Les marchés financiers se complaisent toujours dans l’opacité

La réglementation des transactions des marchés financiers, MiFID 1, ne s’étant pas révélée suffisante, une nouvelle version est entrée en vigueur en janvier dernier sous le nom de MiFID 2. Nec plus ultra de la régulation, cette dernière a été présentée comme allant bouleverser le fonctionnement des marchés. Mais elle n’a pas atteint son but.

L’autorité des marchés financiers (AMF) a reconnu en juillet dernier que « si la protection des investisseurs a bien été renforcée, les objectifs de transparence ont plus de mal à se concrétiser à ce stade ». La crise avait mis en évidence des pratiques couramment répandues de contournement des principes de transparence, avec notamment l’émergence des « dark pools » (*), mais celles-ci continuent de prospérer.

MiFID 2 a donc eu pour ambition de restreindre les transactions de gré à gré (OTC) et d’imposer l’utilisation de plateformes plus transparentes – marchés réglementés, plateformes multilatérales (MTF) ou même internalisateurs systématiques (IS) – mais cela n’est pas un succès.

Les faits sont là, recueillis par l’AMF : la réduction des OTC et des « dark pools » s’est faite depuis janvier non pas au profit des marchés réglementés ou des MTF, mais au bénéfice principal de ces IS, également dénommés Organized Trading Facilities (OTF), dont le degré de transparence est moindre et la prise de risque effective. Et l’utilisation des « dark pools », qui traitent les ordres importants, n’a pas diminué pour autant.

Il a fallu dix ans aux régulateurs pour passer de MiFID 1 à MiFID 2, avec des résultats très mitigés question transparence. Comme si l’opacité était dans la nature du système financier, les marchés résistant à des obligations qui ne leur conviennent pas et les régulateurs leur en laissant la latitude. Mais qui s’en soucie vraiment ?

——-
(*) Destinées à l’origine à préserver les investisseurs d’interventions spéculatives lorsque leurs ordres importants sont passés et détectables, les « dark pools » permettent d’opérer des transactions en toute discrétion.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.