Comment mesurer le bien-être ?

[Paru le 9 février dernier dans Slate.]

Inclusive, l’adjectif est devenu incontournable. Accolé à la croissance, son emploi a pour objet de lui redonner sa gloire passée et de ne pas en faire un objectif en soi. La croissance doit dorénavant « inclure tous les français », car « les inégalités sont mauvaises pour la croissance », a déclaré Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances, lors de son intervention des « Rendez-vous de Bercy » de novembre dernier. À l’occasion de l’assemblée générale du FMI dont elle est la directrice générale, Christine Lagarde s’exclamait dans la même veine, en octobre dernier, « Il faut refaire la toiture », voulant signifier que la croissance devait profiter à tous, car « les écarts se creusent au sein des pays et la richesse se concentre de plus en plus dans les mains des plus riches ». Munie de tels patronages, la cause pourrait sembler entendue, mais elle tarde à se concrétiser, les inégalités se creusant.

Faute de disposer de ce nouveau modèle de croissance, la réflexion a avancé sur un autre terrain. La méthodologie d’un « indice de développement inclusif » (IDI) qui pourrait la mesurer a été dévoilée au Forum économique de Davos. Ce nouvel indicateur prend en compte douze paramètres regroupés selon trois piliers : la croissance et développement, l’inclusion, et l’équité générationnelle, qui prend en compte le développement durable des ressources naturelles.

Dans le premier pilier figurent la productivité du travail, l’espérance de vie, le PIB par habitant et le taux d’emploi (et non du chômage). Au chapitre des paramètres mesurant l’inclusion sont rangés les indices de Gini de la richesse et des revenus, le taux de pauvreté et le revenu médian des ménages. Enfin, le dernier pilier regroupe la dette publique en pourcentage du PIB, le taux de carbone, le ratio de dépendance et l’épargne nette ajustée. La Banque Mondiale est à l’origine de cette dernière notion, qui mesure le taux d’épargne d’un pays après ajustement des dépenses d’éducation, de l’amortissement du capital, de l’épuisement des ressources naturelles, ainsi que des dégâts engendrés par le dioxyde de carbone et par les émissions de particules.

La finitude de la planète n’est plus superbement ignorée et, comme l’a relevé à Davos Inga Beale, la présidente du Lloyd’s of London, aucune partie de la population ne doit être écartée. L’objectif est à la fois de donner une photographie et la vision de l’avenir qui en découle. Aucune dimension, qu’elle soit financière, économique, sociale ou environnementale ne peut être ignorée.

On est loin du PIB, dont la conception date de 1934, année où il a été créé par l’économiste américain Simon Kuznets à la demande du Congrès pour permettre d’évaluer les progrès accomplis par les États-Unis dans sa sortie de crise de la Grande Dépression. Des modifications sont certes intervenues depuis, en particulier à l’initiative de John Maynard Keynes en 1940, mais l’indicateur économique est marqué par l’époque lointaine du capitalisme industriel de sa naissance. Déjà, en 1968, Robert Kennedy relevait que l’idolâtrie dont le PIB bénéficiait ne se justifiait pas, car il ne captait pas « la beauté de notre poésie »… Et il fallut attendre 1972 pour que deux professeurs de Yale, dont James Tobin – plus connu pour sa taxe sur les produits financiers – élaborent une mesure du « bien-être économique » en prenant notamment en compte le pillage des ressources de la planète. Il ne suscita pas de grandes réactions. Une commission sur le sujet lancée par Nicolas Sarkozy en 2009, à laquelle participait Joseph Stiglitz, ne connut pas meilleure fortune.

Indicateur-phare et omniprésent de l’activité économique, le taux de croissance a donc la vie dure ! Bien que décrié pour les multiples imperfections du Produit Intérieur Brut (PIB) dont elle mesure l’évolution, la croissance à l’ancienne mode continue de faire référence comme si de rien n’était. Semblant bénéficier d’une étrange mansuétude alimentée par la croyance qu’elle guérit tous les maux.

Elle est pourtant pleine de défauts. En voici une liste partielle  : le PIB ignore l’essentiel de l’économie informelle, comme par exemple le travail ménager ; afin de prendre en compte les activités des administrations, non commercialisées, il utilise pour son estimation les salaires des fonctionnaires comme référence ; il néglige les apports en valeur ajoutée à long terme de l’éducation et de la santé ; il ne prend en compte ni les coûts environnementaux, ni les coûts sociaux ; il n’a que faire de la répartition de la richesse et ne se soucie pas du bien-être. Enfin, comme souvent relevé, une catastrophe naturelle ou une guerre contribuent au PIB.

Au fil des ans, de nombreux indicateurs alternatifs de la richesse ont vu le jour, mais ils sont tous restés au fond des tiroirs, comme si une malédiction l’imposait. Le PIB est resté sur son trône, comme une expression du conservatisme latent qui domine la pensée économique. Le plus célèbre d’entre eux est sans conteste le Bonheur national brut, qui a été adopté en 1972 par le régime himalayen du Bhoutan, qui compile 72 critères dont la bonne gouvernance ! Mais figure aussi au catalogue l’indice du bien-être durable, qui incorpore le coût des externalités négatives (les nuisances et dégâts générés par l’activité économique, y compris la perte de biodiversité). Ou celui du mieux-vivre que l’OCDE patronne et qui évalue l’environnement, la santé, et l’équilibre entre travail et vie privée. L’ONU n’a pas été en reste avec son indicateur de la richesse globale. Ni la Banque Mondiale avec sa nouvelle méthodologie de la mesure de la richesse par tête, qui met en évidence que celle-ci peut diminuer quand le PIB augmente. Elle prend appui sur quatre types de capital en élargissant le concept : celui qui résulte de la production, le capital humain, le capital financier et le capital de la nature. Avec comme idée directrice de mettre en évidence ceux qui nécessitent d’intervenir le plus. Et il ne faut pas oublier l’indice IPS qui cherche à déterminer la capacité d’une société à satisfaire les besoins de base des citoyens, à bâtir les fondements de leur bien-être dans la durée, et à leur donner l’opportunité de s’accomplir. Cette multitude d’indices renvoie au même constat : telle qu’elle est mesurée par le PIB, la croissance n’est plus assimilable au progrès. À l’occasion de Davos, OXFAM en fait la démonstration par l’absurde en calculant que 83% de la croissance a été accaparée en 2017 par 1% de la population.

Qu’apporte le nouveau venu ? L’IDI a l’avantage de permettre une analyse plus fine, pilier par pilier en se servant de ses calculs intermédiaires. Si l’on prend la France, il lui accorde en termes de croissance et de développement la 21ème place sur les 29 pays « avancés » qu’il a étudié, mais la 12ème pour l’inclusion. Et son classement en bas de l’échelle, à la 24ème place, pour le pilier de l’équité générationnelle suggère de sérieux problèmes  pour l’avenir.

Globalement, tous les pays « avancés » sauf trois d’entre eux ont enregistré une hausse de leur PIB dans les cinq dernières années, mais seulement dix sur vingt-neuf ont connu une amélioration de leur pilier d’inclusion, seize d’entre eux l’ayant vu se détériorer. Les pays aux performances les plus élevées en termes de croissance ne sont pas parvenus à améliorer l’inclusion. Même chose s’agissant de l’équité générationnelle.

L’alerte a été lancée par les organisations internationales, FMI, OCDE, Banque Mondiale : face aux conséquences politiques de la frustration qui se manifeste, les autorités vont-elles longtemps continuer à faire de la croissance du PIB une panacée, laissant à penser que cela les arrange ? Vont-elles ranger à son tour l’IDI sur une étagère ?

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

4 réflexions au sujet de « Comment mesurer le bien-être ? »

  1. Bonjour Cher François Leclerc,

    Tout d’abord, bravo pour votre démarrage de Décodages, je vous souhaite le meilleur pour cette aventure, car voilà une chose qui ne sera pas aisée, un chemin avec certainement pleins d’embuches.

    En parlant de bien être, de PIB, IDI, IPS et autre Gini de la lampe, comment peut-on s’en sortir quand on sait que sur les 300 plus gros FDP, les 20 premiers fonds de pension qui exigent du rendement à la planètes entière sont en fait des émanations étatiques destinées à payer la retraite, entre autre, de fonctionnaires.
    (https://www.willistowerswatson.com/fr-FR/press/2017/09/Assets-at-worlds-largest-pension-funds-return-to-growth).

    Quand on voit que les 2 premiers, et de loin, sont un, Japonais, deux, Norvégien, deux pays parmi l’espérance de vie la plus haute du Monde, et hautement socialisés et technicisés, je me dis qu’on n’est pas rendu. Certes, si les 500 plus riches avec leurs 5 000 milliards de patrimoine ponctionnent lourdement les populations, les 300 plus gros FDP avec leurs 17 500 milliards d’aspirateurs (représentant quelques dizaines de millions d’individus lambda moyens) posent un problème tout aussi conséquent au reste de la population mondiale.

    Un petit partage comme cela en passant !

  2. De grâce, ne cherchez pas à altérer le modèle de calcul du PIB actuel. S’il est vrai qu’il n’est pas parfait, il reste le seul moyen de connaître avec la précision souhaitable TOUS les échanges pratiqués EN MONNAIE entre les agents économiques. On a l’impression que l’on veut casser le thermomètre pour éviter de connaître le degré de fièvre que notre corps économique a atteint.

    Pourquoi s’en prendre au PIB, alors qu’il existe une batterie de méthodes d’évaluation qui peuvent apporter les informations recherchées ? Elles figurent dans cet article. Vous avez là des outils correspondant à votre demande d’informations sans toucher au PIB.

    Il faut savoir, ce que l’on oublie de dire, que les variations du PIB, d’une période à l’autre, contiennent à la fois l’écart en volume et l’écart de prix (inflation, généralement). Sans entrer dans la technique difficile de la mesure des deux, il est facile de jouer sur l’un pour avantager l’autre. On peut supposer par exemple qu’une baisse choisie du taux d’inflation permet de présenter un taux de croissance à la hausse, la somme des deux ne changeant rien à la variation constatée du PIB.

    Il ne faut pas se tromper : la croissance ainsi affichée est une croissance de l’activité économique de production. Elle n’a jamais eu pour but de déterminer la qualité de cette production.

    Enfin le PIB est aussi par égalité le Revenu National. Car, les prix font à la fois le PIB et les revenus dont la somme représente le Revenu National.

    Il ne faut pas chercher plus loin la source des inégalités. Elles proviennent de ceux (les entreprises en l’occurrence) qui fixent les prix des produits vendus et la rémunération de ceux qui bossent pour eux, dans l’univers de la mondialisation que l’on nous a servie heureuse !

    Il est facile de crier « Haro sur le baudet des inégalités » comme le font nos autorités (les premières servies !), incapables ou ne voulant pas ajouter comment parvenir à les réduire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.