Le mystère doit rester entier

Un nouveau flash crash incompréhensible a secoué les marchés asiatiques en ce début d’année. Brutalement, ils ont été brutalement inondés d’ordres de vente de dollars australiens contre les yen japonais. Résultat, la devise nippone a gagné 7,36% contre le dollar australien et a bondit de plus de 4% par rapport au dollar. Le dollar australien a perdu 6% contre le dollar américain.

Continuer la lecture de Le mystère doit rester entier

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Blessée, la bête est plus dangereuse

Le projet de Donald Trump n’est en rien secret. Il veut que les États-Unis retrouvent la place de première grande puissance qu’ils sont en train de céder, avant qu’il ne soit trop tard. Pour y parvenir, il bat ses cartes en profitant de sa supériorité financière et militaire. Car ces deux-là sont intactes, à l’inverse d’une supériorité économique déclinante.

Continuer la lecture de Blessée, la bête est plus dangereuse

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’inexorable poids de la dette américaine

Le décor de la deuxième partie de mandat de Donald Trump est planté. Sans attendre, la perspective de sa réélection dans deux ans fait l’objet de nos commentaires après avoir constaté qu’il est déjà entré en campagne. Quel programme soutenu par quel candidat lui seront opposés par un parti démocrate qui a débuté sa mutation à la base mais pas au sommet ? Et surtout, dans quel état l’économie américaine se trouvera-t-elle alors, lui donnant ou pas l’opportunité d’à nouveau s’en prévaloir ?

Continuer la lecture de L’inexorable poids de la dette américaine

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Comme si la barque européenne n’était pas déjà assez pleine, le secrétaire d’État au Commerce américain Wilbur Ross a fait part au commissaire européen Cecilia Malmström de l’impatience de Donald Trump. Un signal préludant à la réactivation des hostilités devant la lenteur des discussions engagées à la suite de la mission de Jean-Claude Juncker à Washington. Des résultats tangibles sont attendus, qui ne viennent pas et chacun en fait le reproche à l’autre.

Continuer la lecture de La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trump met la Chine dangereusement le dos au mur

En annonçant une taxation punitive supplémentaire de 10% sur 200 milliards de produits chinois exportés aux États-Unis, Donald Trump, rompt avec des négociations qui semblaient repartir et relance la guerre commerciale avec la Chine. Au premier janvier, les taxes passeront à 25%. Avec les 50 milliards de produits déjà taxés, le montant global de ces mesures dépassent de loin les 130 milliards de dollars de biens chinois importés aux États-Unis.

Continuer la lecture de Trump met la Chine dangereusement le dos au mur

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ils découvrent leurs faibles marges de manœuvre

Les dirigeants européens s’illusionnent-ils sur les marges de manœuvre dont ils disposent pour contrer Donald Trump ? À force, ils devraient finir par connaitre le personnage et avoir compris que l’heure n’est plus à se contenter de rouler les mécaniques.

Continuer la lecture de Ils découvrent leurs faibles marges de manœuvre

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : UNE COMBINAISON PAS VRAIMENT GAGNANTE, par François Leclerc

Billet invité.

On ne devrait pas dire l’actualité de la crise, mais des crises ! Ce qui complique le jeu s’il est vraiment nécessaire, et explique pourquoi ceux qui voudraient la voir dépassée le sont à ce point. Ce que confirme la confluence des deux grandes échéances américaine et chinoise, toutes deux destinées à ne rien résoudre.

Première constatation dérangeante : la réussite de la mondialisation se retourne contre ses artisans. Dernier en date à critiquer l’épouvantail de la « concurrence déloyale » d’un yuan non convertible et sous-valorisé, François Hollande dénonce à son tour, depuis Vientiane, ce que les Américains ne cessent de marteler sans succès. Comme si son appréciation allait combler le différentiel du « coût du travail » et rééquilibrer le commerce mondial !

Deuxième constatation, la Fed retarde autant qu’elle le peut le moment où il faudra l’admettre : la suprématie du dollar a fait son temps et ne tient plus qu’à elle, devenue le principal acheteur de la dette américaine, entraînant la baisse des taux obligataires et du cours du dollar.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : UNE COMBINAISON PAS VRAIMENT GAGNANTE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Flash – 23h : OUCH ! ÇA VA MAL ! par François Leclerc

Billet invité

Fatalitas ! Les bourses mondiales ont finalement salement dévissé, en dépit de l’agitation frénétique de ce week-end et de la mobilisation générale.

L’once d’or, baromètre du malheur, a dépassé les 1.700 dollars. Barack Obama a toutefois annoncé comme bonne nouvelle qu’il ferait des recommandations « dans les prochaines semaines », précisant dès maintenant, à propos des problèmes économiques américains : « nous savons ce que nous devons faire pour les résoudre ».

Pour une fois d’accord, les analystes convergent vers une même idée : on peut tout imaginer ! L’un d’entre eux aura le mot de la fin pour ce soir, constatant que « la décision de la BCE n’est pas une arme fatale », triste épitaphe pour une banque de dernier ressort (Gilles Moëc de Deutsche Bank, cité par l’AFP).

« Les marchés sont sourds », s’inquiètent les autorités qui n’arrêtent pas de tenter de s’adresser à eux. Une situation justifiant, selon Jean-Claude Trichet, les mesures exceptionnelles prises par la BCE, car « les marchés sont si secoués que notre politique monétaire ne peut pas sinon avoir d’impact ». On ne saurait mieux reconnaître son impuissance.

Une nouvelle décision de Standard & Poor’s va par contre en avoir – de l’impact ! -, abaissant la notation de Fannie Mae et de Freddie Mac aux États-Unis. Début d’une longue série. Cinq assureurs sont dans le même cas, la note de cinq autres passant de perspective « stable » à « négative ». 73 fonds d’investissement voient leur note baisser de un à deux crans, dont BlackRock et Goldman Sachs Asset management, les stars du métier. Trois chambres de compensation, pivots du système, sont dans le même cas.

En Europe, un institut de conjoncture allemand, DIW, envisage une baisse de la note de la dette française, qui déstabiliserait selon lui le Fonds de stabilité (FESF) et provoquerait l’éclatement de la zone euro.

Il n’est pas nécessaire de prédire l’écroulement du système, aujourd’hui ils s’en chargent eux-mêmes ! Rivalisant, en Italie et en Espagne, de mesures destinées à réduire encore plus rapidement le déficit pour mieux précipiter l’avènement de l’effondrement.

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : JUSQU'OÙ, JUSQU'À QUAND ? par François Leclerc

Billet invité.

La crise américaine présente trois niveaux de lecture.

Le premier est politique et illustre le violent affrontement en cours, qui vise à faire perdre les prochaines présidentielles à Barack Obama, à tout prix. Le second est social et analyse les effets dans la société américaine, ainsi que ses conséquences politiques profondes. Le dernier est économique et financier et déborde par nature du cadre américain, étant donné le caractère mondial de la crise financière.

Les trois ont leur calendrier propre, mais ils se conjuguent et dominent la scène internationale, étant donné leurs répercussions potentielles, ainsi que le rôle du dollar et de la dette américaine dans le système financier.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : JUSQU'OÙ, JUSQU'À QUAND ? par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : L'INCOMMENSURABLE, par François Leclerc

Billet invité.

Estimer les conséquences de la crise américaine au cas où le pays ferait défaut sur sa dette, à moins qu’un accommodement de plus en plus improbable n’intervienne, est un exercice de haute voltige. Ce soir, les CDS garantissant contre le défaut de paiement de la dette américaine ont atteint leur plus haut niveau depuis fin mars 2009 et les taux courts se sont très tendus, les taux longs restant stables. L’échéance fatidique est dans quatre jours. les dirigeants américains de tous bords rivalisent de qualificatifs alarmistes et de sombres prévisions pour caractériser la situation. Le Congrès a été pris en otage par le Tea-Party et la droite républicaine dure.

Le dollar est la principale monnaie de réserve mondiale, de loin la plus utilisée pour les transactions commerciales et la dette américaine est au centre du système financier. Elle est utilisée par les money market funds et le marché des repos (les repurchase agreements), qui font la pluie et le beau temps sur le marché de la liquidité bancaire, auxquels il faudrait suppléer ; ou bien pour indexer un très grand nombre d’actifs, dont la valeur va s’en trouver automatiquement modifiée. L’ensemble constitue le squelette du système et l’on peut légitimement s’alarmer de son brutal faux-pas.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : L'INCOMMENSURABLE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail