CROISSANCE ET ENDETTEMENT, UN COUPLE INFERNAL, par François Leclerc

Billet invité.

Coller le nez à la fenêtre afin de ne pas perdre une miette des lancinantes péripéties de la crise européenne en ferait presque oublier l’essentiel : de 2008 à 2011, le ratio de la dette publique et privée des pays avancés est passé de 208% à 236% de leur PIB. Conduisant les auteurs du dernier Rapport de Genève à titrer celui-ci : « Le désendettement, quel désendettement ? ».

Ce n’est cependant pas cette impressionnante progression qui doit prioritairement retenir l’attention, mais son point de départ. Celui-ci illustre ce que la croissance des pays avancés doit à leur endettement. Avec comme corollaire que cette dernière s’affaiblit fortement lorsqu’il est contenu comme actuellement, perturbant sa résorption. Le mystère d’une croissance introuvable n’est pas à chercher ailleurs : croissance et dette font un couple infernal.

Continuer la lecture de CROISSANCE ET ENDETTEMENT, UN COUPLE INFERNAL, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : LE VA-TOUT JAPONAIS FAIT UN GROS FAUX-PAS, par François Leclerc

Billet invité.

Faisant contraste avec l’embellie régnant sur les principales places boursières, le plongeon de 7% de l’indice Nikkei jeudi dernier a Tokyo a frappé les esprits. Les chroniqueurs y ont vu le résultat de l’annonce de mauvaises prévisions industrielles en Chine –  second débouché commercial du Japon – et l’effet d’un discours de Ben Bernanke sur le thème de l’arrêt des injections massives de liquidité de la Fed, qui signifierait que la fête est finie (on n’en est pourtant pas là). Ils ont aussi pu constater la grande fragilité du marché des actions qui ne s’appuie pas sur ce qu’il est désormais appelé, comme si cela allait de soi, l’économie réelle.

Mais l’arbre cachait la forêt : le rendement des obligations souveraines a le même jour soudainement triplé pour atteindre 1%, une très grande volatilité étant enregistrée. Un tel taux serait providentiel en Europe mais il représente une véritable révolution au Japon pour avoir longtemps connu une grande stabilité, déflation aidant. La Banque du Japon (BoJ) a immédiatement acheté pour près de 20 milliards de dollars de titres de la dette, afin de contenir une hausse très préoccupante pour elle si elle se poursuivait. Car elle serait alors placée dans une situation fort inconfortable, prise entre deux options opposées : poursuivre ce qu’elle a engagé et entériner la hausse des taux obligataires et ses conséquences sur le refinancement de la dette, ou battre en retraite en abandonnant la lutte contre la déflation. Un dilemme que connait bien la Fed qui, après avoir engagé ses programmes non conventionnels successifs et enregistré leur peu d’effet, s’interroge sur leurs périls potentiels tout en ne se résolvant pas à les stopper en raison des conséquences…

Continuer la lecture de L'actualité de demain : LE VA-TOUT JAPONAIS FAIT UN GROS FAUX-PAS, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : L'ÉTAT D'ÉTERNEL PRINTEMPS, par François Leclerc

Billet invité

Tous les jours ou presque, une nouvelle récurrente s’insinue dans le flot de l’actualité : « Voyez ! tel ou tel pays qui était si mal en point est en train de s’en sortir ! Tout va finir par s’arranger, vous verrez ! » La liste des pays bénéficiant de ce signalement se remplit tout en se vidant par la grâce de l’oubli.

Qui se souvient de l’assurance avec laquelle Jean-Claude Trichet, alors président de la BCE, annonçait la sortie de crise en fanfare du Japon, à comparer avec le discours nettement moins optimiste tenu ces temps-ci ? De l’Irlande allant revenir la fleur au fusil sur le marché, avec pour preuve le redémarrage de ses exportations ? Du Portugal sacré meilleur élève de la classe, où l’opposition socialiste réclame dorénavant une restructuration de sa dette sur le modèle grec, et la majorité des délais de grâce pour réduire le déficit devant la montée de la récession ? De l’Italie même, où Mario Monti multipliait les miracles sur le devant pendant que Mario Draghi tirait les ficelles depuis les cintres ? Dernier en date, l’éditorial du dernier « Monde économie » croyait voir en début de semaine dans la multiplication des opérations financières aux États-Unis « le signe d’une sortie de crise », « les investisseurs affûtés anticipant la reprise », alors que fleurissent les analyses sur sa réindustrialisation sans emploi combinée avec le miracle du gaz de schiste à bas prix. Il faut toujours qu’il y ait une « petite pousse verte » quelque part !

Continuer la lecture de L'actualité de demain : L'ÉTAT D'ÉTERNEL PRINTEMPS, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : LE BAL DES HYPOCRITES, par François Leclerc

Billet invité.

Ouvert à propos de la parité de l’euro, le débat sur une intervention de la BCE est fermé par Mario Draghi, tandis qu’au Japon le premier ministre tance à nouveau la Banque du Japon pour ne pas intervenir avec assez de vigueur afin de faire monter l’inflation (et baisser le yen). Shinzo Abe renouvelle ses menaces de réformer son statut et de lui faire perdre son indépendance, appelant à une création monétaire massive qui ne vient pas, dernier espoir de briser le sortilège de la déflation. Plus le temps passe et le déficit de l’ État japonais augmente, plus la question devient insoluble.

Continuer la lecture de L'actualité de demain : LE BAL DES HYPOCRITES, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : L’ART CONSOMMÉ DE FERMER LES PORTES, par François Leclerc

Billet invité.

À la recherche d’une ouverture favorisant une relance salvatrice, les dirigeants européens se trouvent devant porte close. L’adoption du budget européen va se solder par un manifeste manque de moyens à cet effet, et le G20 finances de cette fin de semaine va déboucher sur la réaffirmation qu’il faut laisser faire le marché pour que s’établisse la parité des monnaies, tout le contraire de ce qui est en train de se passer.

Un communiqué du G7 où participaient les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales ferme dès aujourd’hui le débat avant qu’il ne soit ouvert. Soulignant le risque d’une « volatilité excessive et de mouvements désordonnés dans les taux de change », il préconise des consultations « étroites » et une coopération « appropriée », réaffirmant toutefois que « nos politiques budgétaires ont été et resteront orientées vers nos objectifs nationaux respectifs en utilisant des instruments nationaux »…

Continuer la lecture de L'actualité de demain : L’ART CONSOMMÉ DE FERMER LES PORTES, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LA VAINE COURSE À LA DÉVALUATION COMPÉTITIVE S’ACCENTUE, par François Leclerc

Billet invité

Shinzō Abe, le nouveau premier ministre japonais, n’est pas pleinement satisfait de la décision de la Banque du Japon d’augmenter de l’équivalent de 100 milliards d’euros ses achats d’obligations souveraines, et de reporter à sa réunion de janvier l’éventuelle adoption d’une nouvelle cible de 2 % pour l’inflation (se contentant de l’accroître à 1 %). « Il faut abandonner les vieilles méthodes, qui n’ont pas réussi à combattre la déflation depuis plus d’une décennie » a-t-il martelé, menaçant de faire adopter une loi remettant en cause l’indépendance de la Banque si elle n’obtempérait pas.

Le financement d’un programme de grands travaux assuré, le premier ministre veut aussi favoriser la dévaluation du yen pour relancer les exportations japonaises. Le Japon, première victime de la dévaluation compétitive du dollar qui résulte de l’adoption d’un taux de 0 % par la Fed, s’engage dans la même voie pour y résister. En favorisant un dollar faible, la Fed cherche également à doper les exportations américaines, quitte à ce que les monnaies des pays émergents asiatiques et latino-américains en subissent le contrecoup, affectant les exportations de ces pays. Ce que le gouvernement brésilien a qualifié à de nombreuses reprises de « guerre des devises ».

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : LA VAINE COURSE À LA DÉVALUATION COMPÉTITIVE S’ACCENTUE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail