La déconstruction de l’Europe est en marche

Les voyous s’apprécient et se confortent entre eux. Donald Trump n’a pas l’apanage des comportements cyniques et provocateurs qui font florès, ce qui doit interroger. Au sein de l’Union européenne, le Hongrois Viktor Orbán ne dépare pas et entend tenir la dragée hautes aux autres dirigeants européens afin de couper court à la pression qu’ils exercent pour lui faire respecter l’État de droit européen. En pure perte jusqu’à maintenant et avec des chances réduites par la suite.

Continuer la lecture de La déconstruction de l’Europe est en marche

On les applaudit bien fort

Nous les avions laissé hier soir perdus au sein des profondeurs, nous les attendons désormais ce soir en clôture d’un sommet de deux jours qui en aura duré quatre. Un compromis va continuer à être recherché avec acharnement entre les 27, car les conséquences d’un échec seraient trop lourdes. Mais à l’arrivée cela ne sera pas une victoire.

Continuer la lecture de On les applaudit bien fort

La pétaudière encore, et ce n’est pas fini

D’après Emmanuel Macron, des milliards d’euros vont continuer à voler, bien qu’ils ne soient pas acquis. Le compromis européen à propos du plan de relance reste à trouver à la veille du sommet. Les rencontres bilatérales vont bon train alors que la liste des conditions mises à l’adoption du plan de relance par les uns et les autres s’allonge.

Continuer la lecture de La pétaudière encore, et ce n’est pas fini

Bénis soient ces réfugiés qui cristallisent les peurs

Le nombre des réfugiés parvenant après de nombreuses épreuves à trouver refuge en Europe a totalement chuté, atteignant un niveau inférieur à celui de 2015. Et pourtant, la question était encore à l’ordre du jour du dernier sommet européen informel de Salzbourg, à niveau égal avec les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, signe de son importance.

Continuer la lecture de Bénis soient ces réfugiés qui cristallisent les peurs

L’ère des sans principes

On aura tout vu ! Changeant de posture comme d’autres de monture, la relance européenne ne passant pas, Emmanuel Macron prétend prendre la tête du camp des « progressistes » à l’occasion des élections européennes, pour s’opposer à l’alliance Orbán-Salvini qui lui rend cet estimable service. Ils se font réciproquement la courte-échelle, et lui se forge le beau rôle.

Continuer la lecture de L’ère des sans principes