Plus profond dans les territoires inconnus

Il ne se passe pas de jour sans confirmation que nous ne sommes pas au bout de nos surprises. C’est aujourd’hui au tour de PIMCO, le géant de la gestion obligataire, d’y contribuer en prédisant que des rendements négatifs sur les Treasuries – les titres américains – « ne sont plus inimaginables. »

Continuer la lecture de Plus profond dans les territoires inconnus

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’inexorable poids de la dette américaine

Le décor de la deuxième partie de mandat de Donald Trump est planté. Sans attendre, la perspective de sa réélection dans deux ans fait l’objet de nos commentaires après avoir constaté qu’il est déjà entré en campagne. Quel programme soutenu par quel candidat lui seront opposés par un parti démocrate qui a débuté sa mutation à la base mais pas au sommet ? Et surtout, dans quel état l’économie américaine se trouvera-t-elle alors, lui donnant ou pas l’opportunité d’à nouveau s’en prévaloir ?

Continuer la lecture de L’inexorable poids de la dette américaine

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La guerre des monnaies en ligne de mire

Elle n’en est qu’à ses premiers engagements, mais les menaces de déclenchement de « la pire guerre commerciale de l’histoire » dénoncée par les autorités chinoises se précisent. Et, de la même manière que la crise financière mondiale s’est vite prolongée par  une crise économique, sociale puis politique, cette guerre pourrait de commerciale devenir également monétaire.

Continuer la lecture de La guerre des monnaies en ligne de mire

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le capitalisme financier, son meilleur ennemi…

Donald Trump a l’œil rivé sur la balance commerciale et ne se soucie pas de la progression de la dette américaine. Selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), le déficit budgétaire va déraper sévèrement, dépassant les 800 milliards de dollars cette année, puis les 1.000 milliards en 2020. Le président américain incrimine le déficit commercial, dont ce serait la conséquence, mais pour le CBO la réforme fiscale de la fin de l’année dernière, qui va diminuer les recettes budgétaires, et la relance des dépenses publiques en sont les responsables.

Continuer la lecture de Le capitalisme financier, son meilleur ennemi…

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

« – C'EST LOIN L'AMÉRIQUE ? – TAIS-TOI ET NAGE ! » par François Leclerc

Billet invité.

Le Sénat américain a adopté hier de justesse la réforme fiscale de Donald Trump qui vise à relancer l’économie en diminuant les impôts, en bonne orthodoxie républicaine. Cette réforme est la première et l’unique à mettre à son actif, à un an des élections à mi-parcours, grâce à laquelle il peut espérer dévier dans l’immédiat l’intérêt des médias pour le Russiagate, suite à la décision de Michael Flynn de plaider coupable, qui annonce d’autres rebondissements.

Continuer la lecture de « – C'EST LOIN L'AMÉRIQUE ? – TAIS-TOI ET NAGE ! » par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La dette américaine : LA QUESTION À 17.000 MILLIARDS DE DOLLARS, par François Leclerc

Billet invité

Les effets sur les monnaies des pays émergents, de la décélération des achats de titres de la Fed, accaparent à juste titre l’attention. Mais d’autres considérations, moins visibles et immédiates, expliquent la prudence avec laquelle la politique de la Fed est infléchie : le financement futur de la dette américaine est son principal sujet de préoccupation.

Ses achats de titres de la dette dans le cadre de trois programmes successifs de création monétaire ont poussé à la baisse les taux, et diminué le montant des intérêts. En dépit de la croissance continue de la dette, ce montant global ne représente plus que 6 % du coût du service de la dette, au lieu de 15 % au cours de la décennie précédente. Les bienfaits de la Fed ne se sont pas arrêtés là, accroissant également la maturité globale de la dette en privilégiant les achats de titres à longue maturité, ce qui atténue la sensibilité de son refinancement à une augmentation des taux.

Continuer la lecture de La dette américaine : LA QUESTION À 17.000 MILLIARDS DE DOLLARS, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail