Ils n’en ont pas fini avec les ONG en Méditerranée

En trois années de campagne avant d’avoir été immobilisé pour avoir perdu son pavillon, l’Aquarius aura secouru 30.000 réfugiés en mer Méditerranée. Combien de temps le nouveau venu « Ocean-Viking » qui vient d’être annoncé tiendra-t-il ?

SOS Méditerranée a affrété avec Médecins sans frontières cet ancien navire de 69 mètres de long d’assistance aux plate-formes pétrolières, afin qu’il patrouille dans une vaste zone au large des côtes libyennes où 426 réfugiés ont trouvé la mort depuis le début de l’année. La nouvelle équipe va prendre le relais de celle de « Sea-Watch 3 », dont le navire est immobilisé dans le port italien de Lampedusa, et maintenir la présence symbolique et active des ONG.


Coïncidence, les autorités européennes se réunissent lundi avec les responsables de l’agence Frontex, du HCR et de l’OIM (l’Organisation internationale des migrations). Ils n’ont pas comme intention d’étudier la réforme des accords et du mécanisme de Dublin, qui est résolument au point mort, mais d’éviter la répétition des longues tractations menées aux fins de répartition des réfugiés pour qu’ils puissent être sans délais débarqués dans un port européen, une fois secourus en pleine mer. La détérioration de la situation en Libye, qui participe de la dénonciation de la carence actuelle a également favorisé cette initiative franco-allemande qui devrait aboutir à l’engagement d’une quinzaine de pays européens, est-il espéré.

Dans le projet d’accord-cadre, informe Le Monde, figure « une relocalisation rapide des arrivants dans d’autres pays que ceux où ils débarquent et une procédure accélérée de retour pour ceux qui ne peuvent prétendre au statut de réfugié. » L’intervention des navires des ONG est encadrée et il est question d’un nouveau renforcement des moyens en garde-côtes de la Libye, car tout doit être fait pour que les réfugiés soient interceptés avant qu’ils ne quittent ses eaux territoriales afin d’être reconduits dans des camps de détention où ils sont traités de manière indigne.

Ne voulant pas le voir, les autorités européennes tentent de se donner bonne conscience à peu de frais avec ce nouveau mécanisme qui ambitionne d’accueillir tout au plus quelques dizaines de réfugiés sauvés de la noyade et ayant échappé à l’interception des garde-côtes libyens. Après avoir tout fait pour les faire bloquer en Turquie, en Libye et au Niger. Mais cela ne donne pas toute la portée limitée d’engagements qui devraient n’être valables que jusqu’en octobre prochain, fin présumée de la période la plus propice aux départs clandestins…

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le fossé s’agrandit entre le discours et la réalité

Que va-t-il rester aux chefs d’État et de gouvernement à décider lors de leur prochain sommet consacré aux réfugiés ? S’ils partagent la même volonté de limiter au maximum leur afflux, ils s’étripent sur la façon d’y parvenir et la montagne accouche d’une souris. Avec comme avantage que l’on ne parle pas d’autre chose.

Continuer la lecture de Le fossé s’agrandit entre le discours et la réalité

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Bénis soient ces réfugiés qui cristallisent les peurs

Le nombre des réfugiés parvenant après de nombreuses épreuves à trouver refuge en Europe a totalement chuté, atteignant un niveau inférieur à celui de 2015. Et pourtant, la question était encore à l’ordre du jour du dernier sommet européen informel de Salzbourg, à niveau égal avec les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, signe de son importance.

Continuer la lecture de Bénis soient ces réfugiés qui cristallisent les peurs

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le cimetière marin aux portes de l’Europe s’agrandit

Un large accord s’est fait lors de la conférence informelle d’Innsbruck des ministres de l’Intérieur européens de jeudi dernier, qui peut se résumer à la protection prioritaire des frontières extérieures de l’Union.

Continuer la lecture de Le cimetière marin aux portes de l’Europe s’agrandit

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Il n’y a pas de quoi être fier, au sommet de Bruxelles

Ne manquant jamais une occasion de critiquer nos élites, les mauvais esprits ont dû s’incliner ce petit matin. « La coopération européenne l’a emporté » a cru pouvoir fièrement déclarer Emmanuel Macron, exprimant le soulagement de tous ceux qui ne savaient pas, en entrant en réunion la veille, comment ils allaient en sortir !

Si le sujet s’y prêtait, cela pourrait rappeler les négociations homériques de l’Europe en construction, où pas une négociation en bonne et due forme ne pouvait se conclure avant le petit matin. Mais nous sommes désormais dans une phase de destruction et les compromis sont désormais faits du pire pour l’essentiel, et de bouts de ficelle pour le reste.

Continuer la lecture de Il n’y a pas de quoi être fier, au sommet de Bruxelles

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Retournement imprévu de situation en Europe

On ne savait pas comment les lignes allaient pouvoir bouger en Europe, toutes les conditions de l’immobilisme étant remplies. C’était sans compter avec la nomination au ministère de l’Intérieur italien du leader de la ligue d’extrême-droite, Matteo Salvini qui avait un plan et n’a pas tardé à l’exécuter avec bonheur (de son point de vue).

Continuer la lecture de Retournement imprévu de situation en Europe

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

ÊTRE OU PAS À LA HAUTEUR, par François Leclerc

Billet invité.

La crise des réfugiés est aussi celle de sa désastreuse prise en charge, qui se poursuit, pour reprendre le terme employé par le Commissaire aux droits humains du Conseil de l’Europe. « Si le cours des choses ne change pas – a-t-il ajouté – les valeurs et les principes énoncés dans la déclaration Universelle des droits de l’homme perdront tout leur sens ».

Continuer la lecture de ÊTRE OU PAS À LA HAUTEUR, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail