Plus profond dans les territoires inconnus

Il ne se passe pas de jour sans confirmation que nous ne sommes pas au bout de nos surprises. C’est aujourd’hui au tour de PIMCO, le géant de la gestion obligataire, d’y contribuer en prédisant que des rendements négatifs sur les Treasuries – les titres américains – « ne sont plus inimaginables. »

Continuer la lecture de Plus profond dans les territoires inconnus

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

UN PILOTAGE FINANCIER À VUE, par François Leclerc

Billet invité

On n’en finirait pas d’énumérer les facteurs de déstabilisation du système financier qui sont à l’œuvre ! Voulant bien faire, les banques centrales portent à ce sujet une grande responsabilité, leurs injections massives de liquidités et leurs taux proches de zéro ayant des effets qu’elles ne maîtrisent pas. Les régulateurs ne sont pas en reste, à l’origine d’une pénurie de collatéral résultant de leurs tentatives de renforcer le système et conduisant à de nouvelles acrobaties pour y remédier.

Il y a déjà l’embarras du choix, mais il va aussi falloir compter avec les chambres de compensation qui fleurissent dans le but d’accueillir le commerce des produits dérivés, avec pour mission réglementaire de garantir contre d’éventuels défauts occasionnés lors des transactions. À l’épisode précédent, le risque inhérent à ses produits financiers était censé être dilué par les bienfaits de la titrisation, il est maintenant concentré dans des structures ad hoc ! La question se pose uniment : est-ce un progrès ?

Comment désamorcer les bombes en puissance que sont les chambres de compensation ? Les meilleurs experts se penchent sur la question, appartenant à la Banque des règlements internationaux (BRI), à l’Organisation internationale des commissions de valeur (connue sous son acronyme anglais IOSCO) qui regroupe les régulateurs, ou à l’International swaps and derivatives association (ISDA) qui rassemble les acteurs du marché des produits structurés.

Continuer la lecture de UN PILOTAGE FINANCIER À VUE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Gros turnover dans la finance : TOUT FOUT LE CAMP OU PRESQUE ! par François Leclerc

Billet invité.

C’est la débandade chez Pimco, le méga fonds d’investissement américain, et l’heure du départ a sonné chez BNP Paribas. Après Mohamed el-Rian, un ancien expert du FMI, Bill Gross prend la poudre d’escampette après 43 années à sa tête, dans le contexte de l’annonce d’une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC) qui a valu à cette figure légendaire de la finance d’être interrogée par ses soins. Baudoin Prot va pour sa part quitter la présidence de BNP Paribas à l’insu de son plein gré.

Un scandale de plus couve dans les milieux financiers, qui cette fois-ci porte sur les Trackers (ou Exchange Traded Funds, ETF), et plus particulièrement sur une espèce de ceux-ci dénommée Trackers actifs, qui ne représente encore que 1% de leur volume total (1,65 milliers de milliards de dollars), mais est en pleine expansion. Comme d’habitude, le nouveau miracle annoncé de cette famille de produits financiers pourrait tourner au vinaigre.

Continuer la lecture de Gros turnover dans la finance : TOUT FOUT LE CAMP OU PRESQUE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : NOUS SOMMES BIEN PEU DE CHOSE ! par François Leclerc

Billet invité

Le taux directeur de la Fed est quasiment à zéro depuis trois ans et demi, et Ben Bernanke, le président de la Fed, a promis de le maintenir ainsi « pendant un temps considérable », même « après le renforcement de la reprise ». C’est une manière comme une autre de reconnaître que la crise actuelle est destinée à se poursuivre pendant longtemps.

« La politique monétaire n’est pas une panacée », a-t-il une nouvelle fois réaffirmé, signifiant que si la banque centrale avait la capacité de temporiser la crise, elle n’avait pas les moyens de la régler. Tout au plus pouvait-elle prendre en charge, en les achetant, les titres hypothécaires sinistrés et leurs dérivés, afin d’en soulager les établissements financiers tout en espérant des jours meilleurs ; ainsi que contribuer à la baisse des taux sur la dette américaine pour en favoriser le roulement à moindre coût, et à faire baisser le dollar pour aider l’exportation.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : NOUS SOMMES BIEN PEU DE CHOSE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail