Les temps ont changé, l’endettement n’est plus maudit

Sans que cela ne soit une grande surprise, le détricotage de la régulation financière adopté il y a une décennie se poursuit par étapes afin de permettre aux banques d’accroître le crédit, dans le but de favoriser la relance ! Et ce n’est pas fini !

Continuer la lecture de Les temps ont changé, l’endettement n’est plus maudit

Ces cadeaux qui entretiennent l’amitié

Afin de ne pas en rajouter et d’éviter la contagion, les acteurs de la finance sont l’objet de toutes les attentions. Les banques sont toujours les enfants chéries en raison du rôle qui leur est assigné dans la relance et l’activité économique en général. Cela commence par de la mansuétude, des régulateurs qui détournent le regard, et cela se poursuit par des modifications et les reports des réformes prudentielles. Sans parler du taux cadeau des banques centrales qui les arrosent d’abondantes liquidités.

Continuer la lecture de Ces cadeaux qui entretiennent l’amitié

Dans l’atmosphère d’une bonne compréhension mutuelle

Le sujet est un peu aride, mais entrer dans la petite cuisine du monde financier est toujours instructif sur son fonctionnement. On y découvre actuellement que l’Autorité bancaire européenne (EBA) est aux petits soins avec les banques européennes, estimant devoir les ménager pour arriver à ses fins.

Continuer la lecture de Dans l’atmosphère d’une bonne compréhension mutuelle

Ce risque que l’on choisi de ne pas voir

Les régulateurs de la finance n’ont qu’à bien se tenir, car les banques et les assureurs-vie haussent la voix à l’occasion de la transposition de Bâle 3 en droit européen pour les premières et en raison des bas taux obligataires pour les seconds. Les deux réclament des aménagements et ont de très bonnes chances d’être entendus.

Continuer la lecture de Ce risque que l’on choisi de ne pas voir

Ces bonnes résolutions passées à la trappe

L’intégrité des mesures de régulation des compagnies d’assurance est menacée, de même que celle des banques. Solvabilité II et Bâle III sont dans leurs collimateurs respectifs, et leur lobbying s’active. Le modèle économique des premières est mis en péril par les taux bas, mais son remplacement ne va pas de soi, tandis que les secondes voient arriver une augmentation de leurs fonds propres allant peser sur leur rentabilité. Qui des régulateurs ou des groupes de pression va bien pouvoir l’emporter, demandent les naïfs ?

Continuer la lecture de Ces bonnes résolutions passées à la trappe

De moins en moins rond

La pratique des taux obligataires négatifs s’est déjà installée, qui revient à faire payer les investisseurs qui prêtent de l’argent aux États et même à de grandes entreprises. Auparavant, les banques centrales avaient innové en distribuant avec prodigalité des liquidités quasi-gratuites. Mais voilà encore du nouveau !

Continuer la lecture de De moins en moins rond

Ces pauvres banques

Après avoir durement ferraillé ces deux dernières années avec les autorités régulatrices, les grandes banques européennes entendent désormais poursuivre leur combat auprès des autorités politiques – ayant quelques raisons de croire qu’elles seront mieux entendues – afin de faire obstacle à l’application telles quelles des nouvelles obligations de renforcement de leurs fonds propres. Elles sont prévues pour intervenir pleinement en 2027, soit vingt ans après le démarrage de la crise financière !

Continuer la lecture de Ces pauvres banques

On n’en a pas fini avec les banques

Les banques européennes vont devoir augmenter leurs fonds propres de 135 milliards d’euros d’ici 2027, date à laquelle la transposition de la réglementation de Bâle III devra être totalement appliquée. Ce n’est pas une petite affaire, car cela correspond globalement à une augmentation de leurs fonds propres de 24,4%, soit près du quart.

Continuer la lecture de On n’en a pas fini avec les banques

Les banques s’opposent à leur régulation

Les mégabanques européennes font à nouveau parler d’elles, préférant ne pas monter en première ligne et laisser agir leurs lobbies. La Fédération bancaire français (FBF) n’y rechigne pas, les banques allemandes ne manquant pas d’autres préoccupations et se contentant de suivre.

Continuer la lecture de Les banques s’opposent à leur régulation

Avoir de l’argent à ne pas savoir qu’en faire…

En adoptant pour les dépôts des banques un taux négatif de -0,40%, la BCE faisait une entrée hasardeuse dans des territoires inconnus, là où elle n’avait jamais pénétré et ou la théorie n’était plus d’aucun secours (comme si elle ne l’avait jamais été d’ailleurs !). Aucune catastrophe particulière n’en a résulté, si ce n’est la poursuite de l’instabilité du système financier qui était déjà engagée, mais les conséquences n’en ont pas manqué.

Continuer la lecture de Avoir de l’argent à ne pas savoir qu’en faire…