Une parenthèse qui ne se refermera pas de sitôt

La marée monte, descend et puis remonte. Pareil pour la pandémie ? L’OMS, chiffres à l’appui, alerte sur son accélération mondiale sans pouvoir rien y changer. Parmi les « émergents », le Brésil, le Mexique et l’Inde enregistrent le plus grand nombre de nouveaux décès. Aux États-Unis, les autorités sanitaires s’inquiètent devant la forte dynamique de la vague n’arrachant à Donald Trump qu’un « nous sommes en train de nous en sortir ». En Europe, à ce jour la région la plus touchée par le nombre des décès, une seconde vague est annoncée comme probable par les épidémiologistes. Partout domine le sentiment que l’on n’en a pas fini avec le coronavirus. Pour combien de temps ? on ne sait pas.

Continuer la lecture de Une parenthèse qui ne se refermera pas de sitôt

Une vie à la croisée des chemins

Le grand désordre n’est pas prêt de se terminer. Des certitudes sont déjà ébranlées, et cela ne va pas s’arrêter là par la force des choses. La vie sociale et économique ne va pas recommencer comme avant, des remises en question sont inévitables, la parenthèse ne va pas être facilement refermée.

Continuer la lecture de Une vie à la croisée des chemins

Le pari dangereux de Macron

Si l’on s’en tient aux faits, les annonces d’Emmanuel Macron, qui ne fait plus état des avis des scientifiques, sont inquiétantes.

1/Il met en avant la réouverture progressive des écoles, un point sensible, pour masquer sa véritable priorité qui est la relance de la machine économique.

2/ Il refuse tout dépistage systématique, qui n’aurait selon lui aucun sens (sauf pour les scientifiques qui le préconisent), pour privilégier le test des seules personnes présentant des symptômes en oubliant le cas des asymptomatiques.

3/ Il ne dit pas quel sort sera réservé aux personnes testées positives, retourneront-elles dans leur famille si rien n’est prévu pour les isoler ?

4/ Les critères selon lesquels les masques seront distribués sont flous. Seul le cas des usagers des transports en commun est identifié.

5/ Il martèle la date du 11 mai comme le début d’un processus, sur lequel nous en saurons plus dans quinze jours, et parle d’une attente de plusieurs mois pour disposer d’un vaccin. Entre ces deux échéances, combien de nouvelles personnes seront infectées, avec les risques afférents, en dépit des « gestes barrière » ? Est-ce le prix à payer pour la remise en marche de l’économie ?

 

Quand les arbitrages renvoient à qui décide

Le vocabulaire de la crise s’enrichit de jour en jour. La résilience s’était installée, l’arbitrage monte en puissance. Les traders n’en ont plus l’usage exclusif, car il n’est plus seulement financier. Un nouvel arbitrage s’est imposé aux gouvernements qui dosent comme ils le peuvent protection sanitaire et économique en apportant des réponses variables et évolutives, le contrôle de la situation leur échappant des mains.

Continuer la lecture de Quand les arbitrages renvoient à qui décide