L’Europe collée à sa crise

La croissance se fait sérieusement désirer en Europe, à en croire les prévisions automnales de la Commission. Et elle est promise à se ralentir de -0,2% tous les ans. Le recul au troisième trimestre du PIB allemand, après seize trimestres consécutifs de croissance, en est le meilleur symbole.

Continuer la lecture de L’Europe collée à sa crise

La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Comme si la barque européenne n’était pas déjà assez pleine, le secrétaire d’État au Commerce américain Wilbur Ross a fait part au commissaire européen Cecilia Malmström de l’impatience de Donald Trump. Un signal préludant à la réactivation des hostilités devant la lenteur des discussions engagées à la suite de la mission de Jean-Claude Juncker à Washington. Des résultats tangibles sont attendus, qui ne viennent pas et chacun en fait le reproche à l’autre.

Continuer la lecture de La barque européenne déjà lourdement chargée et ce n’est pas fini

Les grandes manœuvres vont commencer

D’entrée de jeu, le gouvernement américain a décidé hier d’imposer des tarifs douaniers supplémentaires de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium en provenance de l’Union européenne, du Canada et du Mexique.

Continuer la lecture de Les grandes manœuvres vont commencer

ON NE S’EN ÉTONNE MÊME PLUS… par François Leclerc

Billet invité.

En déclarant au quotidien allemand Die Zeit que la BCE « n’a pas des possibilités infinies », Mario Draghi ne joue pas les modestes, il décrit une réalité. Les programmes de la BCE se succèdent à un rythme accéléré ces derniers temps et aucun n’a donné les résultats attendus : les instruments de la politique monétaire ne trouvent pas prise, et ce n’est pas un très bon présage pour le prochain acte qui va débuter. Les commentaires ne manquent pas pour expliquer que l’Europe n’est pas les États-Unis, et que ce qui a réussi à ces derniers ne produira pas ici les mêmes effets.

La déclaration très attendue de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne à propos du précédent programme OMT ouvre grande la porte à des achats effectifs de titres de la dette, entend-on partout dire, mais ne serait-il pas plus judicieux de considérer qu’elle ne la ferme pas, car la configuration détaillée de ce nouveau programme ne semble pas encore arrêtée, rencontrant d’autres obstacles. Quel étrange animal va finalement sortir du chapeau afin de préserver l’indispensable consensus, et quel effet peut-on en attendre sur la pression déflationniste tant que la politique qui en est à l’origine est maintenue ?

Continuer la lecture de ON NE S’EN ÉTONNE MÊME PLUS… par François Leclerc