NSA : NOUVEAUX ÉCLAIRAGES ET TENTATIVE DE RIDEAU DE FUMÉE, par François Leclerc

Billet invité.

Les dernières révélations concernant la NSA apportent un nouvel éclairage sur ses activités et ses méthodes. Afin de mieux s’immiscer dans les réseaux de télécommunication de toute nature, l’agence pirate les ordinateurs de leurs administrateurs, comme le démontre un document interne intitulé « I hunt sys admins » (je chasse les administrateurs système) analysé par The Intercept. « Qu’y a-t-il de mieux que d’utiliser les clés du royaume de ceux qui les possèdent » s’interroge non sans raison son auteur ? La NSA aurait ainsi à sa disposition une base de données d’administrateurs système, créant autant de portes qu’elle peut ouvrir à sa discrétion. Celle-ci est probablement étendue à des administrateurs de réseaux d’entreprise et d’administrations.

Le géant des télécommunications chinois Huawai aurait été pendant des années une cible privilégiée de la NSA, comme l’a révélé le New York Times et Der Spiegel, afin d’avoir accès aux mails et documents internes de ses dirigeants. Poursuivant également comme objectif de disposer des codes secrets des produits et équipements de l’entreprise, qui permettent d’avoir accès à des « back doors » (portes dérobées) de ceux-ci. En assurant hier à son homologue Xi Jinping que « les États-Unis n’espionnent pas pour s’assurer un avantage économique », Barack Obama a nié l’évidence, après que cela a été déjà démontré au Brésil, avec notamment la surveillance de Petrobras, le géant pétrolier du pays.

Continuer la lecture de NSA : NOUVEAUX ÉCLAIRAGES ET TENTATIVE DE RIDEAU DE FUMÉE, par François Leclerc

NSA : DES PAYS ENTIERS MIS SOUS ÉCOUTE ! par François Leclerc

Billet invité

Obama-NSA-wb-matthieu-ferrand
© Matthieu Ferrand

Combien reste-t-il de documents à exploiter parmi les 1,7 million qu’Edward Snowden a, selon ses dires, détournés de la NSA ? Les plus importantes révélations restent à venir, a-t-il révélé lors d’une nouvelle intervention vidéo à l’occasion d’une conférence TED à Vancouver (Canada). À cette occasion, Tim-Berners Lee (l’initiateur d’Internet) a conversé avec lui et l’a salué comme un héros, et il a reçu une standing ovationcomme précédemment lors du Festival SXSW d’Austin (Texas).

C’est le Washington Post qui a cette fois-ci publié les dernières révélations en date, qui continuent de stupéfier en raison de l’ampleur de la surveillance dont la NSA est décidément capable. Un programme dont le nom de code est Mystic permet d’enregistrer l’intégralité des appels téléphoniques passés depuis un pays donné ; l’un de ses outils, dénommé Retro, les conserve pendant un mois, afin d’effectuer si nécessaire des recherches dans leur stock en remontant le temps. Lancé en 2009, Mystic aurait commencé par être opérationnel dans un seul pays et le serait depuis 2011 dans six pays, qui n’ont pas été identifiés à la demande des autorités américaines, précise le journal.

Le temps des bretelles artisanales dans les centraux est révolu, ce sont tous les centraux d’un pays qui sont écoutés ! Le silence des dirigeants politiques est par contre assourdissant.

La société de surveillance : ON NE POURRA PLUS DIRE QUE L’ON NE SAVAIT PAS ! par François Leclerc

Billet invité.

Les commentaires que Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a placés sur sa page personnelle ne sont pas passés inaperçus, et telle était bien son intention : « quand nos ingénieurs travaillent sans relâche pour améliorer la sécurité, nous pensons protéger contre des criminels, pas contre notre propre gouvernement… ». En prenant ses distances avec ce dernier, il a en tout cas exprimé la nécessité de protéger commercialement son entreprise, ayant pris la mesure de l’ampleur des réactions aux révélations résultant de la publication des documents communiqués par Edward Snowden aux journalistes Glenn Greenwald et Laura Poitras.

Symbolisant ainsi au mieux la surveillance qu’ils dénoncent, trois intervenants salués par une ovation des participants au South by Southwest Interactive Festival d’Austin (Texas) ont été dans l’obligation d’utiliser la vidéoconférence pour s’exprimer depuis Moscou, Londres et Rio, ne pouvant quitter leurs refuges ou s’y rendre pour des raisons connues. Il s’agit bien entendu d’Edward Snowden, de Julian Assange et de Glenn Greenwald. Alors que le nouveau chef de la NSA, le vice-amiral Michael Rogers, jugeait « vital » la poursuite de la collecte des données, concédant seulement que « nous devons faire en sorte que les procédures soient scrupuleusement respectées » (à condition de ne pas les changer), et que John Brennan, le patron de la CIA, expliquait que « dans la communauté du renseignement, nous essayons de faire les choses correctement », ce qui peut difficilement être considéré comme encourageant étant donné le double sens du propos.

Continuer la lecture de La société de surveillance : ON NE POURRA PLUS DIRE QUE L’ON NE SAVAIT PAS ! par François Leclerc

Guerre numérique : LES FRAPPES AVEUGLES DES DRONES, par François Leclerc

Billet invité.

De nouvelles révélations confirment l’utilisation de la géolocalisation par la NSA des cartes SIM des téléphones mobiles pour guider les drones destinés à tuer leur propriétaire présumé, notamment au Pakistan, en Afghanistan et au Yémen.

A l’origine de celles-ci, un ancien opérateur de drones a – sous couvert d’anonymat – confirmé à Glenn Greenwald et Jeremy Scahill, qui cosignent à cette occasion un article, que les frappes sont décidées sans que des vérifications soient effectuées sur leur détenteur effectif, avec pour conséquence que d’autres personnes que celles qui sont visées peuvent être tuées lorsque par exemple les téléphones ont été prêtés, ou bien que les cartes SIM ont été volontairement échangées pour brouiller les pistes. Son témoignage renforce les informations fournies par Edward Snowden et les révélations d’un autre opérateur de drones qui fait désormais ouvertement campagne contre cette utilisation.

Les deux journalistes ont à cette occasion lancé le premier d’une série de magazines numériques, baptisé The Intercept, dans le cadre du projet de site d’information FirstLook financé par Pierre Omidyar.

L'actualité de demain : À MOSCOU, SANS PASSER PAR CHEREMETIEVO, par François Leclerc

Billet invité

À moins de deux mois du sommet des chefs d’État et de gouvernement de Saint-Pétersbourg, un G20 finances se réunit vendredi à Moscou ; le cas Edward Snowden planera sur la réunion. Le Congrès américain s’en est lui emparé, des élus se réveillant et découvrant qu’ils ont été selon eux trompés, et que la NSA, avec la bienveillante complicité du département de la Justice, va avec ses programmes de surveillance bien au-delà de ce que lui permet la section 215 du Patriot Act. Elle arrive à échéance en 2015, et il est menacé de ne pas la renouveler. En attendant, la discussion porte sur le distinguo entre collecte et exploitation des données, derrière lequel la NSA cherche en toute innocence à se réfugier.

Continuer la lecture de L'actualité de demain : À MOSCOU, SANS PASSER PAR CHEREMETIEVO, par François Leclerc