Le serpent se mord le bout de la queue

Soucieuse de ne pas se froisser les ailes, Christine Lagarde se réfugie derrière une formule pour initiés en réclamant une « policy mix ». Par-là, les économistes entendent la combinaison coordonnée de la politique monétaire et budgétaire, supposant l’adoption d’un plan de relance. La même sempiternelle question est à nouveau posée, le déblocage du resserrement budgétaire qui le permettra est-il dans les tuyaux  ?

Continuer la lecture de Le serpent se mord le bout de la queue

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de demain : LE JAPON, UN MODÈLE POUR DE RIRE, par François Leclerc

Billet invité.

Sept ministres et une quarantaine de patrons accompagnaient François Hollande lors de sa visite au Japon. Il n’en fallait pas moins pour faire des affaires y compris dans l’électronucléaire, l’un des buts du voyage, et de plaquer un discours politique de circonstance sur la situation du pays, à destination de l’opinion publique française.

Arnaud Montebourg s’est particulièrement illustré en déclarant d’entrée que « les dogmes libéraux et monétaristes ont été abandonnés par un gouvernement de centre-droit au Japon », ajoutant ensuite « les Japonais ont une vision, avec la nouvelle politique de la croissance, qui sert finalement toutes les positions françaises au sein de l’Union européenne et hors de l’Union européenne ». Soulignant que « l’indépendance de la Banque centrale est statutaire, mais elle a disparu en fait », indiquant ainsi, si on le comprend bien, la voie à suivre : l’injection d’énormes masses financières dans les circuits financiers, à l’instar de la Banque du Japon.

François Hollande n’a pas été en reste, de manière plus enveloppée : « … cette priorité donnée à la croissance, cette volonté de lutter contre ce qui était appelé ici la déflation (sic), cette exigence de faire en sorte que la compétitivité des entreprises soit recherchée en même temps afin qu’il puisse y avoir un soutien à l’activité, c’est une bonne nouvelle pour l’Europe, parce qu’en Europe aussi nous avons à donner priorité à la croissance ». La pensée économique du gouvernement français est étourdissante quand l’attention baisse.

Continuer la lecture de L'actualité de demain : LE JAPON, UN MODÈLE POUR DE RIRE, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail