LE CAPITALISME N’A PAS LES MOYENS DE CE QU’IL PORTE EN LUI, par François Leclerc

Billet invité.

La nouvelle année est à la fois propice au bilan et à la prospective, cette figure imposée, ce marronnier comme disent les journalistes. Avec comme danger de garder le nez sur l’obstacle le plus proche, sur la dernière crise en date, obnubilé par les manifestations particulières qui s’égrènent de la crise globale qui se poursuit, oubliant ce qui les relie et occultant ses remèdes.

Huit ans après, les raisons profondes de la crise financière font toujours leur effet et ne sont même plus recherchées. Il n’est plus prioritaire d’achever une régulation sur laquelle on revient même, car une page est tournée. Seuls les esprits les plus éclairés en sont vainement à s’interroger : « comment peut-on mesurer la robustesse – ou la faiblesse – d’un système financier qui se dérobe, quels nouveaux scénarios de stress tests devraient être adoptés et qui devrait y être soumis ? ». Où le diable se cache-t-il aujourd’hui, qui va immanquablement nous surprendre ?, pourraient-ils ajouter dans cette même veine.

Le Conseil de stabilité financière (FSB) a l’année dernière ajouté avec parcimonie une pincée de compagnies d’assurance à sa liste des établissement systémiques, tout en allongeant la durée des consultations avant de décider ce qui leur sera demandé. Mais, comme le financement de la relance est attendu du shadow banking, les banques n’étant plus ce qu’elles étaient, il faut donc le ménager. La cause est entendue, le système financier a gagné la première manche et ceux qui pensaient possible qu’il se réforme en sont pour leurs frais.

Continuer la lecture de LE CAPITALISME N’A PAS LES MOYENS DE CE QU’IL PORTE EN LUI, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

LA PROCHAINE CRISE PRENDRAIT-ELLE TOURNURE ? par François Leclerc

Billet invité.

La prochaine crise financière surviendra on ne sait où et on ne sait quand. C’est tout du moins l’idée communément admise, puisque sa réédition est considérée comme une fatalité contre laquelle rien ne peut être entrepris.

Non seulement cette vision n’est pas spécialement rassurante, mais elle relativise la portée d’une régulation financière qui – quoi que l’on puisse par ailleurs en penser – repose sur l’expérience acquise au cours d’une crise qui ne se renouvellera pas suivant le même modèle… C’est l’occasion pour Satyajit Das, ancien banquier et analyste financier reconnu, de décrire dans le Financial Times le scénario de la prochaine crise telle qu’il la prévoit. Avec comme prémices que ce sont les mesures même de régulation qui ont été adoptées qui vont paradoxalement en faire mûrir les conditions, dans des conditions plus difficiles que la précédente, car aux risques endogènes du système financier s’ajoutent désormais les risques exogènes de la crise économique qui en est la conséquence.

Continuer la lecture de LA PROCHAINE CRISE PRENDRAIT-ELLE TOURNURE ? par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : POUR UNE FOIS…, par François Leclerc

Billet invité.

C’est à Toronto, devant un pare-terre choisi, que Christine Lagarde a énoncé de manière directe, à la canadienne, des vérités assez inhabituelles dans sa bouche sur la régulation financière. Elle prononçait le 25 octobre une de ces allocutions de circonstance devant le Conseil international du Canada, un organisme privé dédié à la recherche et au dialogue sur les enjeux mondiaux, tel qu’il se présente lui-même.

Faisant le point sur les perspectives économiques et financières, elle a constaté que « la reprise mondiale a souffert de nouveaux revers et la croissance est décevante » et que « le système financier mondial ne fonctionne toujours pas correctement », pour en conclure que « pour l’heure, le secteur financier ― à l’origine de cette crise ― freine la reprise dans des pans essentiels de l’économie mondiale. Compte tenu des coûts exorbitants — à la fois économiques et humains — encourus ces six dernières années, nous ne devons épargner aucun effort pour éviter que cela ne se reproduise. »

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : POUR UNE FOIS…, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : UNE RÉUSSITE À TOUT POINT DE VUE, par François Leclerc

Billet invité.

Comment va le monde lorsque l’on quitte des yeux l’Europe ? L’agence de notation financière Fitch vient de souligner dans son rapport trimestriel « la faiblesse persistante [de la croissance] et les risques qui pèsent sur le reprise mondiale ».

Elle a révisé à la baisse ses prévisions pour 2012, 2013 et 2014, « malgré la nouvelle série de mesures de relance monétaires vigoureuses annoncées en septembre par la Fed, la BCE et la Banque du Japon, ainsi que la baisse de taux de la banque centrale chinoise en juillet. » Elles sont désormais de +2,1%, +2,6% et +3% respectivement.

Mais, si l’on considère les principaux pays développés, elles sont seulement de +1%, +1,4 % et +2%. Pour la seule zone euro, les prévisions sont de -0,5%, +0,3% et +1,4%. Fitch fait état de défis croissants pour les pays émergents, notamment la Chine, à la fois en raison de leur faiblesse propre et de celle de la conjoncture internationale. L’agence considère enfin que la « falaise budgétaire» (fiscal cliff) américaine constitue à court terme la principale menace, ravissant la vedette à la crise européenne.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : UNE RÉUSSITE À TOUT POINT DE VUE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : ON NE RÉVEILLE PAS UNE RÉGULATION FINANCIÈRE QUI DORT ! par François Leclerc

Billet invité

Bien sagement et surtout sans faire de vagues, la régulation financière poursuit son petit bonhomme de chemin. En Europe, on attend de connaître les propositions promises pour l’automne du groupe de travail présidé par Erkki Liikanen, le gouverneur de la Banque de Finlande, à propos de la séparation des activités des banques. Elles équivaudront à la réglementation Volcker aux États-Unis et à la réforme Vickers en Grande-Bretagne. Et, pour faire bref, la première a été muselée et la seconde reportée… L’affaire n’est donc pas bien engagée.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : ON NE RÉVEILLE PAS UNE RÉGULATION FINANCIÈRE QUI DORT ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail