Cette petite cachotière de BCE

La relance des mesures d’achats obligataires de la BCE décidées sous la présidence Mario Draghi est entrée en application, et l’ampleur des acquisitions d’obligations d’entreprise a surpris les analystes financiers. La critique montante d’un plan qui serait superflu est prise à contrepied : tout se passe en effet comme si la BCE avait élargi ses objectifs sans le crier sur les toits, ne se contentant pas de soutenir les États les plus faibles de l’Union par ses achats de titres souverains et avait ajouté une nouvelle corde à son arc en œuvrant à la stabilisation du marché de la dette des entreprises.

Continuer la lecture de Cette petite cachotière de BCE

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un phénomène contre nature se répand

Les taux négatifs n’ont pas fini de faire parler d’eux. Le Bund, l’obligation allemande à 10 ans, a atteint en séance -0,61%. Le stock d’obligations traitées à un taux inférieur à zéro ne cesse de rapidement augmenter. 15.000 milliards de dollars de titres sont déjà dans ce cas, qui n’ont pas seulement des États comme émetteurs.

Continuer la lecture de Un phénomène contre nature se répand

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La dette privée, cette grande oubliée

Pour un peu, on oublierait le poids de la dette privée, à force de se focaliser sur la dette publique, cette source de tous les malheurs. Son accroissement contribue pourtant fortement à celui de l’endettement global, et l’on commence à se rendre compte de ses dangers.

Continuer la lecture de La dette privée, cette grande oubliée

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

En toute oligarchie…

Les grandes entreprises américaines devraient consacrer cette année plus de mille milliards de dollars au rachat de leurs propres actions. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il connait une accélération due à l’allégement des taxes décidé par Donald Trump, qui les incite à rapatrier les capitaux parqués dans des pays fiscalement plus accueillants en leur accordant un taux d’imposition préférentiel de 15,5%. 300 milliards de dollars ont ainsi déjà été rapatriés au premier trimestre de cette année, presque un tiers de leurs fonds logés à l’étranger.

Continuer la lecture de En toute oligarchie…

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail