Questions de stratégies

Rien ne sert de tenter de comprendre l’avancée des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis en s’en tenant aux tweets de Donald Trump dont le propos est d’amuser son électorat. Mieux vaut constater que les deux présidents ont tous deux intérêt à ce qu’un accord se fasse et qu’ils feront ce qu’il faudra pour conclure le moment venu. Mais ce ne sera pas sans victimes collatérales parmi les partenaires commerciaux actuels de la Chine.

Continuer la lecture de Questions de stratégies

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Comme si la barque européenne n’était pas déjà assez pleine, le secrétaire d’État au Commerce américain Wilbur Ross a fait part au commissaire européen Cecilia Malmström de l’impatience de Donald Trump. Un signal préludant à la réactivation des hostilités devant la lenteur des discussions engagées à la suite de la mission de Jean-Claude Juncker à Washington. Des résultats tangibles sont attendus, qui ne viennent pas et chacun en fait le reproche à l’autre.

Continuer la lecture de La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trump met la Chine dangereusement le dos au mur

En annonçant une taxation punitive supplémentaire de 10% sur 200 milliards de produits chinois exportés aux États-Unis, Donald Trump, rompt avec des négociations qui semblaient repartir et relance la guerre commerciale avec la Chine. Au premier janvier, les taxes passeront à 25%. Avec les 50 milliards de produits déjà taxés, le montant global de ces mesures dépassent de loin les 130 milliards de dollars de biens chinois importés aux États-Unis.

Continuer la lecture de Trump met la Chine dangereusement le dos au mur

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : une guerre partie pour durer, par François Leclerc

Billet invité

UNE GUERRE PARTIE POUR DURER

A Washington, on s’interroge sur la teneur d’un éventuel cessez-le-feu afin de tenter de stopper les hostilités. Les ministres des finances du G20 ont été réunis autour d’un petit déjeuner tardif, ceux du G7 le seront à l’occasion d’un dîner. Il n’est pas prévu de publication d’un communiqué officiel dans les deux cas.

La guerre des monnaies bat en effet son plein depuis quelques jours, atteignant les pays émergents jusque-là restés à la périphérie de la crise. Elle déborde désormais du cadre sino-américain de départ et de la parité entre le yuan et le dollar.

Les Brésiliens ont lancé un pavé dans la mare en parlant de la « guerre des monnaies », et le gouvernement indien, discret jusqu’à maintenant, vient d’en prendre acte. Pranab Mukherjee, le ministre indien des finances, a convoqué une conférence de presse à Washington et, après avoir considéré que l’économie mondiale était trop déséquilibrée pour continuer sur cette voie, il a déclaré : « pour une croissance et une stabilité durables, il faut s’attaquer au problème des déséquilibres structurels mondiaux aujourd’hui et non demain ». Sans dire comment.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : une guerre partie pour durer, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise: le mirage aux alouettes de l'ajustement du yuan, par François Leclerc

Billet invité.

LE MIRAGE AUX ALOUETTES DE L’AJUSTEMENT DU YUAN

Que peut-on voir dans l’annonce par la banque centrale chinoise de son ajustement prochain du taux de change du yuan ? Un geste politique symbolique, à la vieille du G20 de Toronto de la semaine prochaine, devant la montée de la pression exercée en faveur d’une telle décision ? Le début d’un réel ajustement favorisant, comme il est espéré par ceux qui le réclament le plus fort, la croissance américaine  ?

Cette décision est présentée comme pouvant réparer la panne dans laquelle se trouve l’économie occidentale, en réduisant le déséquilibre global caractérisé de manière superficielle comme commercial. Voulant tenter, dans les faits, de corriger les effets de la mondialisation telle que le capitalisme financier l’a brutalement dessinée. Qui a abouti à une désindustrialisation rapide des pays développés, et au processus inverse dans les pays émergents. Non sans provoquer d’important dégâts. Sociaux des deux côtés, lourdement environnementaux dans les seconds.

De ce point de vue, une convergence a pu être décelée, des deux côtés, dans l’aggravation des inégalités sociales, cachées dans les pays émergents par l’amélioration des conditions de vie de classes intermédiaires qui s’y développent, bénéficiant des retombées de la croissance du produit intérieur brut (PIB). Au contraire encore dissimulée dans les pays développés, en raison de l’importance de celles-ci, en dépit de la détérioration du statut de leurs couches inférieures.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise: le mirage aux alouettes de l'ajustement du yuan, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail