La BCE sur des sables mouvants

La théorie monétaire moderne (TMM) est en vogue au sein de la gauche des démocrates américains, et l’intérêt qu’elle suscite a traversé l’Atlantique, conduisant deux pontes de la BCE, Peter Praet et Benoît Cœuré, à la rejeter afin de prévenir toute contagion car son adoption ouvrirait la porte à l’horreur de la monétisation de la dette…

Continuer la lecture de La BCE sur des sables mouvants

La BCE prolonge sa nouvelle mission d’assistance

En ces temps de lourde incertitude sur la croissance et de déconvenue sur l’inflation, la BCE marche sur des œufs. Elle a mis un terme à ses rachats nets d’actifs, se contentant de remplacer ceux qui arrivent à maturité, mais a prudemment annoncé qu’elle maintiendrait ses taux d’intérêt « au moins jusqu’à l’été 2019 », se gardant les mains libres pour après.

Continuer la lecture de La BCE prolonge sa nouvelle mission d’assistance

L’avenir incertain de nos chères banques centrales

Les banques centrales ont bien travaillé, mais leur mission devrait être élargie dans l’avenir. Ce n’est encore qu’une petite musique, car l’heure est au désengagement, mais cette interrogation se fraye lentement un chemin.

Continuer la lecture de L’avenir incertain de nos chères banques centrales

GROS SOUCIS PRATIQUES ET THÉORIQUES À LA BCE, par François Leclerc

Billet invité.

La lecture des minutes de la réunion de juin de la BCE rend compte des incertitudes qui y règnent, et de sa prudence en conséquence. Les investisseurs sur le marché obligataire sont pour leur part aux aguets, venant d’exprimer leur nervosité en réagissant au débat interne portant sur la suppression de la promesse d’augmenter les achats de titres si besoin, qu’il a été décidé de maintenir ! Ce n’était pourtant pas la mer à boire, mais les taux ont immédiatement remonté, témoignage de leur forte sensibilité.

Continuer la lecture de GROS SOUCIS PRATIQUES ET THÉORIQUES À LA BCE, par François Leclerc

LA PHASE CRITIQUE, C'EST MAINTENANT ! par François Leclerc

Billet invité.

Afin de couper court à l’offensive de l’équipe grecque, anticipant l’échéance de fin de mois qu’elle avait elle-même donnée, la BCE et le gouvernement allemand ont opposé chacun à sa manière une fin de non-recevoir au plan qui était progressivement dévoilé. Les banques grecques ne disposent plus que du dispositif des liquidités d’urgence (ELA) pour se financer, et les autorités de Berlin ont fait fuiter un document préparatoire à la prochaine réunion de l’Eurogroupe annonçant leur totale intransigeance, ne laissant à la négociation que le changement de nom de la Troïka. Yanis Varoufakis rencontre aujourd’hui à Berlin Wolfgang Schäuble. La réunion de l’Eurogroupe est convoquée pour mercredi prochain.

La recherche d’un « accord transitoire » permettant de donner du temps à la négociation a vécu. Théoriquement, il ne reste que trois grosses semaines pour parvenir à un accord global, faute de quoi la BCE pourra couper le dernier cordon d’alimentation des banques et tout précipiter. Cela ne laisse pas d’autre choix au gouvernement grec que de négocier sous cette contrainte ou de décider, une fois tout ayant été tenté, de sortir de l’euro ou de démissionner pour susciter une nouvelle élection. L’épreuve de force est engagée, toute la question étant de savoir si la détermination qui lui est opposée est ou non une position de départ de négociation qui pourra être assouplie.

Continuer la lecture de LA PHASE CRITIQUE, C'EST MAINTENANT ! par François Leclerc