S’il n’en reste qu’un, l’Aquarius sera celui-là…

L’Aquarius a repris la mer pour une nouvelle mission, ne pouvant laisser quasi désertée la zone de détresse où seule Open Arms continuait d’opérer. 720 réfugiés sont morts en juin et juillet dernier, selon Amnesty International, lorsque les navires des ONG s’absentèrent du secteur, ne pouvant plus débarquer en Italie les naufragés recueillis, et Malte s’y refusant.

Par cet acte volontaire, SOS Méditerranée entend mettre les gouvernements européens devant leurs responsabilités en poursuivant vaille que vaille sa mission. Elle vient d’exhorter « une nouvelle fois tous les gouvernements européens ainsi que les autorités maritimes compétentes à reconnaître la gravité de la crise humanitaire qui sévit en Méditerranée, à garantir un accès rapide à des lieux sûrs où débarquer les rescapés et à faciliter plutôt qu’entraver le déploiement d’une assistance humanitaire essentielle en Méditerranée centrale ». C’est à dire à faire tout le contraire de ce qu’ils ont entrepris. S’il en était besoin, l’affréteur de l’Aquarius et Médecins sans frontières ont précisé qu’il n’était pas question de refouler en Libye les réfugiés qui la fuyaient.

Il a fallu quatre jours cette fois-ci pour qu’un accord soit trouvé, Malte acceptant finalement le débarquement des réfugiés se trouvant à bord de l’Aquarius. L’Allemagne, l’Espagne, la France, le Luxembourg et le Portugal se sont engagés à les accueillir, l’attente interminable suivie du long trajet en mer réservés à l’Aquarius afin de rejoindre la lointaine côte espagnole ne pouvant être réédités.

Mais on est encore très loin d’une solution pérenne, les États européens se font par ce déblocage au compte-gouttes une réputation à bon compte après avoir coupé les grandes routes d’accès des réfugiés. Difficile de ne pas voir dans cette situation une l’occasion de créer une « coopération rapprochée » entre pays sauvant l’honneur à moindre frais, l’Union européenne s’en révélant strictement incapable tout en se drapant dans ses soi-disant valeurs. Mais même cette formule semble hors de portée, la seule restant valable étant la fermeture des frontières européennes aussi hermétiquement que possible.

Avec ses faibles moyens, les équipages de l’Aquarius, ainsi que tous ceux qui les soutiennent, administrent une sacrée leçon. Munis du seul viatique du droit maritime international, qui impose de secourir les naufragés et de les débarquer au plus vite dans un port sûr, ils tiennent la dragée haute aux autorités européennes.

L’autorité maritime de Gibraltar tente de porter un coup bas à ce gêneur, qui bat son pavillon, prétendant en retirer l’usage à son armateur allemand. Elle n’hésite pas à s’appuyer sur une prétendue distinction en « survey ship » et « rescue ship », sans aucun fondement. Dans un communiqué, SOS Méditerranée relève que « le principe du secours en mer s’impose à tous navires, tous pavillons, en tous lieux et que toutes les opérations de l’Aquarius ont été toujours strictement menées en respect du droit maritime et des autorités SAR (*) compétentes. »

Ne jamais abandonner ! Open Arms et Aquarius sont devenus les symboles d’une cause qui sans eux serait totalement perdue. Les gouvernements européens ont perdu tout droit à se prévaloir de valeurs passe-partout que de toute façon ils bafouent. Pour mémoire, le maire communiste de Sète et le président de l’Assemblée de Corse ont proposé d’autoriser l’Aquarius à débarquer les réfugiés à condition que les autorités françaises leurs en donnent l’autorisation. Cela a été en pure perte…

——
(*) De Search and Rescue, qui définit internationalement les zones et les procédures de recherche et de sauvetage.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

8 réflexions au sujet de « S’il n’en reste qu’un, l’Aquarius sera celui-là… »

  1.  »Difficile de ne pas voir dans cette situation une l’occasion de créer une « coopération rapprochée » entre pays sauvant l’honneur à moindre frais, l’Union européenne s’en révélant strictement incapable tout en se drapant dans ses soi-disant valeurs »

    Bonsoir,
    Cet après-midi, en ce 15 Août, fête religieuse de l’Assomption – ne n’oublions pas -, je regardais un documentaire sur Fatima et plus précisément sur le 3ème secret qui reste un mystère à ce jour.

    Plusieurs hypothèses sont évoquées quant à son contenu.
    Du documentaire, je n’ai retenu qu’une seule phrase qui m’a interpelée au vu des événements actuels qui se télescopent partout dans le monde : La perte de la Foi d’un continent est pire que l’anéantissement d’une nation.

  2. Savez-vous que Médecins sans Frontières, comme tant d’autres ONG, est financé par G. Soros ?
    Aussi le discours officiel que vous tenez est-il peut-être entaché de partialité.
    Certains par ailleurs prétendent que des passeurs dénués de scrupules (qui sont payés!) organisent la crise humanitaire qui sévit. Ce qui expliquerait la raison pour laquelle les autorités européennes refusent de s’impliquer dans cette affaire.

    1. Les ONG, quels que soient leurs buts affichés, font bien entendu de la politique. Le principe est d’ailleurs simple : dès lors que vous intervenez sur un terrain de crise humanitaire et/ou de conflit, vous ne pouvez pas empêcher que vos actions soient interprétées suivant les divers filtres idéologiques et intérêts des factions en présence.
      C’est même dans l’ADN de la chose, puisque outre l’action sur le terrain, le principal objectif des ONG reste les opinions publiques. Et comme le nerf de la guerre, même « juste », reste l’argent, il est évident que des individus comme Soros (mais également des entités comme Goldman Sachs, Wells Fargo, Citigroup, Google, Microsoft, Bloomberg, Mitt Romney’s Bain Capital et autres amis de l’humanité) considèrent leurs dons aux ONG comme un investissement destiné à promouvoir leurs intérêts et à façonner les opinions.

      Ceci posé, vous je ne sais pas, mais moi si après des épreuves innommables je suis en train de me noyer en méditerranée (ou de crever de faim en Syrie ou au Yémen), je ne demanderai pas un audit des comptes des ONG qui viendraient me sauver la vie. Quels que soient les jeux de billards à x bandes pouvant se cacher derrière elles, ce qui compte avant toute chose c’est bien de sauver des vies humaines.

      Et merci de nous apprendre que François Leclerc tient un discours officiel, j’ignorais qu’il était appointé par le ministère de l’Intérieur ! 😀

      Sinon prétendre que ce sont les passeurs qui organisent la crise humanitaire, c’est prétendre qu’ils sont responsables de la situation sévissant dans les pays que fuient les réfugiés. Ce qui est doublement absurde, puisque c’est leur prêter un pouvoir de nuisance et de manipulation de niveau mondial digne des meilleures organisations ennemies de James Bond, mais surtout parce qu’il s’agit in fine de nier que des gens puissent fuir des pays où la vie pour des raisons politiques ou économiques n’est tout simplement plus possible.

      Le pire ennemi de l’Homme c’est le voisin ?

        1. Si le discours de François Leclerc à propos des réfugiés était le discours mainstream, les seuls noyés en méditerranée seraient les plaisanciers et baigneurs imprudents…

          Les discours officiels français et de l’UE sont d’ailleurs à ce sujet des monuments de cynisme et d’hypocrisie, en appelant aux grands principes tout en verrouillant ports et frontières suivant le bon vieux principe du NIMBY.

    2. Ce qui expliquerait la raison pour laquelle les autorités européennes refusent de s’impliquer dans cette affaire.

      Bonjour,
      L’attitude des autorités européennes me fait penser à Pons Pilate et à sa célèbre réplique: « je m’en lave les mains ».
      Quant aux passeurs qui créent la crise humanitaire, il ne faut pas confondre causes et conséquences.
      La crise humanitaire est déplacée sur les côtes européennes car en Afrique, en Syrie,…, la guerre, la famine sévissent et rongent ces pays, poussant les populations à fuir et à arriver ici où là.
      http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/2-6-millions-de-personnes-meurent-de-soif-19906122?redirect=mobi&nocache=0.9330110740847886
      https://www.planetoscope.com/mortalite/778-nombre-d-enfants-mourants-de-faim-dans-le-monde.html
      Que feriez vous si vous étiez dans une telle situation ?
      Que diriez vous à vos enfants ?
      La situation mondiale est dramatique et ne fera qu’empirer au vu des modifications climatiques affectant certaines de ces régions déjà durement éprouvées. Au programme, récoltes agricoles en baisse, ressources en eau encore plus réduites.
      Alors, oui, il y aura des millions de personnes qui, pour survivre, fuiront leurs pays et iront là où il y aura la lumière.
      Il y aura des centaines de passeurs, ces salopards qui profiteront de ce malheur pour faire du fric. Il y aura des circuits de blanchiment permettant de recycler cet argent dingue comme dirait Jupiter.
      Ici, il y aura des millions de gens qui crieront à l’envahissement de leurs terres, leur perte d’identité, trouvant dans certains partis politiques les relais qu’ils recherchent.
      Ici, il y aura des millions de gens qui diront: que peut on faire ? On n’y peut rien et s’en laveront les mains.
      Et puis il y en aura d’autres, nombreux mais moins bruyant qui ouvriront leur portefeuille mais surtout leur coeur afin de soutenir ces ONG, ces hommes et femmes qui tentent de sauver quelques vies lorsqu’ils croisent la détresse et la mort imminente.
      https://yetiblog.org/humanite-sauveteur-refugiee/

      Mais peut-être est-il plus facile de vous résumer tout ceci par une chanson de Gilbert Becaud terriblement d’actualité : l’indifférence
      https://youtu.be/5rwJ0MChoYU

  3. bonjour,
    le secours a apporter à ces gens est évident, mais si on ne se pose pas de questions sur l’origine de ces migrations, dans 2 siécles nous en serons au même point.
    La pluspart des ces migrants viennent de la culture islamiste et la question a se poser est : pourquoi ?
    Prétendre que le colonialisme est la cause de ceci équivaudrait à accuser jules cesar ou les vikings d’être la cause du chomage en france.
    Je pense qu’il serait temps de revoir l’analyse notre perception de tous ces problèmes

    1. Je suis intéressé, je pense ne pas être le seul: faites nous part de vos lumières. Je vous propose d’abord votre diagnostic (« perception »), ensuite vos solutions, dont vous ne dites mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.