Ils accumulent les fausses routes

À défaut de débloquer la situation inextricable créée par les juges de Karlsruhe, Angela Merkel s’est soudainement déclarée prête à vouloir « faire davantage en matière de politique économique, afin de faire progresser l’intégration [de la zone euro] » et « agir en responsabilité et de manière intelligente pour que l’euro puisse subsister ». « Nous allons à coup sûr nous pencher sur cette question en lien avec ce qu’on appelle le Fonds de relance », a-t-elle conclu, sans dévoiler ses batteries.

Continuer la lecture de Ils accumulent les fausses routes

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Quand ils n’avancent pas, ils reculent, dépassés

Il survient parfois des moments où l’on ne peut plus tergiverser ni biaiser. Les autorités européennes y sont parvenues, qui se raccrochent à l’idée qu’Angela Merkel va être porteuse d’une solution politique. Mais ce n’est pas si simple, car la Cour de Karlsruhe et la Bundesbank sont en droit hors de sa portée et on ne plaisante pas avec cela en Allemagne. Après tout, se disent-elles, les étapes de la construction de l’Europe n’ont cessé de reposer sur des compromis et cela va continuer ainsi, car elles ne voient pas d’autre solution.

Continuer la lecture de Quand ils n’avancent pas, ils reculent, dépassés

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La bombe à retardement de Karlsruhe et les artificiers

Ils ont trois mois pour désamorcer la bombe lancée par les juges de Karlsruhe afin de stopper sa dynamique de démantèlement, dont le chef du gouvernement polonais a pris acte sans attendre. Après la BCE et la Cour européenne de justice (ECJ), c’était au tour de la Commission de réagir. Les deux premiers ont fait respectivement état de leur indépendance et de leur primauté, la dernière montre les dents en espérant en rester là.

Continuer la lecture de La bombe à retardement de Karlsruhe et les artificiers

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les fictions sur lesquelles l’euro repose, faute de clarification

Ils n’iront pas loin avec l’ouverture auprès du MES d’une ligne de crédit de 240 milliards d’euros, dans laquelle les pays de la zone euro pourront tirer dans la limite de 2% de leur PIB. L’Eurogroupe d’hier vendredi n’a fait que formaliser une décision déjà prise, sans rien y rajouter. Si ses membres ont comme vraisemblable échangé des propos plus ou moins amènes après la sommation de la Cour de Karlsruhe à la BCE, rien n’en a pour l’instant filtré.

Continuer la lecture de Les fictions sur lesquelles l’euro repose, faute de clarification

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Décidément, ils ne nous étonneront jamais

Les dirigeants allemands ne veulent pas endosser le rôle du méchant, après l’avoir laissé à leurs partenaires hollandais lors du dernier Eurogroupe. Afin de ménager l’avenir et de protéger les intérêts du pays tels qu’ils les conçoivent, Angela Merkel ouvre le débat du sommet de jeudi avec un programme minimum dont elle va faire son optimum.

Continuer la lecture de Décidément, ils ne nous étonneront jamais

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les autorités allemandes à l’épreuve du feu

Les ministres des Finances de la zone euro vont-ils demain progresser et créer les conditions d’un prochain sommet permettant de sauver la face ? Les paris sont ouverts mais l’optimisme est mesuré.

Continuer la lecture de Les autorités allemandes à l’épreuve du feu

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La mesure des responsabilités ne peut pas attendre

Une « profonde récession » attend l’Europe, s’inquiète le FMI, la considérant comme « un fait acquis ». S’en tenant à l’effet des arrêts estimés de la production « non essentielle », Poul Thomsen, son directeur pour l’Europe, estime la baisse de son PIB annuel à 3%. Ce n’est qu’une estimation conservatrice en attendant la suite.

Continuer la lecture de La mesure des responsabilités ne peut pas attendre

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ils volent de défaites en défaites

Cinq heures ont été nécessaires aux membres du Conseil européen pour conclure leur téléconférence sans un quelconque accord, un genre qui s’est installé. Non, c’est non ! Angela Merkel s’est opposée de la manière la plus catégorique à l’appel lancé par les neufs pays de la zone euro, s’en tenant à une activation du Mécanisme européen de stabilité (MES) qui n’a pas été décidée pour ne pas répondre aux exigences de la situation qu’a relevé Giuseppe Conte. La suite est renvoyée à un Eurogroupe qui n’aboutira pas plus, sa précédente réunion s’étant terminée par l’attente d’un arbitrage …du Conseil européen. Ils tournent en rond.

Continuer la lecture de Ils volent de défaites en défaites

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Manger son chapeau, c’est indigeste

L’économie italienne est à l’arrêt, qui dit mieux ? Certains s’aventurent encore à prédire le retour du « business as usual ». Le conformisme mène à tout à condition d’en sortir ! Le monde était incertain et les lendemains ne chantaient plus, mais on en est même plus là, car le pire se concrétise. Et les édiles en viennent à des expédients qu’ils n’avaient jamais imaginé entériner.

Continuer la lecture de Manger son chapeau, c’est indigeste

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les dirigeants européens toujours désunis

La Commission s’est résolue à suspendre les règles du pacte de stabilité qui n’étaient déjà plus respectées. Mais les vieilles divisions européennes, bien ancrées, ne sont pas estompées. Elles continuent de s’exprimer aussi bien au sein du conseil des gouverneurs de la BCE que lors des sommets de chefs d’État et de gouvernement. Les barrières vont elles tenir ou céder ?

Continuer la lecture de Les dirigeants européens toujours désunis

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail