En toute oligarchie…

Les grandes entreprises américaines devraient consacrer cette année plus de mille milliards de dollars au rachat de leurs propres actions. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il connait une accélération due à l’allégement des taxes décidé par Donald Trump, qui les incite à rapatrier les capitaux parqués dans des pays fiscalement plus accueillants en leur accordant un taux d’imposition préférentiel de 15,5%. 300 milliards de dollars ont ainsi déjà été rapatriés au premier trimestre de cette année, presque un tiers de leurs fonds logés à l’étranger.

De leur point de vue, les grandes entreprises ont deux bonnes raisons de procéder ainsi. Extrêmement profitables, elles croulent sous les bénéfices et ne trouvent pas suffisamment d’investissements répondant aux exigences des investisseurs, qui réclament un rendement de 15% du capital. Et elles soignent ainsi les intérêts de ceux qui sont déjà leurs actionnaires, et de leurs gestionnaires au passage, en faisant monter la valeur de leurs actions.

Mais l’économie et les salaires en particulier n’en profitent pas, ces plus-values inondant par la suite les marchés immobilier et financier. Si nécessaire, les mêmes grandes entreprises ne répugnent pas à s’endetter pour financer le rachat de leurs actions, contribuant à l’accroissement du volume de la dette privée, dont on parle moins que celui de la dette publique pour des raisons politiques, ce qui permet de charger celle-ci de tous les malheurs.

Par ailleurs, comme le remarque Patrick Arthus de Natixis, le rôle des bourses est de plus en plus mis en question, les managers trouvant de plus en plus directement leurs financements auprès des grands investisseurs et des fonds de capital-investissement. Significativement, il ne reste plus que 3.800 entreprises cotées à Wall Street contre 8.000 il y vingt ans.

Enfin, ce phénomène donne une image qui fait réfléchir du nombre réduit de grandes entreprises et de l’extrême concentration de leur secteur aux États-Unis. 80% du montant des capitaux rapatriés proviendraient d’une quinzaine d’entreprises qui favorisent la hausse du marché des actions. Les abondantes liquidités de la Federal Reserve ne sont donc pas seules en cause. Le système financier s’alimente en circuit fermé, comme s’il se trouvait à l’endroit où l’on commence à perdre pied en se baignant, c’est à dire le contact avec l’activité économique.

Le système oligarchique apparait progressivement sous son grand jour. Et il ne se limite pas aux carrières professionnelles faites d’allers-retours entre l’appareil d’État et les grandes entreprises. La course aux mille milliards de capitalisation boursière lancée par une poignée de géants numériques en est actuellement la manifestation la plus tangible. Leur puissance leur permet d’investir massivement dans les clés de la société de demain que sont les biotechnologies et l’Intelligence Artificielle, mais elle n’est pas seule en cause. Ils sont devenus souverains et discutent d’égal à égal avec les États, sont aujourd’hui maîtres de l’optimisation fiscale avant d’adopter demain, peut-être, leur propre monnaie.

Une étude de trois chercheurs de l’Institut fédéral technologique de Zurich avait déjà mis en évidence en 2011 que cent quarante-sept compagnies aux intérêts entremêlés contrôlaient l’ensemble de celles-ci. Dans le domaine strictement bancaire, la concentration s’est accrue aux États-Unis, les bilans des plus grandes banques continuant d’enfler, tandis qu’en Europe le même phénomène tente de se frayer un chemin dans un maquis législatif et réglementaire disparate, soumis à des pressions politiques nationales.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

4 réflexions au sujet de « En toute oligarchie… »

  1. « Ils [les géants numériques] sont devenus souverains et discutent d’égal à égal avec les États, sont aujourd’hui maîtres de l’optimisation fiscale avant d’adopter demain, peut-être, leur propre monnaie. »

    Dans La Gouvernance par les nombres Alain Supiot va plus loin puisqu’il écrit carrément que les entreprises qui ont su le mieux mettre à profit la mondialisation ont non seulement établi des liens de domination sur leur fournisseurs et sous-traitants mais aussi sur les États auxquels ils imposent leurs conditions avant d’accepter de s’installer là où on leur offre les conditions les plus avantageuses (infrastructures performantes, main-d’oeuvre bien formée, législation défavorable aux syndicats, contraintes environnementales limitées ou inexistantes, impôts et taxes réduits … en plus des subventions à l’installation.)

    Cette inversion du rapport de force entre les entreprises qui dominent les autres au niveau mondial et les États est perçu par beaucoup comme une anomalie relevant de l’exception alors que c’est un état de fait qui explique beaucoup de choses (dont les malheurs de M. Hulot!)

    1. Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 (Version abrogée le 1 janvier 1994)
      Article 19
      « Les conditions dans lesquelles l’Etat peut obtenir de la Banque des avances et des prêts sont fixées par des conventions passées entre le ministre de l’économie et des finances et le gouverneur, autorisé par délibération du conseil général. Ces conventions doivent être approuvées par le Parlement. »
      https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=9CDC578E2190A4F8F503004489B365A0.tplgfr37s_2?idArticle=LEGIARTI000006701303&cidTexte=LEGITEXT000006068472&dateTexte=19931231
      ++++++++++++++++++
      Donc jusqu’en 1994 l’Etat peut obtenir de la Banque des avances et des prêts, ce qui confirme l’échange sur tuiteur cité
      ________________________________________
      dans la version en vigueur au 9 septembre 2018
      l’article 19 traite d’un autre sujet
      ________________________________________
      vite fait sur la toile, je ne suis nullement un spécialiste de la question . . .

  2. F.L. :  » …Dans le domaine strictement bancaire, la concentration s’est accrue aux États-Unis, les bilans des plus grandes banques continuant d’enfler « …

    Mais surtout.. :
     » Mais alors qu’on va tourner la page du 10e anniversaire de la débâcle financière, un délai de prescription va s’instaurer pour les poursuites pour fraude, plaçant ces affaires hors de portée des procureurs pour toujours « .
    dans : http://www.lalibre.be/actu/international/aux-etats-unis-les-barons-de-la-finance-ont-echappe-aux-poursuites-judiciaires-5b94fadbcd708f1e166d3cb3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.