A ce jeu-là, l’avenir ne nous appartient pas

Il y a ceux qui croient que la cause est perdue et ceux qui se raccrochent encore à l’idée qu’il n’est pas trop tard pour agir. De quoi s’agit-il ? De nos données personnelles recueillies sur Internet et de leur usage hors de notre contrôle ainsi que des moyens de nous identifier.

Peut-on croire que le Règlement général sur la protection des données des résidents (RGPD) de l’Union européenne va donner un véritable coup d’arrêt à la marchandisation de nos données ? Ainsi qu’à d’autres utilisations gouvernementales et policières  préoccupantes ? Et oublier les vols avec effraction des bases de données existantes par des hackers en tout genre ?

Comment se faire à l’idée que nous sommes à notre tour devenus une marchandise, des esclaves du consumérisme, l’objet de tous les détournements et surveillances sans rien ne pouvoir y faire ?

De plus en plus, nous sommes assaillis de propositions commerciales personnalisées. Et les progrès du « Big data » ainsi que du traitement des données par des algorithmes vont accroître les moyens de l’Inquisition de l’argent de notre temps. Les criminologues tentent quant à eux de prédire qui sera statistiquement prédestiné à commettre des délits, dérapages des profilages raciaux ou socio-économiques compris.

L’épisode fructueux de la recherche d’un tueur en série américain resté introuvable depuis les années 80 donne à réfléchir. Il a été confondu ces jours derniers par les policiers grâce aux correspondances entre son profil génétique et celui d’un membre de sa famille éloignée, retrouvé dans une base de données accessible au grand public. Avec l’ADN, après la reconnaissance de la voix, du visage et de l’iris, la biométrie a trouvé sa voie royale.

Que ceux qui n’ont rien à se reprocher ni à y redire se manifestent, ils recevront un cadeau Bonux ! Les autres se signaleront d’eux-mêmes.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

7 réflexions au sujet de « A ce jeu-là, l’avenir ne nous appartient pas »

  1. Ne restera -t-il plus que le troc ou le marché noir , pour échapper à la contrainte par corps ou par carte bleue obligatoire ?

    Ou le suicide ?

    Ou le marronnage ?

  2. Bonjour à tous,

    Vaste sujet !

    Personnellement, étant un ancien ingénieur en développement informatique, j’ai vite compris les possibilités qu’offraient les nouvelles technologies pour espionner les internautes. J’ai même travaillé au départ (début 2000) à un avant-projet de Canal+ souhaitant « pister » les utilisateurs de décodeurs, pour savoir quelles chaines TV ils regardaient afin de leur envoyer de la pub personnalisée ! J’ai alors changé de métier.

    Ce que je fais, et que je conseille de faire :
    – ne pas avoir de compte facebook, twitter, snapchat, instagram, whatsapp, messenger, skype, … en messagerie, je n’ai que wire. Si vous créez un compte ci-dessus « déconseillé », faites-le avec un pseudo éloigné de votre nom, et avec une adresse mail « poubelle ». Ne renseignez rien de ce qui vous concerne, et verrouillez les paramètres de confidentialité.
    – utiliser un navigateur respectueux de la vie privée (Mozilla pour le plus connu), éventuellement en mode privé, avec le moteur de recherche qwant (un moteur français !)
    – paramétrez l’historique de navigation avec « interdire les cookies tiers », éventuellement « supprimer les cookies en fin de session » et « ne pas me pister » (ce dernier paramètre est insuffisant, c’est au bon vouloir du site que vous êtes en train de visualiser)
    – utiliser des modules complémentaires : ublock Origin ou Ghostery (bloqueur de publicités et de trackeurs)
    – si vous utilisez google (ce qui m’arrive des fois) : modifier les paramètres google pour supprimer le pistage, et rajouter des modules comme « desactivation de google analytic » (anciennement « do not track me google »)
    – allez dans les paramètres de confidentialité windows, en supprimant tous les paramètres intrusifs d’une part, en ne créant pas de compte windows d’autre part.
    – ne pas autoriser les notifications des sites, ne pas activer la géolocalisation …

    Avec tout cela, je suis arrivé, sur ma tablette, à ce que « google actualités » me propose systématiquement la page US (américaine).

    Il est probable qu’ils doivent savoir des choses sur moi, mais j’espère qu’avec tout cela c’est peu. En tout cas, il arrive régulièrement que l’on me propose des pubs pour Paris ou autres lieux bien loin de chez moi, en pensant que j’en suis proche !

    Nos données nous appartiennent, protégez-les, protégez-vous !

  3. Merci pour ces conseils. Qui sera le premier qui éditera un petit mode d’emploi à l’usage du quidam, pour se « désinfecter  » d’urgence de cette m***e. Y aurait un beau succès à la clé, et une oeuvre de salubrité citoyenne d’urgence ! Alors vite !

  4. Si j’ai bien compris les règles de Twitter, en y ouvrant un compte, on l’autorise de facto à transférer nos données aux USA et à utiliser nos contenus en toute liberté.

    1. On peut également installer l’extension « cyberghost » sur Chrome et Mozilla. C’est un VPN. Et naviguer avec « duckduckgo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.