pas reposer que sur les classes moyennes. Les entreprises doivent prendre leur part. »

    Sur « Place publique »
    « Autour des quatre urgences, sociale, économique, démocratique et écologique, il faut trouver des solutions et on invite l’ensemble des partis de gauche à se réunir le 20 décembre pour trouver des solutions à cette crise. »

    Sur les européennes et la division à gauche
    « Je me réjouis que Manon Aubry ait été désignée tête de liste de la France insoumise. »
    « Comment on peut ne pas créer des liens entre nous alors qu’on partage 80% des solutions ensemble ? »
    « Je pense qu’une liste commune – qui ferait un score énorme – serait un message très fort envoyé à Macron. »
    « Nos divergences sont beaucoup plus faibles que nos points de convergences. »
    « Ce que défendent les gilets jaunes a déjà été proposé par tous les partis de gauche depuis vingt ans. »
    « Si la seule différence c’est le plan B ou le revenu universel, c’est des différences mineures comparé à la crise que nos visons aujourd’hui et des réponses que nous pouvons apporter collectivement. »
    « Si on continue comme ça, on prépare l’arrivée de Marine Le Pen et on ne veut pas ça
    . »

    1. Le lien oublié……….http://www.regards.fr/la-midinale/article/thomas-porcher-macron-a-fait-un-cheque-en-blanc-pour-dire-aux-gilets-jaunes-de

      D’autres éléments de réflexion… (pas gai..!)

      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/12/11/les-annonces-inapplicables-de-macron-contre-l-evasion-fiscale_5395851_4355770.html

      —————————–

      Exil fiscal : l’allègement de l’exit tax, prévu par le gouvernement, est adopté par le Sénat
      https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/exil-fiscal-l-allegement-de-l-exit-tax-prevu-par-le-gouvernement-est-adopte#.XA61Gsfb9sI.twitter

      ——————————

      « Une partie de l’augmentation de 100 € par mois…. = 70 € de mesures déjà existantes mais étalées sur trois ans…à savoir dans l’évolution de la PRIME d’ACTIVITÉ…!!
      « Contacté par franceinfo, l’Elysée a confirmé que ces 100 euros d’augmentation comprenaient les hausses déjà prévues de la prime d’activité (30 euros en avril 2019, 20 euros en octobre 2020 et 20 euros en octobre 2021) »
      Le solde 30 € sera peut être alloué juste avant les élections de 2022…
      ———————————-

      Pas gai…j’avais prévenu.. ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.