Ils accumulent les fausses routes

À défaut de débloquer la situation inextricable créée par les juges de Karlsruhe, Angela Merkel s’est soudainement déclarée prête à vouloir « faire davantage en matière de politique économique, afin de faire progresser l’intégration [de la zone euro] » et « agir en responsabilité et de manière intelligente pour que l’euro puisse subsister ». « Nous allons à coup sûr nous pencher sur cette question en lien avec ce qu’on appelle le Fonds de relance », a-t-elle conclu, sans dévoiler ses batteries.

Continuer la lecture de Ils accumulent les fausses routes

PAS D’OPÉRATION VÉRITÉ POUR LES BANQUES FRANÇAISES ! par François Leclerc

Billet invité.

Drapé dans sa mission de protecteur des banques françaises, confident de leurs petits et grands secrets, le gouverneur de la Banque de France lève le drapeau de la sédition contre le Comité de Bâle dont il est membre : pas question d’abandonner les modèles maison de valorisation de leurs actifs ! Le Comité propose mais ne décide pas, fait-il valoir.

Continuer la lecture de PAS D’OPÉRATION VÉRITÉ POUR LES BANQUES FRANÇAISES ! par François Leclerc

L'actualité de la crise : POUR LA RÉFORME BANCAIRE FRANÇAISE : UNE DÉTERMINATION… "NORMALE", par François Leclerc

Billet invité.

La « réforme » des activités bancaires que prépare le gouvernement français méritera-t-elle véritablement sa dénomination ? Prenant les devants pour afficher sa détermination, l’objectif proclamé du projet de loi qui sera présenté au Conseil des ministres du 19 décembre prochain est de réaliser une séparation des activités de dépôt et de marché des banques, afin de prendre les devants et de couper court aux velléités du rapport européen Liikanen – de loin plus ambitieux. Les banques françaises semblent avoir gagné sur toute la ligne, grâce au soutien affirmé de Pierre Moscovici, le ministre des finances. La lecture de son allocution de présentation de la réforme, lors des Entretiens de l’Autorité des Marchés Financiers du 15 novembre dernier, est à cet égard instructive (les citations sont issues du texte écrit et non prononcé).

« Comme je l’ai souvent dit, cette réforme exigeante ne portera pas atteinte, j’y ai veillé et j’y veillerai, ni au modèle français de banque universelle, qui a fait la démonstration de sa résistance face aux crises, ni aux activités qui sont nécessaires au financement de l’économie » a d’entrée de jeu énoncé le ministre, « car mon rôle – et j’y ai veillé en faisant en sorte qu’il s’agisse d’une séparation des activités et non pas d’une remise en cause du modèle de banque universelle, n’est pas de déstabiliser le secteur dont j’ai la charge, c’est de piloter avec leurs acteurs les mutations que je crois nécessaires ». Il a également mis en avant des mesures ponctuelles d’interdiction de la spéculation sur les dérivés portant sur les matières premières agricoles ou encore le trading à haute fréquence.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : POUR LA RÉFORME BANCAIRE FRANÇAISE : UNE DÉTERMINATION… "NORMALE", par François Leclerc