Erreur de casting à la BCE

Christine Lagarde à la tête de la BCE, quel choix désastreux ! Là où il fallait un(e) connaisseur(sseuse) des arcanes du système financier faisant autorité, tant vis-à-vis des marchés que des dirigeants européens, ceux-ci ont choisi après quelques 50 heures de négociation une personnalité qui est loin de pouvoir percer le fonctionnement et encore moins les mystères de ce monde d’initiés.

Continuer la lecture de Erreur de casting à la BCE

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le mythe de l’indépendance des banques centrales

Tel le gardien du temple, la Frankfurter Allgemeine Zeitung s’implique dans le débat ouvert par les partisans de la MMT, la théorie monétaire moderne. Le signal est donné qu’elle ne peut plus être ignorée et qu’il convient dorénavant de la réfuter, d’autant que les deux contributeurs du journal, Hanno Beck et Aloys Prinz, font autorité outre-Rhin.

Continuer la lecture de Le mythe de l’indépendance des banques centrales

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : QUAND ON N'AVANCE PAS, ON RECULE ! par François Leclerc

Billet invité.

A Moscou en cette fin de semaine, l’enjeu est d’enrayer la spirale des dévaluations compétitives engagées afin de trouver de nouvelles sources à la croissance, une fois constaté le danger d’une « volatilité excessive » qui finalement nuit à l’économie. Mais comment ? Alors que les ministres des finances du G20 engagent une farouche bataille de mots à propos de la guerre des monnaies, qui devrait se conclure par un communiqué final scruté à la loupe pour y trouver un sens, le principe de la fixation des parités sous la haute autorité du marché est réaffirmé tout en préconisant la « coordination » des politiques monétaires nationales, comprenne qui pourra !

D’autres chantiers ne sont pas inactifs. C’est le cas en France, à propos de la séparation des activités bancaires, l’un des fleurons de la régulation financière qui continue de faire débat à l’Assemblée nationale. Mais c’est toutefois d’une autre enceinte que vient de sortir l’information décisive, à l’occasion de la conférence de presse destinée à présenter les résultats de BNP Paribas. Son directeur général, Laurent Bonnafé, a voulu marquer un point en déclarant : « il n’est pas étonnant que ce véhicule [qui accueillera les activités menées par la banque pour son propre compte] soit de petite taille », en référence à la déclaration de Frédéric Oudéa, le Pdg de la Société Générale, qui avait précédemment chiffré à environ 1% du produit net bancaire le poids des activités à isoler, à en croire toutefois le projet de loi. En effet, et selon lui, «le modèle des banques françaises n’est absolument pas porté sur le compte propre à vocation spéculative ».

Continuer la lecture de L'actualité de demain : QUAND ON N'AVANCE PAS, ON RECULE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail