Sœur Anne, ne vois-tu rien venir

Le chamboulement de la géographie politique allemande est destiné à se poursuivre, dans le contexte de la poursuite de la dégradation de la situation économique. Mais que peut-on en attendre au niveau Européen ?

Les deux partis de la Grande Coalition, CDU-CSU et SPD, sont déjà inscrits comme les grands perdants. Celle-ci ne doit sa survie qu’aux risques provenant de la tenue d’une nouvelle élection, que leurs dirigeants ne veulent pas prendre. Ils s’accrochent à un pouvoir qu’ils vont néanmoins devoir tôt ou tard quitter dans sa forme actuelle, le SPD pour rentrer dans l’opposition, et la CDU-CSU pour former une coalition avec de nouveaux partenaires. Dans l’immédiat, cela n’a pas empêché les présidents des groupes parlementaires de la CDU, de la CSU et du SPD, de célébrer tous trois réunis leur « harmonie » et leur « succès », exprimant ainsi leur intention de retarder le plus possible l’échéance en forçant le trait.
 
Les Verts et l’AfD d’extrême-droite sont annoncés dans les sondages comme allant connaitre une forte progression lors des trois prochaines élections régionales de l’automne dans les territoires de l’ancienne Allemagne de l’Est. Dans la Saxe et le Brandebourg, où la Grande Coalition est au pouvoir, et dans la Thuringe, le seul État fédéré où Die Linke (la gauche) détient le poste de premier ministre à la tête d’une coalition avec le SPD et les Verts.

Partout, les coalitions en place pourraient ne pas survivre à un nouveau scrutin. Les cartes sont brouillées et, première illustration, l’AfD vient de manquer de peu de conquérir sa première mairie dans la Saxe. Parallèlement, la progression des Verts dans cet État où ils sont au coude à coude avec le SPD, laisse présager des difficultés lorsqu’il faudra reconduire la coalition, ce qui permet d’en prévoir d’analogues lors de la constitution d’une coalition nationale.

Aucun signal annonçant une évolution de la politique européenne allemande n’est jusqu’à maintenant enregistré. Ce n’est en tout cas pas la dernière réunion de l’Eurogroupe qui l’aura donné. Les statuts du Mécanisme européen de stabilité, le dispositif anti-crise, y ont été approuvés afin d’être présentés au prochain sommet des chefs d’État et de gouvernement du 21 juin. La formalisation de la procédure pour déficit excessif de l’Italie y a été repoussée et, en dépit des dimensions devenues symboliques du fonds d’investissement de la zone euro, il n’aura pas été possible de l’adopter en raison de dissensions. C’est dire le blocage qui sévit et le poids du FMI qui au contraire le soutient ! L’enterrement est de première classe, ne laissant plus aux dirigeants français qu’à y voir un démarrage !

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le modèle économique allemand en question

Qui aurait cru que la crise politique européenne atteindrait à ce point l’Allemagne et qu’elle connaitrait aussi vite un ralentissement économique marqué ?

Continuer la lecture de Le modèle économique allemand en question

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un moteur de plus en plus petite cylindrée

Un traité de coopération et d’intégration franco-allemand a été adopté en janvier dernier et un Conseil européen va se tenir ce mois-ci, qui a donné l’occasion à Angela Merkel et Emmanuel Macron de faire « un point d’étape » sur la mise en œuvre du traité et préparer le Conseil.

Continuer la lecture de Un moteur de plus en plus petite cylindrée

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’instabilité politique se répand dans l’Union

Recalé aux Cortes où il présentait son budget, les indépendantistes catalans ne l’ayant pas soutenu, Pedro Sánchez annoncera vendredi prochain s’il convoque des élections, et quand. Simultanément le procès très politique des 12 accusés catalans qui va lourdement peser sur la scène espagnole s’est ouvert.

Continuer la lecture de L’instabilité politique se répand dans l’Union

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Germany First ! »

La succession d’Angela Merkel est ouverte depuis qu’elle a annoncé que son mandat sera le dernier. Elle a préféré prendre les devants et préparé son retrait de la politique après 13 années d’exercice du pouvoir, sans toutefois avoir la garantie de rester en poste jusqu’en 2021. Aucun des deux partis de la Grande coalition, le CDU et le SPD, n’a intérêt à précipiter une crise au risque d’être conduit devant les électeurs. Mais les turbulences en son sein, qui ne vont pas cesser pour autant, sont porteuses de sérieux impondérables.

Continuer la lecture de « Germany First ! »

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’Allemagne entre dans la danse

Le monde politique allemand se prépare à de grands changements. Angela Merkel réaffirme en ce début de semaine qu’elle entend aller jusqu’au bout de son mandat, en 2021, tout en précisant que ce sera le dernier. Elle vient d’annoncer qu’elle renoncerait à la présidence de la CDU fin décembre, aménageant la poursuite de celui qui est en cours pour ne pas prendre le risque de ne pas être réélue.

Continuer la lecture de L’Allemagne entre dans la danse

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Éreintages allemands

La CDU et le SPD, les deux partenaires de la Grande coalition, chutent chacun d’environ onze points aux élections régionales de la Hesse, selon les projections des chaînes de télévision publiques. La CDU atteindrait 27,2% et le SPD descendrait à 19,6%.

Continuer la lecture de Éreintages allemands

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le Crépuscule des dieux

Sous l’effet du poids grandissant de l’AfD d’extrême-droite, la crise politique européenne progresse à grande vitesse en Allemagne. Si des élections nationales devaient intervenir, il serait hors de question de remettre sur pied la Grande coalition CDU/CSU-SPD dont la constitution a demandé la fois dernière six mois d’efforts à Angela Merkel, car les trois partis ne disposeraient pas d’une majorité parlementaire.

Continuer la lecture de Le Crépuscule des dieux

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La dynamique allemande qui participe du démantèlement de l’Europe

Rien, tout au contraire, n’annonce un déblocage de la politique budgétaire européenne dans les temps à venir. Et les autorités allemandes entrainent leur pays tout entier dans des dogmes devenus des diktats. L’Europe doit selon elles opérer son désendettement à la force du poignet, pays par pays, en prenant l’Allemagne pour exemple, on connait la chanson. Quand bien même son modèle reposant sur l’exportation est menacé par Donald Trump et qu’en tout état de cause tout le monde ne peut pas être exportateur net à la fois.

Continuer la lecture de La dynamique allemande qui participe du démantèlement de l’Europe

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Angela Merkel doit s’y reprendre à deux fois

Le compromis trouvé destiné à éviter l’éclatement de la grande coalition allemande a suscité une trop vive réaction au sein du SPD pour être appliqué. Promouvoir Hans-Georg Maassen à un poste de secrétaire d’État afin qu’il démissionne de son poste de chef du renseignement intérieur a déclenché un tollé.

Continuer la lecture de Angela Merkel doit s’y reprendre à deux fois

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail