Le Brésil avenir de la France

Quand je suis revenu du Brésil, où je vivais à São Paulo, il y a maintenant largement plus de dix ans, j’ai été beaucoup questionné sur ce que j’y avais vécu et ce que j’avais observé, et il m’a fallu trouver les moyens de transmettre au mieux ce que j’en avais retiré.

Continuer la lecture de Le Brésil avenir de la France

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Amère pilule brésilienne

En la personne de Jair Bolsonaro, l’extrême-droite brésilienne semble être en mesure de tirer les marrons du feu et d’accéder à la présidence au second tour. Au premier, cet apologiste de la dictature militaire a recueilli le vote de 50 millions de voix représentant 46% des suffrages. Changement de décor.

Continuer la lecture de Amère pilule brésilienne

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'« ÉCONOMIE INFORMELLE DE SURVIE » A DE L'AVENIR, par François Leclerc

Billet invité. Article paru dans LA TRIBUNE du 14 au 20 mars.

Méconnue, l’économie informelle est en plein développement dans une Europe où elle aide à atténuer une crise installée pour durer. Les appellations ne manquent pas pour désigner une économie qui recouvre des activités de nature hétérogène, faisant de celle-ci un véritable fourre-tout. Elle est qualifiée de souterraine, parallèle, de l’ombre, ou bien encore grise ; mais s’en tenir au qualificatif plus neutre d’économie informelle – comme elle est dénommée dans les pays émergents et en développement – évite les faux-sens et se contente d’exprimer ce que les activités qui y sont rangées ont de commun : ne pas être formelles, c’est-à-dire régentées par l’État.

Certaines sont criminelles, comme le trafic de drogue, ou frauduleuses, comme la contrefaçon, mais d’autres correspondent aux besoins élémentaires de la survie ou bien recouvrent le travail domestique non rémunéré. Mais elles sont le plus souvent mises dans le même sac et exclusivement présentées comme relevant du code pénal.

Continuer la lecture de L'« ÉCONOMIE INFORMELLE DE SURVIE » A DE L'AVENIR, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail