La BCE prolonge sa nouvelle mission d’assistance

En ces temps de lourde incertitude sur la croissance et de déconvenue sur l’inflation, la BCE marche sur des œufs. Elle a mis un terme à ses rachats nets d’actifs, se contentant de remplacer ceux qui arrivent à maturité, mais a prudemment annoncé qu’elle maintiendrait ses taux d’intérêt « au moins jusqu’à l’été 2019 », se gardant les mains libres pour après.

Continuer la lecture de La BCE prolonge sa nouvelle mission d’assistance

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : LA GUÉRISON IMAGINAIRE, par François Leclerc

Billet invité.

Comment les banques se portent-elles réellement ? La BCE ouvrant le guichet du remboursement de sa première opération de prêt à trois ans (LTRO), le montant qui un an après allait être remboursé par anticipation faisait l’objet de spéculations. La BCE a aujourd’hui révélé que 278 banques vont rembourser 137 milliards sur les 486 milliards d’euros empruntés en décembre 2011. Mais l’on ne sait toujours pas qui a emprunté et qui a remboursé parmi les 800 banques qui ont bénéficié du LTRO, sauf quand elles l’annoncent elles-mêmes.

Comment l’interpréter ? Certains y voient la manifestation de l’amélioration de la situation des banques, bien que seulement plus d’un gros quart des fonds empruntés soit remboursé, d’autres s’inquiètent de la stigmatisation qui pourrait en résulter pour toutes celles qui ne s’y engagent pas. En tout état de cause, cela met en évidence que le secteur n’est pas homogène – ce qui n’est pas une nouveauté – et que seules les banques réputées les plus solides ont retrouvé un accès au marché interbancaire à de meilleures conditions, en raison des nouvelles initiatives prises par la BCE entre-temps. Vu l’étroite dépendance des banques entre elles, cela ne donne pas l’image d’un système bancaire en sortant renforcé…

Continuer la lecture de L'actualité de demain : LA GUÉRISON IMAGINAIRE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : IL FAUDRAIT QUE LE BOUCHON SAUTE ! par François Leclerc

Billet invité

« Y penser toujours, en parler jamais », la formule est usée, mais elle peut encore servir. De quoi s’agit-il cette fois-ci, si ce n’est de l’intervention de la BCE, attendue comme le Messie ?

Il y a des signes qui ne trompent pas, des accalmies boursières qui reposent sur une déclaration, ou bien une attente qui se manifeste par de tout petits riens. Aux anticipations de Mario Draghi, le président de la BCE, qui annonçait en fin de semaine dernière dans Le Monde qu’il n’avait pas de tabou ; ou bien à l’entretien accordé à Bloomberg qui a permis à Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE et gouverneur de la banque centrale autrichienne, de glisser qu’il y a « des arguments favorables » à ce que le MES se voit octroyé une licence bancaire lui permettant d’emprunter auprès de la banque centrale européenne. On se raccroche à ce qu’on peut.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : IL FAUDRAIT QUE LE BOUCHON SAUTE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LA MORPHINE MONÉTAIRE, par François Leclerc

Billet invité

Deux doses massives d’analgésique ont été injectées dans le système bancaire par la BCE, fin décembre puis fin février, avec quel résultat aujourd’hui ? Devant un mur qu’elles ne pouvaient franchir, les banques ont passé une bonne nuit et se sont grâce à elles refinancées à moindre frais. Un peu rassurés, constatant que la BCE ne laissait pas tomber ses ouailles, les investisseurs sont ensuite prudemment revenus sur le marché. Un cercle vertueux a semblé s’enclencher, les Bourses reprenant leurs couleurs et les taux de la dette souveraine perdant de leur rigidité.

Nous sommes début avril et déjà le temps se gâte. Les Bourses à nouveau piquent du nez, de nouvelles tensions sont enregistrées sur le marché de la dette, qu’elle soit publique ou privée, des États ou des banques. Décidément, cela ne passe pas !

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : LA MORPHINE MONÉTAIRE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail