Sœur Anne, ne vois-tu rien venir

Le chamboulement de la géographie politique allemande est destiné à se poursuivre, dans le contexte de la poursuite de la dégradation de la situation économique. Mais que peut-on en attendre au niveau Européen ?

Les deux partis de la Grande Coalition, CDU-CSU et SPD, sont déjà inscrits comme les grands perdants. Celle-ci ne doit sa survie qu’aux risques provenant de la tenue d’une nouvelle élection, que leurs dirigeants ne veulent pas prendre. Ils s’accrochent à un pouvoir qu’ils vont néanmoins devoir tôt ou tard quitter dans sa forme actuelle, le SPD pour rentrer dans l’opposition, et la CDU-CSU pour former une coalition avec de nouveaux partenaires. Dans l’immédiat, cela n’a pas empêché les présidents des groupes parlementaires de la CDU, de la CSU et du SPD, de célébrer tous trois réunis leur « harmonie » et leur « succès », exprimant ainsi leur intention de retarder le plus possible l’échéance en forçant le trait.
 
Les Verts et l’AfD d’extrême-droite sont annoncés dans les sondages comme allant connaitre une forte progression lors des trois prochaines élections régionales de l’automne dans les territoires de l’ancienne Allemagne de l’Est. Dans la Saxe et le Brandebourg, où la Grande Coalition est au pouvoir, et dans la Thuringe, le seul État fédéré où Die Linke (la gauche) détient le poste de premier ministre à la tête d’une coalition avec le SPD et les Verts.

Partout, les coalitions en place pourraient ne pas survivre à un nouveau scrutin. Les cartes sont brouillées et, première illustration, l’AfD vient de manquer de peu de conquérir sa première mairie dans la Saxe. Parallèlement, la progression des Verts dans cet État où ils sont au coude à coude avec le SPD, laisse présager des difficultés lorsqu’il faudra reconduire la coalition, ce qui permet d’en prévoir d’analogues lors de la constitution d’une coalition nationale.

Aucun signal annonçant une évolution de la politique européenne allemande n’est jusqu’à maintenant enregistré. Ce n’est en tout cas pas la dernière réunion de l’Eurogroupe qui l’aura donné. Les statuts du Mécanisme européen de stabilité, le dispositif anti-crise, y ont été approuvés afin d’être présentés au prochain sommet des chefs d’État et de gouvernement du 21 juin. La formalisation de la procédure pour déficit excessif de l’Italie y a été repoussée et, en dépit des dimensions devenues symboliques du fonds d’investissement de la zone euro, il n’aura pas été possible de l’adopter en raison de dissensions. C’est dire le blocage qui sévit et le poids du FMI qui au contraire le soutient ! L’enterrement est de première classe, ne laissant plus aux dirigeants français qu’à y voir un démarrage !

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

De quoi vont être faites les années à venir

Expression de la plus parfaite impuissance, l’essentiel des discussions du dernier G20 finances du 9 juin a porté sur la formulation du grand sujet d’inquiétude du moment, le danger que représente la poursuite de la guerre commerciale menée par Donald Trump. Une trentaine d’heures ont été nécessaires afin de la trouver et de préserver une unité de façade imposée par une convention bien établie. Censée témoigner de la force du G20, celle-ci exprime sa faiblesse.

Continuer la lecture de De quoi vont être faites les années à venir

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un monde déboussolé

Les ambitions étaient très mesurées lors de la réunion de printemps du FMI à Washington de la semaine dernière, à la fin de laquelle les participants se sont donnés la tâche de « protéger » la faible croissance économique. Celle-ci se poursuit, « mais à un rythme plus lent que prévu en octobre. Elle devrait se raffermir en 2020, mais les risques restent orientés à la baisse », ont-ils prudemment constaté.

Continuer la lecture de Un monde déboussolé

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le capitalisme prépare sa succession

Sévèrement secoué, le capitalisme allait-il trouver en lui-même les capacités à se réformer ? Dès le début de la crise, la question a été soulevée et amplement débattue sur le blog de Paul Jorion. Et rien n’a été tranché en attendant de voir venir. Aujourd’hui, nous y voyons plus clair. Le système n’a pas choisi ce chemin, il a seulement fait semblant. Mais il est néanmoins parvenu à se stabiliser, puissamment aidé par les banques centrales qui l’assistent. Sa crise est restée chronique.

Continuer la lecture de Le capitalisme prépare sa succession

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’inefficience du marché

À force de rechercher au sein du système financier la petite bête, celle qui fera rebondir la crise et à laquelle on ne s’attend pas, une autre est négligée bien que visible comme le nez au milieu de la figure. Et pourtant, ce n’est pas faute d’alarmes lancées depuis des mois par le FMI, l’OCDE et des agences de notation.

Continuer la lecture de L’inefficience du marché

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’impossible statu quo

Les banques centrales offrent un curieux spectacle ces temps-ci, ne parvenant pas à enclencher la marche arrière pour revenir progressivement sur leurs mesures « accommodantes » exceptionnelles. Ni leurs taux directeurs proches de zéro, ni la taille démesurée de leurs bilans ne sont redevenus « normaux », c’est à dire comme avant. Et le flou le plus total règne pour la suite.

Continuer la lecture de L’impossible statu quo

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La guerre américano-chinoise traîne en longueur

Combien de temps la guerre commerciale américano-chinoise va-t-elle durer ? Un nouvel épisode de pourparlers est en cours, mais le jeu se joue à cartes masquées, rendant impossible l’évaluation d’éventuels progrès.

Continuer la lecture de La guerre américano-chinoise traîne en longueur

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Lentement l’Europe s’effondre

Transparency international pointe du doigt l’Eurogroupe, la réunion des ministres des finances de pays de la zone euro. N’ayant aucune existence dans les traités, ne produisant aucun compte-rendu de ses fréquentes réunions, l’Eurogroupe joue le rôle d’une direction de l’économie de fait, comme abondamment illustré ces dernières années, justifiant aux yeux de l’ONG qu’il soit contrôlé par le Parlement européen.

Continuer la lecture de Lentement l’Europe s’effondre

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ces sentences qui condamnent ceux qui les prononcent

Pierre Moscovici a cru pouvoir prononcer une sentence définitive en affirmant que « la dette est l’ennemi de l’économie, elle est l’ennemi du peuple européen ». Bien évidemment, il n’entendait pas par là l’endettement en général, mais la dette publique. Rien de nouveau, direz-vous, sauf que sa déclaration tombe à contre-temps lorsque l’on observe le comportement du marché obligataire.

Continuer la lecture de Ces sentences qui condamnent ceux qui les prononcent

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le capitalisme en pleine mutation

La mutation du système financier se poursuit. Dans un premier temps, on a observé que la réduction progressive des programmes monétaires d’assouplissement quantitatif des banques centrales – aussi appelés non conventionnels – n’allait pas être une partie de plaisir. D’autres indicateurs surprenants sont depuis venus déranger les schémas de pensée les plus mal établis.

Continuer la lecture de Le capitalisme en pleine mutation

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail