UNE JOURNÉE COMME LES AUTRES, par François Leclerc

Billet invité.

Cela n’arrête pas de tomber ! Les Suisses vont être appelés à se prononcer par referendum à nouveau, à l’initiative d’un groupe d’élus bien-pensants qui cherchent à préserver le secret bancaire. Ils réclament l’inscription dans la constitution de la confidentialité des données financières, car leur protection doit selon eux y figurer au même titre que celle de la sphère privée à laquelle elles s’apparentent : tout échange automatique d’informations financières reviendrait à une « violation radicale » de la relation de confiance entre l’État et les citoyens.

La Chambre de commerce des États-Unis dénonce de son côté les tentatives de freiner l’exil fiscal des compagnies transnationales de l’administration américaine, qui visent « à enfermer les entreprises dans un système fiscal obsolète » et « ne feront que faire fuir davantage le capital ». « Le capital se déplace vers les lieux où il est valorisé et bien reçu et il évite les endroits où il est maltraité par des systèmes fiscaux onéreux ». Nous voilà en plein contes de fée !

Continuer la lecture de UNE JOURNÉE COMME LES AUTRES, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LE BEURRE ET L’ARGENT DU BEURRE, Par François Leclerc

Billet invité.

Histoire exemplaire de ce qu’est le capitalisme financier, AIG est aussi en passe de devenir une histoire édifiante ! En 2008, il avait été évité que l’assureur américain, alors leader mondial, sombre brutalement – risquant d’entrainer avec lui de nombreuses banques américaine et étrangères dans le cadre d’une réaction systémique à la portée imprévisible – grâce à l’apport par l’État américain de 182 milliards de dollars sous forme de liquidités et de garanties.

Aujourd’hui, les actionnaires « historiques », d’AIG derrière lesquels se cache son ancien patron et ex-premier actionnaire Hank Greenberg, réclament 25 milliards de dollars au gouvernement, s’estimant lésé en raison des profits réalisés depuis par la Fed et le Trésor dans le cadre de ce sauvetage, soit respectivement 17,7 et 5 milliards de dollars…

Le conseil d’administration d’AIG va discuter aujourd’hui de l’éventualité d’engager également une action, alors que l’entreprise a lancé une grande campagne publicitaire sur le thème « Merci l’Amérique ! » pour remercier de leur sauvetage les contribuables américains. A-t-elle vocation à être un solde de tout compte ?

MISE A JOUR : Le conseil d’administration a décidé de ne rien faire.

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail