La porte de devant fermée, reste celle de derrière

L’éditorialiste des Échos a donné le ton en titrant son papier « réformer le pacte sans le tuer ». Une manière d’évacuer un débat impossible à mener car supposant un reniement et de s’entendre sur des accommodements, car la situation n’est plus tenable. Mais c’est loin d’être joué.

L’inquiétude grandit, accentuée par la publication mardi dernier des prévisions 2019 de la Commission, en prologue à la réunion informelle des 27 dirigeants européens qui se tient aujourd’hui en Roumanie. Celle-ci continue d’abaisser ses prévisions, le pire concernant l’Allemagne qui jusqu’à maintenant tirait l’ensemble et dont il se confirme que le modèle ne fonctionne plus et ne peut plus être présenté comme exemplaire. Pour l’année en cours, il n’est accordé à l’économie allemande que 0,5% de croissance. On en est encore à jouer sur les mots en parlant de ralentissement de la croissance, mais c’est bien une stagnation qui parcours toute l’Europe.

Continuer la lecture de La porte de devant fermée, reste celle de derrière

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Réformes européennes : il n’y a pas de quoi fouetter un chat !

Le sommet de juin s’approche et la feuille de route de la relance européenne n’est toujours pas remplie. Mais la discussion s’anime. Le gouvernement espagnol, qui n’en est pas à son coup d’essai – passé largement inaperçu – réitère en se donnant cette fois-ci des objectifs plus limités pour essayer d’avancer. La Commission n’est pas en reste.

Continuer la lecture de Réformes européennes : il n’y a pas de quoi fouetter un chat !

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail