La démission des élites

Pour dissimuler l’échec de la réunion de lundi dernier destinée à décider d’un dispositif permanent de répartition des réfugiés – à titre provisoire, comprenne qui pourra – Emmanuel Macron a mis en avant l’accord de participation de quatorze gouvernements qui aurait été enregistré à l’occasion.

Continuer la lecture de La démission des élites

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Chronique de la honte, suite

D’incontestables progrès ayant été enregistrés, les 47 réfugiés à bord du Sea-Watch 3 n’ont cette fois-ci attendu que dix jours en mer avant d’être autorisés à débarquer, transis de froid, dans le port sicilien de Catane.

Continuer la lecture de Chronique de la honte, suite

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un silence honteux

Cela fait dix jours que les 47 réfugiés à bord du Sea-Watch 3 sont bloqués au large des côtes de la Sicile, sans être autorisés à y être débarqués. Il a fallu quinze jours, la dernière fois, pour qu’un accord intervienne au large de Malte, combien de temps faudra-t-il cette fois-ci ?

Francesco Rocca, le président de la fédération internationale de la Croix-Rouge, s’est exclamé : « Comment est-ce possible que 47 personnes représentent une telle menace pour l’Union européenne dans son ensemble ? ». Mais rien n’y fait, alors qu’en Italie de nombreuses voix s’élèvent et qu’une manifestation s’est déroulée à Rome.

Continuer la lecture de Un silence honteux

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La théorie de l’appel d’air dans toute sa vacuité

Inaugurée par les autorités de Malte, la mesure fait école en Italie. Les ports restent fermés au navire Sea Watch 3 et aux 47 réfugiés sauvés de la noyade à son bord. Pour se protéger un peu du mauvais temps qui sévit, le navire a été autorisé à se rapprocher des côtes de la Sicile, mais sans être autorisé à les accoster.

Continuer la lecture de La théorie de l’appel d’air dans toute sa vacuité

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le cimetière de la honte

Combien de réfugiés se sont noyés en mer Méditerranée ce week-end en tentant de rejoindre les rives européennes ? Plus de deux centaines, et les moyens déployés pour les sauver ont été dérisoires. La chasse aux navires des ONG ayant été fructueuse, ce renfort qui fut décisif n’est plus que symbolique.

Continuer la lecture de Le cimetière de la honte

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les lépreux, c’est eux

Quels immenses efforts ont dû être déployés pour finalement parvenir à accueillir une poignée de réfugiés bloqués au large de Malte ! Les gouvernements européens viennent de faire collectivement preuve d’une totale indécence, une de plus mais de taille. Sont-ils à ce point tétanisés par la montée relative de la xénophobie, à moins qu’ils ne la partagent pour certains, qu’ils se croient obligés de s’y plier au lieu de la combattre, de l’attiser en y souscrivant de fait ?

Tous autant qu’ils sont, devenu bien peu de choses, leurs membres sont disqualifiés et ne peuvent plus prétendre se draper dans les soi-disant valeurs de l’Europe. Que leur reste-t-il ?

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Pas de quoi être fier non plus

« Les semaines passées n’ont pas été les plus belles heures de l’Europe » a reconnu à Bruxelles le commissaire en charge des migrations, Dimitris Avramópoulos. Joseph Muscat, le Premier ministre maltais venait de confirmer à La Valette l’accord permettant le débarquement des réfugiés des deux navires ayant assuré leur sauvetage. Lui-même a admis qu’il n’était « pas fier » de chaque heure qui passait avant qu’un accord n’intervienne.

Continuer la lecture de Pas de quoi être fier non plus

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’Union européenne perd totalement la face

À bord des navires de sauvetage des ONG Sea-Eye et Sea-Watch, 49 réfugiés secourus avant Noël continuent de subir une mer très agitée les rendant tous malades. Malte n’a accordé que le droit de s’abriter près de ses côtés, et non pas de les débarquer, et un accord européen n’a toujours pas été trouvé afin de les accueillir.

Rien n’y a fait, y compris « l’appel pressant aux dirigeants européens afin qu’ils fassent preuve de solidarité concrète à leur égard » lancé par le Pape François dimanche dernier. Aux dernières nouvelles, et après pointage, seulement un petit quart des États-membres auraient donné leur accord pour accueillir les réfugiés, bloquant la situation. Une partie d’entre eux refuseraient de s’alimenter.

La disproportion est totale entre leur nombre et ce blocage, surtout si l’on compare avec le flux parvenant en Europe cette année par rapport aux années précédentes. Mais qu’importe quand on en fait une question de principe !

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Cela se passe de commentaires

Quarante-neuf réfugiés sont toujours bloqués à bord des deux navires les ayant sauvés de la noyade. Malte leur a finalement donné l’autorisation de s’abriter de la forte mer près de ses côtes, mais pas de les débarquer. Dans des conditions sanitaires qui se détériorent vite, ils attendent depuis deux semaines pour les uns, trois semaines pour les autres.

Continuer la lecture de Cela se passe de commentaires

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

En toute indignité

Ils ne mourront pas noyés dans la Méditerranée. En dépit de tous les obstacles rencontrés par les ONG, et en raison de leur opiniâtreté, des centaines de réfugiés ont été sauvés cette dernière semaine de décembre. L’Aquarius a trouvé ses relais. Mais 1.300 noyades ont été enregistrées cette année par l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM).

Continuer la lecture de En toute indignité

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail