Assez de simagrées

L’Europe est mal en point et la mise en place de ses institutions le traduit avec éloquence, comment s’en étonner ? Les tractations ayant abouti à nommer des personnalités inattendues à leur tête n’ont pas été l’occasion d’un débat sur son avenir d’une grande hauteur de vue. Et, à peine nommées, celles-ci ont été contestées pour leur manque présumé d’aptitude à exercer leurs futures responsabilités.

Continuer la lecture de Assez de simagrées

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ils n’en ont pas fini avec les ONG en Méditerranée

En trois années de campagne avant d’avoir été immobilisé pour avoir perdu son pavillon, l’Aquarius aura secouru 30.000 réfugiés en mer Méditerranée. Combien de temps le nouveau venu « Ocean-Viking » qui vient d’être annoncé tiendra-t-il ?

SOS Méditerranée a affrété avec Médecins sans frontières cet ancien navire de 69 mètres de long d’assistance aux plate-formes pétrolières, afin qu’il patrouille dans une vaste zone au large des côtes libyennes où 426 réfugiés ont trouvé la mort depuis le début de l’année. La nouvelle équipe va prendre le relais de celle de « Sea-Watch 3 », dont le navire est immobilisé dans le port italien de Lampedusa, et maintenir la présence symbolique et active des ONG.


Coïncidence, les autorités européennes se réunissent lundi avec les responsables de l’agence Frontex, du HCR et de l’OIM (l’Organisation internationale des migrations). Ils n’ont pas comme intention d’étudier la réforme des accords et du mécanisme de Dublin, qui est résolument au point mort, mais d’éviter la répétition des longues tractations menées aux fins de répartition des réfugiés pour qu’ils puissent être sans délais débarqués dans un port européen, une fois secourus en pleine mer. La détérioration de la situation en Libye, qui participe de la dénonciation de la carence actuelle a également favorisé cette initiative franco-allemande qui devrait aboutir à l’engagement d’une quinzaine de pays européens, est-il espéré.

Dans le projet d’accord-cadre, informe Le Monde, figure « une relocalisation rapide des arrivants dans d’autres pays que ceux où ils débarquent et une procédure accélérée de retour pour ceux qui ne peuvent prétendre au statut de réfugié. » L’intervention des navires des ONG est encadrée et il est question d’un nouveau renforcement des moyens en garde-côtes de la Libye, car tout doit être fait pour que les réfugiés soient interceptés avant qu’ils ne quittent ses eaux territoriales afin d’être reconduits dans des camps de détention où ils sont traités de manière indigne.

Ne voulant pas le voir, les autorités européennes tentent de se donner bonne conscience à peu de frais avec ce nouveau mécanisme qui ambitionne d’accueillir tout au plus quelques dizaines de réfugiés sauvés de la noyade et ayant échappé à l’interception des garde-côtes libyens. Après avoir tout fait pour les faire bloquer en Turquie, en Libye et au Niger. Mais cela ne donne pas toute la portée limitée d’engagements qui devraient n’être valables que jusqu’en octobre prochain, fin présumée de la période la plus propice aux départs clandestins…

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une journée comme les autres

La Commission européenne a l’œil. Elle réitère ses prévisions de croissance (faibles) pour cette année et pour 2020, mais elle convient que les risques de se tromper augmentent. Heureusement, Valdis Dombrovskis, le commissaire chargé de l’euro, a le remède en magasin, « il est grand temps de réformer tout en maintenant des finances publiques saines » a-t-il commenté, muni de ses œillères habituelles.

Continuer la lecture de Une journée comme les autres

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La capitaine du Sea-Watch sauve l’honneur

Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch, a pris ses responsabilités et a accosté dans le port de l’île de Lampedusa samedi aux premières heures de la matinée, en dépit de l’interdiction des autorités italiennes.

Continuer la lecture de La capitaine du Sea-Watch sauve l’honneur

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Il n’y en a pas un pour racheter l’autre

Depuis que le Mare Jonio battant pavillon italien a été placé sous séquestre dans le port de Lampedusa, plus un seul navire affrété par une ONG n’est en mesure de porter secours aux réfugiés en Méditerranée.

Continuer la lecture de Il n’y en a pas un pour racheter l’autre

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Quand le fond est atteint

Il restait un seul navire humanitaire opérant le sauvetage en mer des réfugiés en danger, c’est fini ! Le Mare Jonio a été saisi par un navire de la Guardia di Finanza italienne au large de Lampedusa, où il s’était réfugié en raison du très mauvais temps, bloqué en mer faute de pouvoir accoster dans un port italien.

Continuer la lecture de Quand le fond est atteint

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’immobilisme fait foi

Les élections européennes s’approchent, et avec elles l’impétueux besoin des gouvernements de montrer aux électeurs que sur un sujet monté en épingle, les migrations, ils font avancer les choses et n’en restent pas aux mots. Emmanuel Macron en aurait particulièrement besoin, pour l’avoir placé au cœur de sa stratégie. Mais cela ne marche pas comme voulu et ils ne sont pas au bout de leurs déconvenues.

Continuer la lecture de L’immobilisme fait foi

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Dans la tradition des coups de menton

La Ligue a gagné la bataille de l’opinion italienne. Les sondages lui accordent une confortable avance vis-à-vis du Mouvement des 5 étoiles (M5S), renversant le rapport de force des élections législatives. Son score a progressé de 17% à 34% tandis celui du M5S a rétrogradé de 32% à 22%. La coalition en est sortie déséquilibrée, rendant toute opposition à la politique de la Ligue encore plus difficile à mener en son sein. Et le M5S, parti hétérogène et à faible encadrement, concède de plus en plus de terrain.

Continuer la lecture de Dans la tradition des coups de menton

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Tous les pires prétextes sont bons

Le parquet de Catane, en la personne de son procureur Carmelo Zuccaro n’a pas répondu aux attentes de Matteo Salvini son ministre. Une fois les réfugiés débarqués pour être répartis entre les États membres volontaires, il a déclaré que l’équipage du Sea Watch n’avait commis aucun délit. Chacune de ses décisions prises depuis le 19 janvier ont été « justifiées ».

Continuer la lecture de Tous les pires prétextes sont bons

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Chronique de la honte, suite

D’incontestables progrès ayant été enregistrés, les 47 réfugiés à bord du Sea-Watch 3 n’ont cette fois-ci attendu que dix jours en mer avant d’être autorisés à débarquer, transis de froid, dans le port sicilien de Catane.

Continuer la lecture de Chronique de la honte, suite

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail