L’accord de Malte ne constitue pas un solde de tout compte

L’accord européen sur la répartition des réfugiés sauvés en mer par les navires des ONG leur permet désormais de les débarquer en Italie et à Malte, mais il est loin d’avoir réglé tous les problèmes car il ne concerne que la Méditerranée centrale – où 70% des noyades interviennent – et laisse de côté ses parties orientales et occidentales.

Continuer la lecture de L’accord de Malte ne constitue pas un solde de tout compte

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une désinvolture largement partagée

De qui faut-il s’horrifier, de la désinvolture cynique de Matteo Salvini ou de la paralysie des autorités européennes qui s’y apparente ? À nouveau, celles-ci se retrouvent confrontées à une situation devenue répétitive : l’Ocean Viking et l’Open Arms ont à leur bord plus de 500 réfugiés sauvés en mer d’une mort certaine et ne sont pas autorisés à les débarquer dans un port sûr, comme l’exigent les conventions internationales, faute d’un accord préalable de répartition de leur prise en charge.

Continuer la lecture de Une désinvolture largement partagée

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’Europe dans toute sa gloire inconsciente

Faute d’être parvenues à un accord entre elles, les autorités européennes sont condamnées à bricoler au coup par coup, tandis que les navires des ONG poursuivent sans relâche leurs sauvetages en mer de réfugiés en détresse. Un accord de répartition, le minimum que l’on pouvait attendre d’elles pour celles et ceux qui échappent à la noyade, reste inaccessible. En attendant un hypothétique accord lors d’une prochaine réunion, à Malte en septembre.

Continuer la lecture de L’Europe dans toute sa gloire inconsciente

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Assez de simagrées

L’Europe est mal en point et la mise en place de ses institutions le traduit avec éloquence, comment s’en étonner ? Les tractations ayant abouti à nommer des personnalités inattendues à leur tête n’ont pas été l’occasion d’un débat sur son avenir d’une grande hauteur de vue. Et, à peine nommées, celles-ci ont été contestées pour leur manque présumé d’aptitude à exercer leurs futures responsabilités.

Continuer la lecture de Assez de simagrées

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ils n’en ont pas fini avec les ONG en Méditerranée

En trois années de campagne avant d’avoir été immobilisé pour avoir perdu son pavillon, l’Aquarius aura secouru 30.000 réfugiés en mer Méditerranée. Combien de temps le nouveau venu « Ocean-Viking » qui vient d’être annoncé tiendra-t-il ?

SOS Méditerranée a affrété avec Médecins sans frontières cet ancien navire de 69 mètres de long d’assistance aux plate-formes pétrolières, afin qu’il patrouille dans une vaste zone au large des côtes libyennes où 426 réfugiés ont trouvé la mort depuis le début de l’année. La nouvelle équipe va prendre le relais de celle de « Sea-Watch 3 », dont le navire est immobilisé dans le port italien de Lampedusa, et maintenir la présence symbolique et active des ONG.


Coïncidence, les autorités européennes se réunissent lundi avec les responsables de l’agence Frontex, du HCR et de l’OIM (l’Organisation internationale des migrations). Ils n’ont pas comme intention d’étudier la réforme des accords et du mécanisme de Dublin, qui est résolument au point mort, mais d’éviter la répétition des longues tractations menées aux fins de répartition des réfugiés pour qu’ils puissent être sans délais débarqués dans un port européen, une fois secourus en pleine mer. La détérioration de la situation en Libye, qui participe de la dénonciation de la carence actuelle a également favorisé cette initiative franco-allemande qui devrait aboutir à l’engagement d’une quinzaine de pays européens, est-il espéré.

Dans le projet d’accord-cadre, informe Le Monde, figure « une relocalisation rapide des arrivants dans d’autres pays que ceux où ils débarquent et une procédure accélérée de retour pour ceux qui ne peuvent prétendre au statut de réfugié. » L’intervention des navires des ONG est encadrée et il est question d’un nouveau renforcement des moyens en garde-côtes de la Libye, car tout doit être fait pour que les réfugiés soient interceptés avant qu’ils ne quittent ses eaux territoriales afin d’être reconduits dans des camps de détention où ils sont traités de manière indigne.

Ne voulant pas le voir, les autorités européennes tentent de se donner bonne conscience à peu de frais avec ce nouveau mécanisme qui ambitionne d’accueillir tout au plus quelques dizaines de réfugiés sauvés de la noyade et ayant échappé à l’interception des garde-côtes libyens. Après avoir tout fait pour les faire bloquer en Turquie, en Libye et au Niger. Mais cela ne donne pas toute la portée limitée d’engagements qui devraient n’être valables que jusqu’en octobre prochain, fin présumée de la période la plus propice aux départs clandestins…

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le cimetière de la honte

Combien de réfugiés se sont noyés en mer Méditerranée ce week-end en tentant de rejoindre les rives européennes ? Plus de deux centaines, et les moyens déployés pour les sauver ont été dérisoires. La chasse aux navires des ONG ayant été fructueuse, ce renfort qui fut décisif n’est plus que symbolique.

Continuer la lecture de Le cimetière de la honte

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Pas de quoi être fier non plus

« Les semaines passées n’ont pas été les plus belles heures de l’Europe » a reconnu à Bruxelles le commissaire en charge des migrations, Dimitris Avramópoulos. Joseph Muscat, le Premier ministre maltais venait de confirmer à La Valette l’accord permettant le débarquement des réfugiés des deux navires ayant assuré leur sauvetage. Lui-même a admis qu’il n’était « pas fier » de chaque heure qui passait avant qu’un accord n’intervienne.

Continuer la lecture de Pas de quoi être fier non plus

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Des réfugiés à la détermination exemplaire

Les dirigeants européens se sont pris à leur propre piège pour avoir dénoncé une invasion de réfugiés. En mobilisant la peur, ils ont alimenté le rejet. Dans l’opinion, l’assimilation s’est faite entre un terrorisme se revendiquant de l’Islam et une vague de déshérités, au départ syriens, fuyant la guerre et venant chercher un refuge. Aujourd’hui divisés, ces mêmes dirigeants se révèlent incapables de formuler un dispositif succédant à des accords de Dublin n’ayant pas résisté à l’épreuve du feu.

Continuer la lecture de Des réfugiés à la détermination exemplaire

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’ère des sans principes

On aura tout vu ! Changeant de posture comme d’autres de monture, la relance européenne ne passant pas, Emmanuel Macron prétend prendre la tête du camp des « progressistes » à l’occasion des élections européennes, pour s’opposer à l’alliance Orbán-Salvini qui lui rend cet estimable service. Ils se font réciproquement la courte-échelle, et lui se forge le beau rôle.

Continuer la lecture de L’ère des sans principes

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les 177 du Diciotti pour l’exemple

Pris en otage, 177 réfugiés attendent toujours sur le pont du garde-côtes italien Diciotti, désormais à quai à Catane. Vu leur âge, presque tous ont fui un enrôlement obligatoire dans l’armée éthiopienne – le pays sortant tout juste de vingt ans de guerre avec l’Érythrée – et sont éligibles à l’asile politique.

Continuer la lecture de Les 177 du Diciotti pour l’exemple

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail