Trump, un chien dans un jeu de quilles

Rompant sans vergogne un tabou, Donald Trump annonce la taxation de l’importation de l’acier et de l’aluminium aux États-Unis afin de protéger son industrie nationale, au nom de son slogan America First !. Des années de conférences et de tractations au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) avec pour objectif d’abaisser toutes les barrières douanières vont-elles se terminer ainsi, par l’amorce d’un détricotage dont on ne connait pas la fin ?

La mondialisation était déjà à la recherche d’un second souffle. Des traités commerciaux régionaux tentaient avec des fortunes diverses de prendre le relais du dernier « Cycle de Doha » qui n’en finissait pas de ne pas aboutir, dont le but était de supprimer tout ce qui pouvait encore faire obstacle à la circulation des marchandises, d’ordre réglementaire notamment. Tout est maintenant de facto gelé.

Quels pays vont-ils être visés par ces mesures ? Quelles seront les modalités de celles-ci ? Quelles mesures de rétorsion les autorités européennes vont-elles décider de prendre tout en respectant la réglementation de l’OMC ?

Les conséquences de la décision présidentielle vont au-delà des mesures de taxation annoncées. Toute la logique des chaînes d’approvisionnement qui accompagnait la mondialisation est en cause. Les entreprises transnationales n’ont pas seulement pris leurs aises financières, passées expertes dans l’art de l’optimisation fiscale, elles ont également organisé leur production en l’éclatant à l’échelle mondiale, la structurant selon des chaînes d’approvisionnement. De ce point de vue, Donald Trump joue gagnant, car la rupture des règles de l’OMC a pour logique le rapatriement des activités des entreprises, notamment lorsqu’elles sont américaines.

Certains pays sont plus particulièrement menacés par cette guerre commerciale qui est désormais bien engagée. C’est le cas de l’Allemagne, du Canada, du Japon, de la Corée du Sud et de la Chine. La question est de savoir comment elle va ou non pouvoir être cantonnée. Déjà, l’administration américaine a été accusée de lancer une guerre des monnaies en jouant la faiblesse du dollar pour favoriser les exportations américaines.

L’industrie automobile allemande, déjà très lourdement frappée par la crise du diesel qui va découler de la décision des interdictions de circulation décrétées par la Cour administrative fédérale, pourra-t-elle simultanément supporter la hausse du prix de ses véhicules aux États-Unis ?

Les milieux financiers se sont demandés pourquoi les déclarations du nouveau président de la Fed, Jerome Powell, qui a laissé entendre une accélération du cadencement de la hausse des taux ont si peu suscité de réactions. Ces milieux ont d’autres soucis, à commencer par l’accroissement du déficit budgétaire américain, et maintenant avec le lancement de la guerre commerciale. Une toute autre histoire que les affrontements avec la Corée du Nord qui ne dépassent pas le stade verbal. Ils affichent la décontraction devant la chute mondiale de la valeur des actifs boursiers, affectant de la considérer comme une simple correction, sans trop s’interroger.

Mais, tout à leur soulagement que cela soit passé, ne sous-estiment-ils pas les distorsions que les banques centrales ont imprimées aux marchés financiers, comme si le retour à la normalité allait de soi, une fois qu’elles en auront terminé avec leurs mesures non conventionnelles ? Chassez le conformisme, il revient au galop !

Ouvert aux commentaires

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

8 réflexions au sujet de « Trump, un chien dans un jeu de quilles »

  1. Bravo de continuer à nous informer. Merci de vos commentaires éclairés. J’ai toujours plaisir à vous lire et à entendre votre son de cloche. Bref, merci d’exister!

  2. On peut critiquer Trump ,mais il défend son économie nationale ,il est vrai que c’est de l’arbitraire…Il faudra s’y faire: Jerusalem capitale, Guerres tous azimuths, armes de destruction massive imaginaires…Il y a pas mal de temps que les USA ont établi des règles à appliquer selon leur »Bon Plaisir »,règles que nos »responsables »politiques appliquent avec conviction…Le défaut qu’ils trouvent à Trump c’est de dire tout haut ce que son pays applique depuis longtemps, mais voilà comme il le dit ça devient encombrant pour ses courtisans qui font semblant de gouverner chez eux alors qu’ils sont purement et simplement des remorques

  3. Ce matin sur ma télé, Carlos Ghosn prévoyait un retournement de tendance pour les années 2020-2022. Je me suis demandé si par retournement il ne voulait pas suggérer grosse crise mahousse et, par 2020-2022, pour très bientôt.
    (C’est un bruit que l’on entend de plus en plus souvent descendre vers nous sans qu’il soit possible d’arbitrer entre la confidence, la mise en condition ou la désinformation.)
    C’est sans doute par rapport à cette crise crainte, anticipée ou pourquoi pas espérée (aucune inflation n’ayant daigné venir tondre le rentier, il va bien falloir trouver un autre moyen) que j’analyse les stratégies ou discours actuels.
    Protectionnisme (rapatriement des avoirs et des productions) au risque d’en hâter le déclenchement, ou laisser-fairisme subventionné par les dettes (la politique en cours) au risque d’en accroitre l’ampleur.

  4. Je suis un lecteur assidu de vos articles – depuis 2010 – publiés sur le blog de Paul Jorion et très heureux de pouvoir enfin vous faire part de commentaires qui jusqu’alors n’avaient jamais passé le cap de la modération.

    Merci d’avoir ouvert ce blog.

    Il me semble connaître une des raisons pour lesquelles D. Trump veut taxer les importations, à commencer par les métaux. Pour cela, il faut se reporter à la balance commerciale des Etats-Unis qui accuse un déficit global de 10,3 trillions de dollars sur les 20 dernières années (1998-2017) source : ERP 2018. Ce déficit correspond à près de 50% de la dette publique des USA.

    A mon avis, ce n’est qu’un début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.