Le capitalisme entre deux eaux

Doit-on parler de contradictions, d’impératifs contradictoires ou de cercles vicieux ? Qu’importe les dénominations, elles ne manquent pas. Certaines ont finalement trouvé leur solution, d’autres semblent au contraire bien installées. Premier inventaire.

Continuer la lecture de Le capitalisme entre deux eaux

Pas de danse au bal des hypocrites

Le progrès n’est plus de saison, place à l’innovation ! L’idée même se marie mal chez les défenseurs bornés du patrimoine, cette valeur sûre. Le progrès est désormais suspect, après avoir connu quelques déconvenues, l’avenir désormais associé à une menace dont il faut se prémunir en se contentant de réaménager le présent. Les petits pas ne sont pas une solution.

Continuer la lecture de Pas de danse au bal des hypocrites

VICTIME DE SES PROPRES CONTRADICTIONS ? par François Leclerc

Billet invité.

Les mois et les années filent et une crise chronique s’est installée, comme si elle était destinée à ne pas connaître d’issue. Financière à l’origine, elle s’est depuis approfondie dans tous les domaines : économique, sociale et politique. Pour offrir aujourd’hui un panorama peu engageant, alliant l’hypertrophie grandissante d’une activité financière parasitaire à la raréfaction des ressources de la planète et du travail – de l’emploi de la ressource humaine – ainsi qu’à l’accroissement des inégalités qui l’accompagne. Mais rien ne semble pouvoir stopper la course d’un système en voie de perdition, si ce n’est ses propres contradictions.

Celui-ci témoigne d’une incapacité à se réformer, sauf à la marge, et les mutations dont il se prévaut dans le cadre de l’économie numérique de demain ne l’augurent pas davantage. Bien que semblant irréparable et toujours dans l’attente d’un prochain accès de crise financière aiguë, le capitalisme survit sur le mode d’une crise endémique, qu’il nous impose et dont il tente de s’accommoder, faute de l’émergence avec suffisamment de force d’une alternative. Pour la suite, les paris sont engagés.

Continuer la lecture de VICTIME DE SES PROPRES CONTRADICTIONS ? par François Leclerc