LE DÉVOIEMENT DE LA DÉMOCRATIE, par François Leclerc

Ouvert aux commentaires

La vie des professionnels de la politique va dans les mois à venir tourner autour des élections présidentielles. Un enjeu va la dominer : être présent au second tour pour l’emporter contre Marine Le Pen en ralliant les suffrages qui n’en veulent pas. Tel est le rôle de cette dernière, qui présente pour eux bien des avantages.

Lancée avant les élections régionales, qui ont fait office de prélude, la compétition va se poursuivre sur le même terrain boueux. Ce sera à qui reprendra au mieux, en se les appropriant, les thèmes sécuritaires et identitaires du Front National, qui à défaut d’avoir obtenu des présidences de région, a gagné une misérable bataille des idées. En cette matière, il est vrai, le conformisme n’est pas rêvé pour se distinguer.

La reconquête des électeurs qui votaient à gauche et se sont abstenus, ou ont voté Front National, est question accessoire pour les états-majors. Comment l’entreprendre, en effet, quand elle imposerait un changement de politique économique proprement impensable, ainsi que d’engager collectivement la réflexion sur une société nouvelle dont ils ne sont d’évidence pas porteurs ? Tout nous y invite pourtant. L’extrême-droite polarisant la campagne qui s’entame et occultant tout débat à ce propos, il n’est plus demandé aux électeurs d’adhérer à un projet en s’exprimant pour, mais à nouveau de voter contre afin de laisser agir pour le reste.

Associé aux mesures d’extension de la surveillance, nous assistons à un dévoiement de la démocratie et un enfermement des esprits, bien dans l’air qu’ils polluent des temps qui s’annoncent. La nouveauté encourageante est que c’est ressenti plus que jamais et que le rejet les atteint.

97 réflexions au sujet de « LE DÉVOIEMENT DE LA DÉMOCRATIE, par François Leclerc »

  1. Je renvoie à mon précédent post :

    France : une démocratie zombie

    Commentaire de l’article :

    Régionales : Un lâche soulagement munichois, par Rodolphe

  2. Hélas, rien à ajouter à votre commentaire qui résume bien le degré zéro atteint par cette classe politicienne qui fonctionne en vase clos.

  3. C’était le jeu des régionales … s’opposer au FN. Aucun projet, aucune idée, avancée … C’est leur seul argumentaire et ça va continuer. Le FN sert de “chiffon rouge”. Un commentateur radio a même glissé dans ses arguments … “la shoah” … histoire d’être bien certain d’être compris et de réveiller les consciences.
    Comment pourraient ils se prévaloir de leurs succès ou de leurs projets … il n’y a rien.
    C’est pitoyable et tragique. Le degré zéro de la politique.
    Nous assistons au naufrage de ce qui n’est plus -n’a jamais été- une démocratie.
    Et la suite est très, très, inquiétante.

  4. Me vient un doute : à quoi sert-t-il de commenter les activités de nos zélites, elles-mêmes dirigées par des forces “supérieures”, puisqu’elles restent stériles à tout ce qu’il se passe ici-bas ? Enfin, pas complètement stériles, puisque l’autoritarisme augmente au fur et à mesure d’un grondement qui monte… au moins on aura pas tout perdu !! 😉

  5. Je ne sais pas combien de temps sera nécessaire pour que tout le monde comprenne que le denier vote démocratique a été le refus du TCE, lequel a été imposé par voie parlementaire par la suite.
    Ce que veulent les citoyens, c’est du boulot. Pour ça, il faut mettre en place un protectionnisme pour faire revenir les productions, taxer les transports lointains… Il n’est pas nécessaire d’avoir fait L’ENA pour le comprendre.
    Exemple, je travaille sur un chantier dans le nord de la France ces derniers temps. Il suffit de voir que l’essentiel de l’activité est assuré par des européens du Sud et de l’Est, voir d’Asie pour comprendre l’exaspération des autochtones. Cette réalisation est menée par une grande entreprise énergétique ex nationale.
    Bien sûr disent ils, il s’agit de contractants, que les compétences locales ne conviennent pas…
    A qui, a quoi les gens peuvent ils croire ?

    1. Bah oui!

      Le protectionnisme est indispensable à la souveraineté.
      (D’ailleurs c’est ce qu’on fait chez soi! On ne laisse pas les voisins gérer nos affaires!)

      Et du boulot ce n’est qu’un début. Avec les robots on peut imaginer beaucoup mieux.
      Choisir et partager ce que l’on produit de manières bien différentes. Non plus pour le profit d’une très petite minorité, mais dans des objectifs nettement plus intelligents.
      (Mais là je saute des étapes)

      1. Erreur mon cher Dominique,

        Si nous étions irlandais, nous ne pourrions pas nous protéger car nous serions trop “petit”.
        Pour que le protectionnisme “paye”, il y a des conditions à remplir. L’indépendance énergétique est un must incontournable, la taille de la population doit être de 65 m mini, la balance des comptes courants doit être proche de l’équilibre, il faut disposer de sa propre monnaie, l’état ne doit pas être trop en déficit.
        Etc… donc je n’y crois pas.
        Il va falloir trouver autre chose !

      2. Yves,

        Entendons nous la même chose par protectionnisme?
        Pour moi il ne s’agit pas de s’interdire d’échanger, (autarcie) mais de se protéger des “envahisseurs”

        Et si l’on peut échanger de nos produits et services (nous avons encore d’importants savoir faire) contre l’énergie et autres MP qui nous manqueraient, c’est jouable sauf a subir un embargo…

        Bien sur il faut disposer de sa propre monnaie en interne, la monnaie externe étant les produits et services que nous serions capable d’exporter. Il faut faire avec, pas le choix.

        La ou je vous rejoins, est que l’idéal est d’être 100% autonome…
        Mais à supposer qu’un pays comme la France fasse un premier pas (réussi), il y a fort à parier que rapidement d’autres nous rejoindraient, et pourquoi pas des pays africains…

        Bien sur l’état ne doit pas être en déficit, mais s’il est propriétaire des Ressources primaires du pays, j’imagine mal qu’il puisse l’être, puisque ce serait le plus riche propriétaire du pays!

        Y croyez vous mieux comme ça?

      3. Bien sur l’état ne doit pas être en déficit, mais s’il est propriétaire des Ressources primaires du pays, j’imagine mal qu’il puisse l’être, puisque ce serait le plus riche propriétaire du pays!

        Mais mon cher c’est déjà le cas et très très très largement, en ne comptant que les actifs négociables (immobiliers sauf les biens classés plus financiers), les administrations publiques doivent être à kekchose comme 3 000 milliards de patrimoine brut. Rien que les collectivités locales possèdent près d’un cinquième du patrimoine immobilier français…
        http://www.villesdefrance.fr//upload/document/doc_201001261202280.PDF

      4. Oui, là t’as raison vigneron.

        Mais j’oserais dire que les (biiiiiiiiiiiiiiiiiip) qui gouvernent depuis 40 ans, se sont donnés pour objectif de ruiner le pays. En ouvrant ses frontières marchandes aux 4 vents, pour balayer tout ce qui se trouve à l’intérieur.

        Être à la tête d’une fortune colossale n’est donc pas, en effet, une condition suffisante pour maintenir un budget en équilibre. Mes confuses.

      5. @Vigneron
        Tu dis n’importe quoi . Prenons un exemple, quel est le patrimoine brut de Mr Drahi (Numéricable & co (nnerie)), bcp. Quel est son patrimoine net ? Bcp moins.
        @ Tous : Vigneron est payé par le Grand Capital pour nous désinformer. Skandal !
        @ Dominique : plutôt et souvent d’accord avec toi
        @ Julien : tant qu’il y aura des hommes qui mourront de faim, on n’aura pas fait le job. En France, on n’y arrive pas encore, 20 ou plus sdf mourus chaque année. 200.000 morts au Mali du fait de la sécheresse !

    2. Xavier 37
      Pas la peine non plus d’avoir fait l’ENA pour comprendre qu’avec la mise en place d’un protectionnisme,nos exportations vont dégringoler.Or,renseignez-vous.Quelle
      est la part de nos emplois liés à l’exportation ?
      Ce que vous dîtes de plus précis est en revanche (à mon avis) tout à fait exact.Rien n’oblige à ne pas recourir à
      l’étranger pour nombre d’activités.Primo si des compétences manquent sur place,il faut les “produire”
      par des actions ciblées d’apprentissage et de perfectionnement.Secundo,le choix des intervenants étrangers(hors territoire) tient à des considérations de
      coûts.C’est le résultat d’une recherche A LA FOIS COURT
      TERME ET INCORRECTE.Bref le jeu bête et méchant du
      “capitalisme” tel qu’il est intériorisé par de nombreux “responsables” d’entreprises qui ne regardent que la rentabilité à court terme (et pour les actionnaires….).
      Un minimum d’intelligence devrait permettre de s’écarter d’un type de calcul insuffisant lié au
      “capitalisme” (disons totalitaire et malfaisant).Et tenir
      compte de tous les coûts résultant du manque d’activités
      dont vous avez parfaitement raison de faire état.Quant
      à l’attitude de grandes entreprises ex-nationales et/ou
      privatisées bêtement,elle est pleinement répréhensible
      sauf argumentation à justifier face aux représentants
      des pouvoirs publics ET DES SALARIES,et leurs syndicats.

      1. Les Énarques promeuvent l’ouverture des marchés à tous les vents. C’est d’autant plus facile pour eux qu’ils n’en supportent pas les inconvénients et qu’ils sont à l’occasion récompensés pour leur coopération par les grandes entreprises.
        Le protectionnisme (raisonné) n’empêche pas les échanges. Les bananes et les ananas ne sont pas produits en France.
        Il y a 20 an, la confection de vêtements était encore possible, les meubles ne venaient pas de Chine….
        Tout ça est connu, il s’agit juste de règles décidées par quelques centaines de personnes au détriment de millions.

        1. Il y a 20 an, la confection de vêtements était encore possible, les meubles ne venaient pas de Chine….
          Tout ça est connu, il s’agit juste de règles décidées par quelques centaines de personnes au détriment de millions.

          Et au bénéfice – malheureusement ou heureusement, tout dépend où l’on se place – de centaines de millions d’autres.

      2. @julien Alexandre
        Je ne suis vraiment pas convaincu du bénéfice que les “centaines de millions d’autres ” en retirent.
        Certes ils ont un job de la qualité des nôtres au 19e siècle dans des villes insalubres. Et tout cela mène l’environnement à sa ruine.
        Dans un monde sensé, leurs dirigeants aurait du leurs épargner cela.
        Ce qui est certain, c’est que les hommes n’apprennent rien, sauf à reproduire le pire.

      3. T’es vraiment obtu Julien, le Monsieur te dit « protectionnisme (raisonné) », RAISONNÉ, pasque le protectionnisme lui il peut être raisonné (même entre parenthèses) alors que le libéralisme est sauvage, forcément sauvage (sans parenthèses). Raisonné, Julien, raisonné : les bananes oui (surtout guadeloupéennes), les slips kangourous non.

    1. “Ce serait terrible de ne plus exporter nos Rafales. Gross malheur !”

      mais, mais, mais, jamais de la vie, non, mais où vous zavez la tête ? Hein ? ha si c’est pas nous qu’on le prend le marché, il y en aura d’autres qui le prendront à notre place, hein ? Alors ! Voilà tant qu’à faire , au moins que ça rapporte à notre pays et à notre économie, tout à fait, sinon , adieu, bananes, rafales et slips kangourous….vous voyez un peu le désastre….

  6. Hollande n’a absolument pas la moindre chance d’être présent au 2nd tour, sauf recul du chômage qui relève du miracle, Sarko est détesté de plus en plus, dans 1 an il sera grillé…bref une configuration unique des astres pour que Paul Jorion se présente et l’emporte contre MLP !

      1. Octobre,15 déc. 21h53
        Apparemment,vous n’êtes ni philosophe,ni chansonnier.
        Il n’est pas interdit de faire des progrès en ce sens.Quant
        à Paul J.,pourquoi voulez-vous qu’il envisage la vocation
        que vous lui prêtez? Une chose semble acquise en tous cas.Il ne bénéficierait pas de votre vote.Lui préféreriez vous MLP,qui a peu de philosophes parmi ses supporters
        et …..encore moins de personnes remplies d’humour ?
        Non seulement en devanture,mais bien plus encore
        en arrière boutique.Non?

      2. Apparemment,vous n’êtes ni philosophe,ni chansonnier.

        Je ne tire aucune gloire de cela sieur devillebichot.
        Cependant, je vois que le roi est nu mais qui ne le verrait pas ?

    1. Y parait, d’après un sondage récent, que les ⅔ des Français seraient prêts à un gouvernement d’experts (et même qu’Attali serait sur l’affaire), alors…

      1. Je vois d’ici la négo Attali/Jorion avec Jorion inflexible : « Je te répète Jacques, c’est non négociable: c’est Macron ou moi ! ».
        Ce sera Macron.

      2. @Vigneron

        Tu commentes, tu commentes l’info. Connais-tu vraiment Attali. Si oui, tu n’en parlerais pas, bien que Paul l’apprécie à juste titre. J Attali est un esprit ouvert, qui n’a rien à perdre car il a tout et ne risque rien. Je veux bien discuter avec un Attali smicard, mais pas à celui d’aujourd’hui !.

        YV

  7. Je suis tout à fait d’accord sur ce qui est dit au sujet de l’utilisation de l’épouvantail Le pen.
    Au premier tour, on le fait monter en orientant les débats vers les thèmes sécuritaires et identitaires afin de détourner la colère populaire vers un vote contre productif, puis au second tour, on l’écrabouille pour ramener les ouailles au bon endroit (il y a des limites quand même!) ,c’est à dire vers les partis qui ne proposent rien de rien et ne changeront rien à rien…

    1. l’epouvantail le pen … ou le frankenstein le pen ?
      qui finira par echapper à ses createurs ?
      de toute façon la politique semble dans une impasse , Sarkozy bousille la droite depuis longtemps en l’extreme droitisant et en menant une politique ultra liberale europeiste, Hollande bousille la gauche en menant une politique ultra liberale europeiste avec macron , roulant au passage les ecologistes dans la farine…ces deux grands partis semblent soutenus par une grande partie de la population , bien disciplinée, celle qui vote parcequ’elle à quelquechose à perdre à un reel changement politique ou economique ( retraités, fonctionnaires, cadres, professions liberales ) et qu’elles sont comme enrobées d’un idealisme narcissique inconsequent qui ne les empeche pas de voter pour une societe inegalitaire et largement deficitaire sur le plan du commerce exterieur; à ces gens là on peut dire que si le fn et les terroristes n’existaient pas il aurait fallu les inventer, tant l’ exacerbation des nationnalismes identitaires, des communautarismes (et j’y inclus le laicisme radical) et des guerres semblent etres devenus les compagnons de la longue route de l’ultraliberalisme. Il y a aussi les ouvriers et employés qui par calculs, revolte ou peur desesperent de plus en lendemains qui dechantent…il y a les exclus sociaux qui ne votent plus, ne revent plus que de mener un jour une vie normale.
      Bien sur c’est une vision reductrice des etres humains, un peu comme la vision de la partie emergée de l’iceberg, qui nous renseigne sur la localisation de la partie immergée mais pas sur sa forme. Personnellement je pense qu’il faut que je me defasse de tout les determinismes, leurres et identifications, verités, qui enferment mes comportements dans un certain isolationnisme et pessimisme,pour que tout ne soit pas joué d’avance. Ecrire des commentaires sur ce blog est pour moi une demarche en ce sens, afin, comme le disait Desprosges :” de m’ecouter moi meme afin de savoir ce que je pense “ou comme me l’a dit un jour Paul Jorion, rencontré à Rennes, pour arriver à dire vraiment ce que j’ai envie de dire.

    2. marj
      Un vote “contre productif”.C’est à dire,selon vous,un vote
      contre le FN.FN vous êtes,et,après tout c’est le citoyen qui
      décide,heureusement.C’est donc votre choix.De là à
      croire que ce parti (singulier tout de même par sa
      proximité affichée à des symboles nazi)ne “cherche ” pas,
      lui,à ramener “les ouailles au bon endroit”;(il ne cesse de le faire depuis le GUD de JMLP des années 1950)….

  8. Il faut lire ces déclarations de Xavier Bertrand (Les républicains), qui devient président de région Nord-Pas de Calais (contre Marine Le Pen) : “Cette campagne que j’ai menée pendant presque une année, où j’ai rencontré la colère des gens, le sentiment d’abandon (…) la misère, je l’ai prise comme un coup de poing en pleine figure. Et ça a changé à jamais ma façon de faire de la politique. Ces trente dernières années, la classe politique a failli. Il y a bien une faillite collective. J’ai fait partie de cette classe politique. Regardez le spectacle de ma famille politique, où la seule réponse apportée à cela, c’est l’organigramme des Républicains ou la date de la primaire. Mais mon Dieu! Qu’ils se réveillent ou alors on va vers une catastrophe politique. Çà oblige à se remettre en question. Je ne me sens pas légitime pour participer à cette primaire (pour la présidentielle) parce que j’ai été ministre et j’ai entendu le message pendant toute cette campagne: ‘vous avez été ministre, qu’est-ce que vous avez fait?'”, a-t-il dit. “Je vais quitter mes fonctions de député de l’Aisne, je vais quitter mes fonctions de maire de Saint-Quentin, et pourtant j’aime ma ville profondément”, a-t-il ajouté.
    Bien sur, cela ne fait pas un nouveau printemps. (Obama s’était aussi distancié “des politiciens de Washington”). On peut donc y trouver à redire.
    Le dévoiement de la démocratie est plus profond que ces “petits calculs” pour émerger contre Mme Le Pen. Les partis politiques sont des machines de pouvoir qui n’arrivent plus à manipuler l’électeur.
    Un “projet politique” ne pourrait plus advenir de ces partis. Il faudrait négocier un “programme commun de la gauche” par dessous les appareils parisiens. Et ne pas avoir peur d’être minoritaire un temps, en tenant à des principes.

    1. @Chabian
      ” Les partis politiques sont des machines de pouvoir qui n’arrivent plus à manipuler l’électeur. “

      Hum… si, encore un peu…
      mais alors, si ces “machines” ne sont plus aussi efficaces dans les mains de ceux qui détiennent le contrôle du pouvoir, que vont donc nous concocter les (vrais) puissants, pour ne rien changer ?

  9. Je me souviens de 2002; des électeurs de gauche se sont empressés pour voter pour un type (Chirac) qu’ils n’aimaient pas – une caricature in vivio de la politique, une scène délicieuse, à se rouler par terre. Par contre, on se demandait si la démocratie fonctionne encore en France, si le pays ne serait pas un cas pour le psy.
    J’ai une vision internationale de la vie politique francaise et ce qui se passe en ce qui converne le FN ne m’étonne pas du tout. Ce parti fait peur pour différentes raisons: entre autres à cause du déni de la classe politique ainsi que d’une large partie du public face à la fracture sociale qui se dessine d’une manière de plus en plus profonde et large. La classe politique applique la politique du “cause toujours”, émaillée de propos hypocrites, elle croit que des “mesures”, soutenues par des théories simplistes et appartenant à un autre âge aboutiront forcément à des solutions. Je pense que le FN continuera à gagner du terrain.

    1. Germanicus
      Nombre de celles et ceux qui ont voté Chirac au 2ème tour de 2OO2 ont été écoeurés .Il a “pris les voix”,et a continué de faire comme si c’était son “camp” seul qui l’avait porté
      à la présidence.Ce fut là,à mon avis non seulement une
      erreur ,mais une FAUTE.Cela ressemblait à du “gaullisme
      à la petite semaine”.

  10. https://www.youtube.com/watch?v=SEXWM94xwI8

    Peut-être l’absolue mélancolie selon Bach.
    Mais il est probable que je fasse faute route, il s’agirait alors d’une énorme goutte d’eau, mais faites un effort pour savoir qu’elle sera sa hauteur. Demain, il y aura mille Einstein contre un seul Bach.
    Bien entendu je ne défends pas l’un contre l’autre.
    Et je sais cela de science infuse avec la rosée du matin tout en observant les astres. Aussi j’admire la divine lenteur de l’escargot.

    1. Surtout interprétée par la magnifique Tatiana Nikolaïeva, qui transcende ce choral de Bach, l’éloigne de la liturgie à la base de sa création, et rend justice à la mélancolie qui habite cette composition d’un homme à l’aune de la mort et sombrant progressivement dans l’obscurité fatale. En 2003, j’avais demandé à Nikolai Lugansky, alors en concert à la Halle aux Grains à Toulouse, pourquoi il n’interprétait pas cette oeuvre. La réponse, claire : parce que Tatiana – qui a fait de Lugansky le pianiste qu’il est – en a donné l’interprétation ultime.

      Il suffit d’écouter dans la foulée de Nikolaïeva une interprète pourtant talentueuse comme Elizabeth Sombart (qui joue le BWV 639 comme dans une église) pour comprendre l’osmose entre l’oeuvre et l’interprète que fut Nikolaïeva.

      1. “parce que Tatiana – qui a fait de Lugansky le pianiste qu’il est – en a donné l’interprétation ultime.”

        C’est bien dommage de penser cela, même si c’est vrai…

        1. Ce serait dommage de le penser si c’était faux. Il y a des moments de grâce en musique, où une oeuvre rencontre “son” interprète (et vice versa). Comment livrer une interprétation qui ait du sens et un quelconque intérêt après ?

          Et c’est valable pour tout. Paul ne sera pas content en le lisant, mais si j’étais Barbara Streisand, je n’aurais jamais plus chanté “The way we were” après l’avoir entendue chantée par Gladys Knight (à ceux qui ne connaissent pas, je conseille le live à Santiago de Chili). Et pourtant, c’est la chanson de Streisand.

          Valable aussi pour le “Jealous guy” de Lennon, époustouflant par Donny Hathaway.

      2. Pfff… Monsieur Laurent, heu ! Julien, Alexandre, si vous pouviez vous abstenir de faire des commentaires de commentaires sur un blog qui n’existe plus.

      3. Schizosophie
        Tibi gloria semper !
        Avant que la lumière soit éteinte, je t’invite à un déjeuner ou dîner d’adieu en semaine sur Paris. J’ai bien compris que tu préférais les terrasses, je te laisse le choix de lacantine. Un farceur a confisqué le pseudo Rosebud1871, donc j’ai ouvert rosebud18711871@gmail.com pour ce faire. Je mettrai une casquette de Lénine…

    2. octobre,15 -12 -2015,23h04
      de William Shakespeare(1564-1616),in “le marchand de Venise”

      L’homme qui n’a pas de musique en lui,
      Et que ne touche pas un concert de doux sons,
      Est propre aux trahisons,aux stratagèmes et au pillage,
      Les mouvements de son esprit sont ténébreux comme
      la nuit,
      Et ses désirs sombres comme l’Erèbe:
      Méfiez-vous d’un tel homme….écoutons la musique.

      source.Nuccio Ordine”une année avec les classiques”,
      les belles lettres,novembre 2015,p.7.

  11. Il y a un article extrêmement intéressant de Jacques Sapir, montrant qu’il y a eu en moyenne en métropole 13,8% de votants en plus, mais seulement 12,7% en plus de suffrages exprimés. La différence est due à une hausse de plus de 49% des bulletins blancs entre les deux tours!
    Source:
    http://russeurope.hypotheses.org/4568

  12. La seule note qui pourrait être positive est donnée par les gens qui n’ont pas voté, soit jusqu’à 70 pour-cent dans les quartiers populaires, ou ont voté blanc, deux fois plus nombreux au second tour qu’au premier: non seulement les insatisfaits ne votent pas tous pour l’extrême-droite, mais il y a une autre France que celle des élections.

    À partir de là, ma boule de cristal devient totalement opaque.

    La multiplicité des crises et des urgences, financière, économique, sociale, migratoire, environnementale, terroriste, et possiblement de santé publique à tout moment, rendent l’avenir plus ouvert et imprévisible que jamais. Et peu rassurant, sachant que des mouvements inédits et porteurs d’avenir peuvent aussi à tout moment émerger et se développer très rapidement…

    Celles et ceux des minorités créatrices qui vont faire la différence sont sans doute déjà nés. Ont-ils vingt ans, trente ans, ou dix?
    Ils sont parmi nous!
    🙂

  13. Pour dévoyer une chose il faut au préalable que cette chose ai été sur sa voie (et oui).

    Si Sieyes a compris en 1789 que la représentativité est exactement l’opposé de la démocratie, l’idée doit être accessible au commun des mortels 226 ans plus tard.

    Ou alors l’auteur nous donne les nouvelles de cette fin de XVIIIe siècle…

  14. Comment lutter contre un protocole ? Autant attendre qu’il s’écrase avec tout ceux qui l’appliquent au monde. Gaïa sera plus explicite. D’ici là, écouter du Bach, et soi-même porter haut les couleurs de la beauté du monde, est déjà tout un programme….

  15. Merci pour cette analyse. Les politiques ont arrêté de penser au vrai sens du terme, ils sont simplement des stratéges qui cherchent par tous les mpoyens de se maintenir au pouvoir. Où est le sens commun, le bien commun, l’action publique, la démocrati… Je vous invite à écouter François Durpaire qui prédit l’avénement de MLP en 2017
    http://www.durpaire.com/
    Dans l’attente de la COP 22 qui ne sera pas plus une réussite que les 21 d’avant, la température monte, et comme pour un malade, cela n’est vraiement pas bon (isotherme 0 se trouve dans les Alpes au-dessus de 2500 m, alors qu’en cette saison il se situe plutôt vers 1000 m)

  16. Sur MLP en 2017, il y a une excellente BD sur le sujet: La Présidente, de Francois Durepaire et Farid Boudjellal , http://www.arenes.fr/spip.php?article4561

    Une région ou deux cette fois-ci aux mains du FN eût été une bonne occasion de grignoter sa posture anti-système avant la présidentielle! Mais n’aurait rien fait avancer chez les deux autres, sans doute!
    Deux qui ont changé en revanche, ce sont Xavier Bertrand, dans le Nord, qui a dit de NS “qu’il se taise!” et des citoyens sur le terrain “ils nous détestent“, et Estrosi en Paca, “ces élections m’ont changé“: à suivre.

    Une amie du Limousin me dit qu’elle votera blanc encore en 2017 en cas de second tour NS-MLP. Cette fois, elle a voté blanc en se disant: “que ceux qui sont allés chercher le bâton FN pour se faire battre, prennent la volée“. Et 10 % d’électeurs de son village ont fait de même!

    1. Vu du Maroc. Où est passée la France qu’on aime ?

      “La France qu’on adore est celle de la convivialité, du savoir-vivre, et qui fait honneur au plaisir et à la vie. Il fait doux y vivre ou s’y perdre. Mais il y a aussi cette autre France condescendante et hautaine, qui se complaît dans le mythe du déclin, qui se déteste et se referme sur elle-même. Hélas, c’est cette France qui est en train de prendre le dessus.”
      Abdellah Tourabi

      http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-maroc-ou-est-passee-la-france-quon-aime

  17. Les députés en première lecture votent pour le reporting (déclaration de l’intégralité des filiales des multinationales avec leur nombre d’employés, leur chiffre d’affaires, leur bénéfices, les impôts payés par pays ..) puis en seconde lecture cèdent à la pression du gouvernement, com-pé-ti-ti-vi-té oblige !
    http://multinationales.org/Coup-de-force-du-gouvernement-a-l-Assemblee-pour-tuer-une-mesure-historique-de

  18. Je pense que le dévoiement de la démocratie n’est pas un phénomène typiquement français car, partout dans le monde prétendument démocratique, les élus rendent de moins en moins compte à ceux qui les élisent et de plus en plus à ceux qui les financent. Mondialisation ploutocratique oblige.

    1. “maladie” probablement. Mais l’ensemble de la classe politique y compris ses laquais et larbins de la presse se sont contentés de se préoccuper des symptômes, alors que la maladie progresse.

  19. Rien n’est plus abêtissant que ces hurluberlus qui pensent qu’un jardin amoureusement bêché va faire la différence. Mieux vaut pas trop gratter là où ça fait mal le soir dans la maison en famille si possible et après le plus petit effort comme dénominateur commun. Faut croire que la violence de 14-18 m’a bouleversée.

    1. Schopenhauer, Essai sur les fantômes, vous aviez dis que si vous retrouviez ce livre vous en partageriez un extrait significatif. Toujours pas trouvé le livre?

  20. @ François Leclerc :

    ” ..le rejet les atteint…”

    Comment cela se manifeste-t-il et comment ça se mesure ?

    La démocratie réduite au “pouvoir” institutionnel sera toujours dévoyée par les manœuvres “institutionnelles” de couleurs réelles ou apparentes d’affiches électorales .

    Le pouvoir institutionnel n’a de sens et d’efficacité humaine que si le champ d’application et les échéances des actions sont à la fois réclamées et élaborées démocratiquement , soit aussi largement et diversement que possible , de cœur et de raison .

    La phase positive , ce serait celle qu’a tenté ( et tente encore apparemment ?) ce blog et d’autres lieux : quel cadre nouveau , ou plus modestement quelle boîte à outils pour ce faire ?

    On n’en est encore qu’au début de ce tout premier temps , et la boîte à outils enrichie et partagée peut y être plus utile que de savoir immédiatement “qui s’y colle?” en France mais surtout dans le monde , comme Axel Khan le demande ici , en fin de billet :

    http://axelkahn.fr/4995-2/

    PS : Tout en notant l’accélération des parutions de vos propres billets , il serait sans doute sain que Paul Jorion recadre mieux :

    – ce que son blog peut être dorénavant, et ce qu’il peut espérer des commentaires ,

    – la synthèse de ce qu’il considère comme acquis en terme de réflexion digne d’articuler l’avenir tel qu’il pourrait être meilleur,

    – la synthèse de ses points de contact avec VUB , Google , Commission ministère belge des finances ,

    – ligne d’interventions personnelles sur le blog et les media , think thank , travaux propres , conférences …

    1. Waow, quel génie ces googlemen et applemen..

      Il parait qu’au départ, de cette aventure révolutionnaire, les designers ont beaucoup regardé capitaine flamme, dans un garage, quand ils étaient petits….rhoooo trop gé ni al la playmobilcar, si c’était pas mimi avec son petit minois si japonico-attrayant…..et susucre à moelle pour sa titine..

      Une majorité d’acheteurs prêts pour une voiture Google ou Apple
      http://automobile.challenges.fr/actu-auto/20151217.LQA7765/une-majorite-d-acheteurs-prets-pour-une-voiture-google-ou-apple.html

      donc , par grand mistral, à f7, sur l’A8, on peut l’équiper d’un mat et d’un wishbone sur le toit et d’une voile et… ça roule, ma poule….un bolide du feu de Dieu !

      Reviens Steve, ils sont devenus gateux….

  21. Je suis Belge, et je voudrais, pour mieux comprendre les enjeux, connaître les compétences régionales: quelles sont les matières traitées, se résument-elles à la Défense au sens large?
    J’ai déjà difficile de m’y retrouver en Belgique, alors pour la France…

    1. ‘”Je suis Belge, et je voudrais, pour mieux comprendre les enjeux, connaître les compétences régionales: quelles sont les matières traitées, ”

      Le projet de loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a été adopté définitivement par le Parlement jeudi 16 juillet 2015. Il fixe les compétences respectives des régions, des départements, des intercommunalités et des communes.

      http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/reforme-territoriale-quelles-sont-les-competences-des-regions-departements-intercommunalites-et-communes-771799.html

  22. Même si les électeurs votent contre le FN, ils votent POUR le parti qui leur ment inlassablement et sans vergogne et POUR ce parti qui fait monter le FN. Tactique électorale pas très judicieuse surtout confronté à cette classe politique qui a fait l’ENA et plein de brillantes études.
    A chaque élection, les journalistes disent que l’abstention est le chiffre qui doit attirer notre attention, puis dès qu’il y a les résultats ils n’en parlent plus, ils n’est pas pris en compte le résultat réel selon le nombre d’inscrits mais selon les suffrages exprimés. Les journalistes sont pris dans l’événement, de vrais acteurs qui récitent leur texte mais semblent oublier leur rôle.
    Un vote d’adhésion? La Vème République invite à cet emballement sympathique et partisan derrière un leader et un parti, mais il manque cruellement de référendum, ce procédé constitutionnel qui peut paraître bien étrange à certains alors que c’est ça la démocratie (qu’on peut aussi remettre en question si on est en démocratie). Le dernier référendum d’il ya dix ans, la seule fois où j’ai gagné une élection, ça n’a pas compté car ils ont trompé leur monde avec des “y’a pas de plan B”, et ma première élection ce fut déjà un vote contre Le Pen JM. Donc non ni pour ni contre, maintenant je dis juste NON, à tous, sans préférences entre les traîtres et les escrocs, les politiciens ont tué la politique, ce sont des pantins.
    Et dire que les ancêtres se sont battus pour ça, pour le droit de vote! S’ils voyaient que c’est Hollande le président, ils nous diraient aussi de stopper nos conneries.

    1. stopper nos conneries !
      un petit jeune homme , me disait recemment son degout de la “democratie”, il avait meme ecrit un texte, genre profession de foi, et je n’etais pas insensible à ses arguments…meme si le texte evoluait vers la fin sur l’ambigue fin du politique.
      Ma seule reponse fut l’hypothese que la “democratie” actuelle ,le vote, n’etait peut-etre que le minimum de l’idée de democratie…il fut surpris par cette suggestion…puis s’ouvrit un temps de reflexion, un espace,il me demanda ce que j’entendais par là.
      n’y ayant pas reflechi plus que cela, je dis quelques mots et la conversation passa à un autre sujet…
      Quelques jour plus tard je lui fit faire connaissance avec l’univers extraordinaire du film de Gebe et Doyon , l’An 01.
      Disponible gratuitement sur internet.
      Si vous ne l’avez pas vu vous memes , regardez le !
      le film est daté 70 mais il est d’une plus grande actualité que jamais.
      On peut meme trouver des planches de la BD originelle gratuitement sur internet ( la bd est encore meilleure que le film )
      bien sur il y a toujours un certain desespoir à etre confronté à une ” utopie” qui nous semble inaccessible , gavé que nous sommes par le “realisme commun”, mais quel humour ! quelle séve ! quelles innovations ! quelle poesie !

      Dans un commentaire precedent j’ecrivais que je souhaitais la naissance d’un nouveau pragmatisme, je persiste…
      et pour moi ce n’est pas contradictoire.

      Je termine sur un extrait d’un livre ” vivre zen” de Charlote Joko Beck :
      “Je peux repenser à l’epoque ou j’etais jeune et belle, mais c’est encore fuir dans l’imaginaire. Or, la plupart de nos difficultés, de nos espoirs et nos soucis sont imaginaires. Rien n’a jamais existé en dehors du moment present. C’est tout ce qu’il y a, c’est tout ce que nous sommes.Pourtant la plupart des etres humains vivent dans leur tete et passent cinquante à quatre vingt dix pour cent de leurs temps dans un monde imaginaire (…) La pensée pratique, c’est autre chose: loin de poursuivre des chimeres, elle sert à accomplir des choses.”

  23. Plutôt d’accord avec cet article. Une nouvelle fois, on se fourvoie en se focalisant sur le FN, alors, qu’à mes yeux le phénomène principal est celui de l’abstention combiné à celui de la non inscription qui traduit la défiance d’une majorité de la population vis à vis des organisations politiques, FN compris.
    La tâche politique principale est donc la reconquête de l’électorat, principalement de l’électorat populaire. Ceci exige à la fois, de montrer du respect envers les populations, de leur donner des perspectives crédibles de progrès social et de favoriser leur prise de parole, notamment en faisant monter des candidats en provenance des classes populaires et non plus des candidats professionnels carriéristes comme le font tous les partis, FN compris également.
    C’est une tâche infiniment plus difficile que celle du jeu politicien qui se donne en spectacle depuis de trop nombreuses années et pas seulement dans notre pays. C’est aussi une tâche plus exigeante que la pratique qui consiste à évoquer, avec des trémolos dans la voix, des valeurs républicaines que l’on foulera au pied, dès que les moments de tension (attentats, élections…) seront moins perceptibles.

  24. j’ai eu l’excellente surprise de tomber sur une interview de emmanuel todd sur le site du journal fakir, quelle analyse politique deconcertante ! il parle du grand detraquage politique que nous vivons en france…et qui serait que les electeurs actuels votent pour des partis ( et transforment ces partis) qui , par le passé representaient un point de vue opposé à leurs conception habituelle de ce que doit etre (ou est) la vie en societé. Ainsi des electeurs des regions traditionnellement inegalitaires ( bretagne, sud ouest) qui sont à present les piliers du PS. Comment s’etonner alors du ‘social-liberalisme’ actuel ? La meme chose des electeurs des regions ‘traditionnellement egalitaires’ du grand bassin parisien et du midi de la france , qui votent pour des partis de droite qui ont toujours sacralisés l’idée d’inegalité parmis les hommes.
    J’ajoute l’hypothese que c’est peut-etre aussi une des raisons du taux extraordinaire de l’abstension electorale.
    Comment se resoudre à voter pour un parti ‘de coeur’ dont les pratiques et les discours vonts à l’opposé de ce qu’ historiquement ils etaient..Ne pouvant decemment voter pour le parti socialiste actuel (meme si son passé fut emancipateur ) pour contrer une droite dont je ne peux me desolidariser de l’electorat actuel ( meme si ses dirigeants sonts toujours aussi inegalitaires) je m’abstient…
    et je ne suis surement pas le seul dans ce cas ! Quelle pitié !

    1. Le problème de Todd est qu’il ne sait plus lui-même où il habite, qu’il a oublié le visage de son père comme dit l’autre, et qu’il assimile sa propre perte de re-père à un détraquage d’une société qui ne se conformerait plus à ses propres schémas théoriques. Le processus hallucinatoire toddien vire de l’hallucinant au tordant.
      Ps: j’ai pas souvenir de mon Sud-Ouest natal votant autrement qu’à gauche (Rad-Soc/PS/PC), y-compris en 65 contre de Gaulle…

      1. Une grille de lecture ne présente d’intérêt que quand elle est croisée avec une autre grille de lecture pour repérer une congruence. Là, il n’y a pas d’isométrie avec quoi que ce soit dans cette analyse car le postulat de départ est faux : le sud ouest, c’est un bastion de gauche depuis très longtemps maintenant. Les commentateurs se focalisent sur Bordeaux (ère Juppé) et Toulouse (les Baudis, puis Douste puis Moudenc), mais va expliquer dans le Gers, l’Ariège, le Tarn, etc. qu’ils sont traditionnellement de droite. Depuis les années 30 au moins, Midi-Pyrénées en tout cas est un bastion républicain de gauche. Il y a un certain nombre de facteurs qui permettent de l’expliquer : l’immigration espagnole, les taux de fonctionnaires et de diplômés supérieurs plus élevés que la moyenne nationale, l’emprise religieuse très limitée, une tradition ouvrière mineure qui a empêché l’implantation forte et durable du parti communiste favorisant plutôt la SFIO et les radicaux socialistes, etc. Le modèle “famille souche” de Todd a bien permis quelques analyses un temps, au pied des Pyrénées en tout cas, mais plus aujourd’hui.

      2. Vigneron oublie pas l’un des leitmotiv de Todd en écrivant charlie, “j’ai décidé de me fâcher avec tout le monde, même mes amis”… parfois il semble logique de laisser croire que le fruit est tombé loin de l’arbre, parfois on cherche juste à faire réagir… certains préfèrent le cynisme ou l’ironie, je vois pas l’intérêt d’en faire un concours de b…

    2. Marc Lazar : «Un inventaire de la troisième voie est indispensable pour les gauches»

      Par Marc Semo — 31 août 2015 à 19:56

      L’historien, spécialiste des gauches européennes, estime que l’engouement pour le Britannique Jeremy Corbyn est symptomatique de la montée en puissance des radicaux lassés du réformisme hégémonique du début des années 2000.

      “Quel est ce bilan?
      La troisième voie mise en œuvre par Tony Blair en Grande-Bretagne et, de façon un peu différente, par Gerhard Schröder en Allemagne, a été hégémonique au début des années 2000 sur toute la gauche réformiste européenne à l’exception du PS de Lionel Jospin. Il s’agissait de moderniser les politiques publiques en y introduisant la concurrence mais aussi de réformer l’Etat-providence. La gauche acceptait la flexibilité du travail, tout en cherchant à assurer la protection des salariés, ainsi que de faciliter l’embauche des jeunes, quitte à remettre en cause certains avantages acquis. Ces réformes ont permis des transformations réelles mais les inégalités sociales et la précarisation – aggravée par la crise de 2008 – ont crû. La grande illusion politique de la troisième voie était de croire que l’on pourrait réguler facilement le nouveau capitalisme financier et la mondialisation.”

      http://www.liberation.fr/planete/2015/08/31/marc-lazarun-inventaire-de-la-troisieme-voie-est-indispensable-pour-les-gauches_1373214

      “Comment l’un des hommes politiques les plus à gauche du Royaume-Uni peut-il aujourd’hui diriger le Parti travailliste, résolument social-libéral depuis les années 1990 et le “New Labour” de Tony Blair et Gordon Brown ? Portrait d’un socialiste convaincu propulsé à la tête d’un appareil politique acquis à la cause capitaliste”
      http://www.lesinrocks.com/2015/09/17/actualite/qui-est-jeremy-corbyn-le-nouveau-chef-radical-du-labour-11774451/

  25. OUVRIR LES YEUX…

    Le Corps Électoral, [donc a priori le Peuple], en majorité, a dit lors des Élections Régionales:

    -1- Premier Tour: On ne veut plus de vous,

    -2- Deuxième Tour: On ne veut pas de vous non plus,

    -3- Si vous voulez savoir ce que l’on veut, donnez-nous le moyen de le dire tant qu’il vous reste un peu de pouvoir d’initiative, par exemple sous la forme de la préparation d’une Assemblée Constituante [sous forme de Cahiers de doléances par exemple] et de sa convocation.

    Si l’on ne parvient pas à mettre cela en route, c’est le Chaos qui se profile, la guerre civile et les “Cahiers de Condoléances”…

    EN ATTENDANT, ce sont les Suisses qui votent pour un Revenu de Base Universel, puisqu’il n’y a aucun espoir de régler la disparition du chômage, ni la juste répartition des richesses, ni le travail aliéné véritable esclavage modernisé et mondialisé de la Guerre Économique.

    Nous pourrions, nous aussi, mobiliser, pour “la recherche & le développement humain sur une planète à préserver”, les ressources de nos petits ordinateurs performants qui sont logés, au dessus de nos épaules, dans cette petite ‘”Boite en Os”

    http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/le-peuple-suisse-devra-voter-pour-ou-contre-le-revenu-universel?id=7345741

    1. Je suis bien entendu en faveur du revenu de base.
      Contrairement à ce qui est dit généralement, les gens ne seraient pas désinterressés par le travail, au contraire.
      Devenus plus libre de choix, ils s’impliqueraient plus volontier dans un projet qui les passionnent.
      La question centrale qui se poserait aux entreprises serait de comment les motiver pour les attirer ce qui aurait comme conséquence d’élever le niveau et peut-être nous l’espérons de sortir de cette médiocrité.
      Mais bon , on en est encore loin.

      1. Michel Lambotte
        En attendant le revenu de base (universel) on pourrait
        préconiser ceci pour les RETRAITES.
        Partant de l’idée qu’une différentiation des revenus a
        quelque chose de justifié,(rapport de 1 à 40 au maximum
        toutefois!)DURANT LA PERIODE PENDANT LAQUELLE LES GENS SONT “ACTIFS”,cette différentiation n’a pas de
        fondements très consistants LORSQUE LES PERSONNES
        SONT “EN RETRAITE”.Bref ,dans ce cas,l’EGALITE DES
        REVENUS ALLOUES AU TITRE DE LA “RETRAITE” devrait,me semble-t-il ,prévaloir.(la question des
        “cotisations” devant être traitée de manière séparée.)
        Cela signifie que la MEME RETRAITE serait versée à
        chaque retraité(e).Ce qui suppose,simplement(question à résoudre au fur et à mesure)qu’on en calcule la moyenne convenable.La
        question de l’âge “légal” et effectif de la retraite se
        poserait de manière toute nouvelle,la question de la
        durée du travail aussi.Naturellement la” retraite”
        devrait être une question à la fois d’âge et de santé;
        et l’on ne regarderait plus la nature (rémunérée ou
        non des “activités” précédentes.)(travail “domestique”
        inclus);manière de se familiariser avec un système
        étendu de “revenu universel de base”.

      2. Merci pour votre réponse.
        Effectivement, on peut entrevoir les choses de cette manière mais ce n’est à mes yeux, sans être négligeable, qu’une petite partie du problème.
        Je suis retraité et je travaille encore 10 heures par semaine et j’ai également une participation associative.
        Je pense que même retraité nous avons chacun un rôle à jouer dans la société.
        Le plus difficile à mes yeux sera pour chacun de déterminer ce rôle et de l’intégrer dans au sein de la société, en tant que retraité c’est ce que j’essaye de faire.
        On peut partir du temps libre de la retraite pour expérimenter la relation qu’il y aurait entre le temps et la relation avec le milieu du travail quelqu’il soit dans le cadre du revenu de base.
        Peut-être qu’après plusieurs expériences on aurait un retour suffisant pour mieux organiser l’aménagement de la carrière afin de profiter des expériences de chacun, surtout en ces temps de remises en questions et de notre impact sur l’environnement.

      1. C’est gravissime ce phénomène de promotion de la médiocrité.
        La Finance fout tout en l’air, partout ou elle passe, rien ne pousse. Comme Attila (marrant cet anagramme), roi des Huns.
        Il m’avait frappé celui là, c’est a peu près mon seul souvenir scolaire.
        (D’un autre côté, partout ou on regarde c’est gravissime.)

      1. @Dominique Gagnot
        Oui, il faut rattacher l’U.E. à la Suisse, pourquoi pas un traité du Grütli remplaçant les traités actuels………………?

  26. J’avais proposé l’invention du bulletin de vote “CONTRE” un candidat (exactement comme on vote POUR). Naturellement, aucun candidat avec un score négatif ne pourrait être élu.

    La voie est ouverte à un Candidat du NON, non à tout. Ou STOP. Non à l’UE, à l’Euro, à la mondialisation, aux réformes structurelles, aux mensonges d’état, aux guerres à l’étranger, à la langue de bois et à l’hypocrisie, à l’abandon de souveraineté, aux lois liberticides, aux OGMs, et à tout le reste.
    On s’arrête et on réfléchi, et surtout pas sous la contrainte.
    Un candidat du non ne devra rien proposer ni accepter, juste dire non à tout, une bonne façon de ne pas tromper ses électeurs.

    Si aucun candidat du non n’arrive au second tour, ce qui est assez probable, il faudra rompre le dilemme consistant à voter pour un candidat pour ne pas choisir l’autre candidat imposé, qui sera dans ce cas-ci tout sauf un accident, mais au contraire le résultat une manoeuvre bien préparée.
    Il ‘y a qu’une façon de ne pas se laisser manipuler, les autres options sont inacceptables, impraticables ou inutiles : faire le “mauvais” choix.
    Et refuser aussitôt le résultat en virant à coup de pieds le “gagnant”. Et pas pour mettre le perdant à sa place, bien sûr…

    En diabolisant le FN, la classe politique, du moins la partie néo-libérale, tant son aile rosée que bleutée, empêche dans le même mouvement toute discussion sur certains thèmes importants pour la société sous prétexte d’être des thèmes “appartenant” au FN, souveraineté, migrants, Euro, guerres, traités économiques, le sécuritaire à tout va, …

    Il faut expliquer la manoeuvre de la politique du “le pire ou nous” et annoncer qu’on ne jouera pas comme prévu, et le faire effectivement. Sinon ce sera effectivement encore pire après.
    Churchill disait.. bon, vous connaissez.
    Ce “après” devrait faire peur, notamment du point de vue démocratique face aux mesures que pourrait prendre un tel gouvernement “non-élu”, sous prétexte de sécurité ou même sans prétexte.

    Je ne m’attends pas à ce que les libéraux, rosé-bleuté c’est idem, changent de discours et de trajectoire, ils ne pourraient pas affronter ces sujets de face.
    La seule façon de les y forcer est de les virer, tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.