L’aveuglement néolibéral

Les meilleurs cadeaux sont ceux que l’on se fait. C’est cette pensée profonde qu’Emmanuel Macron a certainement eu en choisissant de faire payer par les contribuables les cadeaux fiscaux que représentent la hausse de la prime d’activité (et non du Smic), la suppression de l’augmentation de la CSG pour les petites pensions et la défiscalisation des heures supplémentaires.

Continuer la lecture de L’aveuglement néolibéral

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

VOUS LES CROYEZ ENCORE, VOUS ? par François Leclerc

Billet invité.

En application d’un calendrier parfait, Angela Merkel rend aujourd’hui visite à Antonis Samaras, le premier ministre grec, afin de conforter l’idée que le pire est passé et dans le but de distancer Syriza aux élections municipales et européennes à venir. Un geste calculé qui éclaire l’émission obligataire d’hier, dont la vocation était de permettre d’affirmer le retour de la confiance des marchés. Les Grecs sont pauvres mais sauvés !

Mais les résultats de cette émission à cinq ans sont inquiétants plus qu’autre chose, précisément en raison de leur succès mirobolant. Plus de 21 milliards d’euros de demandes auraient été enregistrés par les banques pour cette émission syndiquée de finalement 3 milliards d’euros : cela a été la ruée, l’opération ayant été bien orchestrée ! D’où provient cependant cet appétit glouton pour la dette d’un pays dont le montant représente 175% du PIB et dont on ne voit pas comment il échappera à une nouvelle restructuration ? Les marchés ne cherchaient-ils tout simplement pas à réaliser une bonne affaire dans l’immédiat ? Dans une situation de faible inflation, le coupon de 4,75% est des plus attrayants, surtout s’il est imprudemment parié que la BCE va mettre en œuvre le programme d’achats de titres qu’elle a déclaré tenir prêt, ce qui permettrait de lui céder ensuite les obligations achetées.

Continuer la lecture de VOUS LES CROYEZ ENCORE, VOUS ? par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail